samedi 21 octobre 2017 20:15:38

M. Ould Khelifa reçoit des représentants des États participant à la 17e Conférence ministérielle du MNA

Yerzan Ashikbayev, vice-ministre des Affaires étrangères et représentant personnel du Président de la République du Kazakhstan

PUBLIE LE : 31-05-2014 | 0:00
D.R

Yerzan Ashikbayev, vice-ministre des Affaires étrangères et représentant personnel du Président de la République du Kazakhstan
Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa, a reçu, mercredi au siège de l'APN, le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), ainsi que plusieurs ministres des Affaires étrangères des pays participant à la 17e Conférence ministérielle du Mouvement des Non-Alignés qui se tient à Alger.  En recevant Yerzan Ashikbayev, vice-ministre des Affaires étrangères et représentant personnel du Président de la République du Kazakhstan, M. Ould Khelifa a souligné que les relations entre les deux pays "ne cessent de s'améliorer, en dépit de l'éloignement géographique". "Nous avons bon espoir d'édifier un partenariat bilatéral fructueux", a-t-il dit. "L'Algérie, qui se trouve dans une région marquée par des turbulences, exporte les valeurs de paix et les facteurs de stabilité" vers les pays qui vivent des crises, et les encourage à engager un dialogue pacifique et se tourner vers les défis du développement au lieu de se préoccuper de facteurs qui alimentent la division et la violence, a ajouté M. Ould Khelifa. Pour sa part, M. Ashikbayev a exprimé le souhait de son pays d'édifier un partenariat solide" avec l'Algérie qu'il a qualifié de "leader" du monde arabo-musulman", avant de remettre au président de l'APN, un message du Chef de l'État du Kazakhstan au Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Ivica Dacic, vice-Premier ministre et ministre serbe des Affaires étrangères
Le développement des relations entre l'Algérie et la Serbie a été au cœur des discussions entre MM. Ould Khelifa et Ivica Dacic, vice- Premier ministre et ministre serbe des Affaires étrangères. Pour le président de l'APN, l'Algérie "garde un souvenir historique exceptionnel qui remonte à l'époque de l'ex-Yougoslavie", soulignant que les relations bilatérales sont marquées par une concertation soutenue sur l'ensemble des questions régionales et internationales d'intérêt commun. "La coopération entre les Assemblées des deux pays est appelée à se développer davantage, grâce à l'action des deux groupes parlementaires d'amitié", a-t-il dit. M. Ould Khelifa a réitéré le "souci de l'Algérie de respecter la souveraineté des États et la non-ingérence dans leurs affaires internes", expliquant, d'autre part, l'approche de l'Algérie autour de la lutte antiterroriste et pour le tarissement de ses sources de financement, tel le paiement de rançon, qui doit être criminalisé, prône l'Algérie. M. Dacic a, de son côté, exprimé la volonté de son pays de raffermir les relations de coopération avec l'Algérie, notamment dans les domaines d'intérêt commun et sa disponibilité à mettre son expérience au service de l'accompagnement des efforts de développement en Algérie. Il a aussi fait part de sa disposition à développer ces relations et à les hisser à de plus hauts niveaux.

Ahmet Davutoglu, ministre turc des Affaires étrangères
Par ailleurs, le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a été reçu par le président de l'APN qui a affirmé que les deux pays étaient liés par des relations historiques séculaires et œuvrent actuellement pour la consolidation de leur coopération à travers d'importants échanges commerciaux. Les deux responsables ont passé en revue la situation dans la région du Sahel, en Libye et en Syrie. Le président de l'APN a affirmé que l'Algérie "appelle à la paix et à la stabilité, et déploie des efforts considérables pour lutter contre la pauvreté en effaçant la dette de certains pays africains afin de les aider à dépasser leur crises internes aggravées par la violence et l'extrémisme". M. Davutoglu a affirmé que l'Algérie et la Turquie partageaient un riche héritage historique de plus de 500 ans. Les relations entre les deux pays ont atteint leur "apogée" s'appuyant sur la "dynamique des investissements turcs en Algérie". Il a présenté, à cette occasion, ses félicitations au Président Bouteflika, à l'occasion de sa réélection, qualifiant cet évènement d'important, en ce sens qu'il dénote une volonté de stabilité", ajoutant que les "deux pays sont appelés à entreprendre des concertations intenses du fait que leurs situations géopolitiques présentent beaucoup de points communs".

Iyad Benamin Madani, secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI)
M. Ould Khelifa a, en outre, reçu le secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), Iyad Benamin Madani, avec lequel il a examiné les moyens de renforcer l'action de l'OCI, notamment dans les pays musulmans qui font face au terrorisme et à la pauvreté, tant en Afrique qu'en Asie.

Mohammad-Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères de la République islamique d'Iran
Le président de l'APN a également reçu le ministre des Affaires étrangères de la République islamique d'Iran, Mohammad-Javad Zarif. La rencontre a été l'occasion d'évaluer les relations bilatérales, et pour le président de l'APN d'affirmer que "l'Algérie ne saurait oublier le soutien des pays non-alignés aux mouvements de libération de par le monde", soulignant que "l'Algérie appelle à la démocratisation des relations internationales et à faire entendre la voix des pays en développement dans les fora internationaux, à l'image de l'Assemblée générale des Nations unies et du Conseil de sécurité". "L'Algérie défend les droits légitimes des États, dont le droit à l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire", a ajouté M. Ould Khelifa. Pour sa part, M. Zarif a exprimé la "satisfaction de son pays des relations d'amitié avec l'Algérie, saluant particulièrement le rôle du président de l'APN dans le renforcement de ces relations, notamment au niveau parlementaire". L'Iran "salue les positions de l'Algérie vis-à-vis des causes justes", a-t-il affirmé, mettant en exergue la convergence de vues entre les deux pays sur des questions arabes et islamiques.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions