jeudi 19 octobre 2017 19:07:32

Plan d’action du gouvernement

Le plan d'action du gouvernement qui doit être soumis aujourd’hui au Parlement est segmenté principalement autour du programme sur la base duquel a été réélu, le 17 avril dernier, le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

PUBLIE LE : 01-06-2014 | 0:00
D.R

Le plan d'action du gouvernement qui doit être soumis aujourd’hui au Parlement est segmenté principalement autour du programme sur la base duquel a été réélu, le 17 avril dernier, le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
La référence au programme du Président de la République est clairement soulignée dans le texte du gouvernement  qui s'en inspire très largement et en fait l'essentiel de son action. Il ressort, au travers de la mouture du programme, que la sécurité et la stabilité nationales constituent la quintessence de la démarche politique que le gouvernement envisage de mettre en œuvre.

Agriculture
Le gouvernement mise sur les activités agricoles productives    
Le plan d’action du gouvernement pour la mise en œuvre  du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, prévoit le  développement des activités agricoles productives, une action qui s'articulera autour de trois axes : le renouveau agricole, le développement rural et la modernisation, ainsi que le redéploiement administratif, territorial et technique du secteur.          
Le développement de l’industrie agroalimentaire sera ainsi "renforcé"  afin de valoriser les productions agricoles de large consommation, notamment pour certaines spéculations stratégiques, est-il indiqué dans ce plan d’action, qui sera présenté, aujourd’hui, par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à l’Assemblée  populaire nationale (APN)         
Le plan cite des spéculations "ayant connu, ces dernières années, une croissance avérée (céréales, lait, maraîchage, dont la pomme de terre et l’oignon, viandes blanche et rouge)".                   
Le plan prévoit également de mettre l’accent sur la préservation des ressources naturelles et l’amélioration des conditions de vie des populations rurales.          
La priorité sera également "accordée à une meilleure prise en charge du patrimoine forestier par la mise en œuvre des plans d’aménagement des forêts sur 172.000 hectares".         
Toujours au plan du développement rural, il est prévu un programme  de reboisement de 340.000 hectares, dont 100.000 ha en arbres fruitiers rustiques  dans l’ensemble des régions du pays.          
"Le lancement de la réalisation d’une ceinture verte complétera le barrage vert déjà existant à l’effet d’endiguer la progression de la désertification", est-il prévu.          
Les actions envisagées dans le plan pour la mise en œuvre de la politique agricole et rurale seront accompagnées par un recentrage des missions du secteur et la redéfinition des rôles des différentes institutions publiques, privées et mixtes impliquées dans l’exécution des programmes de développement.          
"L’objectif étant un redéploiement administratif et territorial plus  efficace", est-il souligné.          
Selon le plan d’action, l’agriculture a enregistré des résultats encourageants pour la période 2010/2013, et c’est ainsi que le secteur a connu un taux de croissance moyen annuel de 13% et a permis la création de plus de 2,5 millions d’emplois.          
"L’objectif visé à travers l’exécution de ce plan d’action est la consolidation des ces résultats par l’augmentation des niveaux de production agricole pour répondre aux besoins sans cesse croissants de la population", est-il indiqué.          
Le plan ajoute que "dans ce cadre, il est attendu l’extension des superficies irriguées d’un million d’hectares".          
De même, un effort sera consenti dans le cadre de la consolidation de la politique du développement agricole, notamment pour la réduction du déficit  en mécanisation, la résorption de la jachère, le recours plus large aux semences à haut potentiel productif et le renforcement de la protection sanitaire et phytosanitaire", est-il envisagé.                         

Pêche et ressources halieutiques
Doubler la production                      
La stratégie de développement et de diversification du système productif  national inscrit aussi dans ses actions, le développement de la pêche et de l’aquaculture "dans le cadre de la politique de sécurité alimentaire du pays".  "À ce titre, l’effort sera intensifié à l’effet de doubler la production nationale des produits de la pêche et de l’aquaculture", est-il souligné dans le plan d’action du gouvernement.        
Des actions seront, ainsi, initiées pour soutenir l’investissement dans la pêche maritime et artisanale, en réhabilitant et en modernisant la flottille nationale, et en procédant à l’extension et à l’aménagement des ports et d’abris  de pêche. Une attention particulière sera "réservée" au développement de l'aquaculture, notamment en améliorant l'offre des espaces à dédier à la promotion de cette activité. Pour développer une économie de la pêche, le gouvernement compte soutenir les investissements entrant dans le cadre d'une industrialisation de ce segment, et un effort particulier sera accordé à l'adaptation des formations aux besoins des professionnels et à la mise en réseau de l'expertise nationale.          
L'amélioration des conditions socio-économiques des marins pêcheurs  fait partie des priorités du gouvernement qui s'engage à mettre en place le nouveau régime de protection sociale de cette catégorie.

Hydraulique
Poursuite des investissements pour la sécurisation de la disponibilité de la ressource hydrique
Le plan d'action du gouvernement pour la mise en œuvre du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, se fixe comme objectif, la poursuite des investissements dans le secteur de l'eau pour assurer la sécurisation de la disponibilité de la ressource hydrique, à travers le pays.          
Selon ce plan d'action qui sera présenté aujourd’hui par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à l'Assemblée populaire nationale (APN), l'effort de l'État sera "soutenu" en matière de ressources hydriques afin d'assurer une contribution active et accrue du secteur dans le développement de la production agricole  et l'amélioration des rendements.          
À ce titre, le gouvernement "s'engage à poursuivre et à consolider les actions lancées, à travers l'achèvement du programme en cours et le lancement de nouveaux projets".          
Ces mêmes projets visent essentiellement l'augmentation des capacités de mobilisation de la ressource hydrique, sous toutes ses formes conventionnelles et non conventionnelles, qui seront renforcées également par la réalisation de plusieurs grands transferts et adductions.          
Ils auront aussi pour but l'extension et la réhabilitation des réseaux d'alimentation en eau potable, visant à assurer une couverture optimale des besoins des populations, ainsi que l'extension des réseaux d'assainissement et l'augmentation des capacités épuratoires. Le gouvernement poursuivra aussi le programme de protection des villes contre les inondations, ainsi que le soutien de la stratégie de la sécurité alimentaire, à travers la réalisation et la réhabilitation des grands périmètres d'irrigation.          
Le gouvernement s'engage également, dans son plan d'action, à améliorer le service public en matière de distribution et d'assainissement par des actions de modernisation des établissements par l'introduction de nouvelles méthodes de gestion, de contrôle, d'évaluation et de suivi.          
Il compte poursuivre la mise en œuvre de la politique de rationalisation, d'économie et de lutte contre le gaspillage de la ressource hydrique, et optimiser la production des neufs stations de dessalement existantes.

Transports
De nouveaux projets d'extension et de modernisation des réseaux routier et  ferroviaire    
Le plan de développement pour la période 2015-2019 prévoit plusieurs projets d'extension et de modernisation des réseaux routier et ferroviaire au titre d'un vaste programme destiné à renforcer la contribution des infrastructures dans le développement économique.        
Un effort sera ainsi consenti pour assurer un meilleur maillage du territoire en infrastructures de transport en vue de structurer le territoire et de lutter contre la disparités régionales, selon le plan d'action pour la mise en œuvre du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, que présentera le Premier ministre Abdelmalek Sellal, aujourd’hui, devant l'APN.         
 Concernant les liaisons routières, le plan de développement prévoit la poursuite de l'extension du réseau routier et autoroutier par la réalisation de l'autoroute des Hauts Plateaux, l'achèvement de la réalisation et le lancement  d'un important programme de développement infrastructurels.          
Il s'agit également de développer le réseau routier par des constructions neuves, de dédoublements et de modernisation, du désenclavement du territoire par la réalisation de 2.000 km de nouvelles liaisons dans les régions du Sud et des Hauts Plateaux. En matière de transport, il sera procédé dans le domaine ferroviaire,  à la poursuite de l'extension et de la modernisation du réseau ferré en termes  de dédoublement de voies sur l'ensemble de la rocade ferroviaire nord et la  réalisation de nouvelles lignes.          
Le programme de développement prévoit, en outre, l'électrification progressive de l'ensemble du réseau et l'acquisition et le renouvellement du matériel ferroviaire de transport de voyageurs, de marchandises et de traction, la réalisation de nouvelles gares, ainsi que la réhabilitation des gares existantes.          
Pour ce qui est du métro, tramway et télécabines, des opérations d'extension et de réalisation nouvelles seront engagées en études de réalisation.          
Le programme de développement prévoit pour les infrastructures portuaires la réception du nouveau terminal de transbordement international de conteneurs du port de Djen-Djen (Jijel), ainsi que la réalisation de ports en eau profonde pour accueillir des navires de gros tonnage et s'insérer dans les autoroutes maritimes. Il y a lieu de mentionner en outre la création de nouvelles infrastructures maritimes pour la pêche et le tourisme, le lancement des travaux et réception de quatre (04) nouvelles gares maritimes, ainsi que le renforcement du pavillon maritime national par l'acquisition de navires pour les marchandises et les voyageurs.  Dans le domaine de l'aviation civile, il est prévu, notamment un renforcement de la capacité des compagnies nationales, le lancement et la finalisation des travaux de construction des nouvelles aérogares d'Alger et d'Oran qui seront érigées en hub international.          
Il sera procédé parallèlement à la reception de seize (16) nouveaux aéronefs qui viendront renforcer le pavillon national.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions