jeudi 19 octobre 2017 00:49:00

Présidentielle en Syrie : Dernier jour de campagne

La campagne électorale pour la présidentielle du 3 juin s'est achevée hier en Syrie, où l'opposition dénonce une "parodie de la démocratie".

PUBLIE LE : 02-06-2014 | 0:00
D.R

La campagne électorale pour la présidentielle du 3 juin s'est achevée hier en Syrie, où l'opposition dénonce une "parodie de la démocratie".

Alors que le pays est dévasté par trois ans d'un conflit qui fait encore des dizaines de morts chaque jour dans les bombardements et les combats, l'élection se déroulera dans les régions tenues par le régime, loin des zones d'affrontements entre armée et rebelles. Avec ce vote, les insurgés et l'opposition, profondément divisés, de même que leurs alliés arabes et occidentaux, assistent incrédules au maintien au pouvoir de M. Assad, et ce après une série d'avancée du régime sur le terrain.
La rébellion, qui dénonce une "élection de sang", alors que le conflit a fait plus de 162.000 morts, selon une ONG, a appelé au boycott du scrutin, organisé selon une loi excluant de facto toute candidature dissidente. Seuls deux candidats, Maher El-Hajjar et Hassan El-Nouri, servent de faire-valoir au chef de l'État. Même en l'absence de tout suspense, le parti Baas, qui domine la Syrie depuis un demi-siècle, a appelé à réélire M. Assad, au pouvoir depuis la mort de son père en 2000.
Le parti a souligné la nécessité de voter "non seulement pour un président de la République, mais pour un dirigeant (...) qui fait face à la guerre (...), soit le dirigeant symbole Bachar El-Assad qui demeure aux côtés de son peuple aux coins de la patrie". À Damas, les rues sont couvertes d'affiches à la gloire de M. Assad, qui apparaît en tenue décontractée, en costume, en treillis ou en uniforme d'apparat, la poitrine bardée de médailles. Face à lui, ses deux "adversaires" font pâle figure et leurs rares affiches sont noyées sous celles de M. Assad.
Le scrutin vise surtout à renforcer la position de M. Assad dans cette guerre qu'il veut à tout prix gagner, face à une opposition et à une rébellion fragmentée et en guerre contre des jihadistes radicaux.
Mercredi, le régime a déjà réussi une grande partie de sa démonstration de force en mobilisant des milliers de Syriens expatriés ou réfugiés, qui se sont rendus en masse pour participer au vote anticipé dans 43 ambassades de Syrie dans leur pays d'accueil, en particulier au Liban voisin. Selon l'agence officielle Sana, plus de 95% des Syriens enregistrés dans les ambassades ont voté.
Cependant, les Syriens qui ont fui le pays en traversant clandestinement la frontière ne pouvaient pas voter, et seulement 200.000 des 3 millions de réfugiés ou d'expatriés étaient inscrits sur les listes électorales à l'étranger.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions