samedi 22 septembre 2018 01:24:32

Projet de révision de la constitution : Des débuts prometteurs

Quatre rencontres se sont tenues séparément hier avec le ministre d’État, directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, dans le cadre de la concertation sur le projet de révision de la Constitution, entamée hier et qui se poursuivra tout au long du mois de juin.

PUBLIE LE : 02-06-2014 | 0:00
D.R

Quatre rencontres se sont tenues séparément hier avec le ministre d’État, directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, dans le cadre de la concertation sur le projet de révision de la Constitution, entamée hier et qui se poursuivra tout au long du mois  de juin. Le premier jour des rencontres, qui se déroulent au siège de la présidence de la République, a vu la présence du président du Conseil national économique et social (Cnes), Mohamed-Seghir Babès, le président du Haut conseil islamique (HCI), Cheikh Bouamrane, le président du Mouvement pour l’entente nationale (MEN), Ali Boukhezna, et le sénateur du tiers présidentiel et personnalité de la wilaya d’Illizi, El-Hadj Ghouma Ibrahim Ben Ghouma.

Les rencontres inscrites dans le cadre des consultations sur le projet de révision de la Constitution, entrant dans le sillage des réformes politiques annoncées par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en 2011, et relancées cette année après l’élection présidentielle du 17 avril, avec les personnalités, partis, organisations, associations et autres compétences, menées par le ministre d’État, directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, ont débuté, hier, au siège de la présidence de la République.
Des consultations qui s’étaleront fort probablement tout le long du mois de juin. Le président du Conseil national économique et social, Mohamed-Seghir Babès, a été le premier invité à rencontrer M. Ouyahia.
À cet effet, Mohamed-Seghir Babès a proposé la «constitutionnalisation» du CNES, au premier jour des consultations sur le projet de révision de la Constitution. M. Babès à indiqué à la presse, à l’issue de sa rencontre avec Ahmed Ouyahia, avoir évoqué, avec celui-ci,  plusieurs axes, dont le principal est «la constitutionnalisation du CNES, à l’instar des autres pays à travers le monde», a-t-il souligné. Les entretiens se sont articulés également autour des travaux de la  commission d’experts sur le projet de révision de la Constitution, les libertés individuelles et collectives, ainsi que la promotion de la société civile et le renforcement de la démocratie participative, a ajouté M. Babès.
Il a qualifié la promotion de la société civile et la consécration de la démocratie participative de questions «extrêmement importantes» qui doivent trouver les conditions de leur juste projection dans le nouveau texte constitutionnel,  évoquant, à cet égard, l’engagement pris par le Président de la République,  Abdelaziz Bouteflika, lors de son investiture après sa réélection pour un quatrième mandat et lors du premier Conseil des ministres.
Le président du Haut conseil islamique (HCI), Cheikh Bouamrane, était la deuxième personnalité reçue par M. Ouyahia. Il a mis l’accent sur l’unité du peuple et l’enseignement, et leur importance pour le bien du pays. Cheikh Bouamrane a précisé à la presse avoir discuté avec M. Ouyahia,  de «plusieurs questions d’actualité qui intéressent tous les citoyens algériens», en soulignant «l’importance de l’unité du peuple, ainsi que l’enseignement et la formation», qu’il a qualifié d’essentiels, pour hisser l’Algérie au niveau des pays les plus développés. Il a affirmé avoir fait des propositions dans ce sens, en relevant également le rôle de la presse qui éclaire l’opinion publique et le rôle de la justice au sein de la société.
Pour sa part, le président du Mouvement pour l’entente nationale (MEN), Ali Boukhezna, qui été également reçu par M. Ouyahia, a plaidé pour un mandat présidentiel de sept années renouvelable une seule fois, afin d’offrir le temps au nouveau Président de la République d’évaluer ce qui était fait lors du précédent mandat et de combler les lacunes. Il a ajouté avoir remis à M. Ouyahia, un  document contenant une série de propositions, tout en exprimant sa satisfaction quant au texte du projet.
M. Boukhezna a évoqué, par ailleurs, le secteur économique et sa situation en Algérie, estimant nécessaire de diversifier les ressources et ne pas compter seulement sur la rente pétrolière, en mettant, notamment, l’accent sur la nécessité de valoriser la ressource humaine.

Appel à la consolidation de la réconciliation et de l’unité nationales

El-Hadj Ghouma Ibrahim Ben Ghouma, personnalité de la wilaya d’Illizi et sénateur du tiers présidentiel, a appelé, à Alger, à consolider la réconciliation et l’unité nationales, lors de sa rencontre avec le ministre d’État, directeur de cabinet à la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, dans le cadre des consultations sur le projet de révision de la Constitution. Dans un communiqué distribué à la presse, à l’issue de sa rencontre avec M. Ouyahia qui mène les consultations, M. Ghouma a indiqué avoir fait des   propositions concernant la révision de la Constitution, et en premier lieu, la «consolidation de la réconciliation» et la «consolidation de l’unité nationales». Il a invité, à cette occasion, les forces politiques, les représentants  de la société civile et les personnalités nationales à apporter leur contribution  dans ces consultations dont il a exprimé son espoir qu’elles seront couronnées de succès et réponderont aux aspirations de tous les Algériens.  
Rappelons que le 15 mai dernier, la présidence de la République avait adressé des invitations à une large concertation sur la révision de la Constitution, jeudi, à 150 partenaires constitués, notamment, de partis politiques, organisations et associations nationales, et  représentants de diverses corporations, en vertu de la décision du Président Abdelaziz Bouteflika, prise le 7 mai dernier, en Conseil des ministres. Les invitations adressées ont été acceptées par «30 personnalités sur 36 destinataires d’une invitation, 52 partis politiques sur 64 invités, toutes les 37 organisations et associations nationales destinataires d’une invitation  et les 12 professeurs d’université sollicités», selon un communiqué rendu public, mercredi. Beaucoup, en termes de poids électoral et politique, ont accueilli ce projet de concertation favorablement, puisque la présidence de la République a relevé que les invitations adressées ont été acceptées par la majorité, excepté le rejet de l’opposition.
C’est ainsi, et comme il a été déclaré par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, lors de la tenue de son premier Conseil des ministres de ce nouveau mandat, qu’«à la mi-mai, les partis politiques, les personnalités nationales et les associations seront rendus destinataires des propositions d’amendements dégagées par la Commission d’experts sur la révision de la Constitution».
Par la suite, ajoute le Président, ces interlocuteurs seront invités à des rencontres à la présidence de la République, qui seront entamées au début du mois de juin, pour exposer et débattre leurs vues, commentaires et éventuelles contrepropositions au sujet des propositions qu’ils auront eu le temps d’étudier.
Kafia Ait Allouache

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions