dimanche 22 octobre 2017 14:52:56

Reprise demain des séances plénières de l’APN : Sellal devant les députés

L’Assemblée populaire nationale (APN) reprendra demain matin, ses travaux en séance plénière, présidée par Mohamed Larbi Ould Khelifa, président, consacrés à la présentation et au débat général du plan d’action du gouvernement pour la mise en œuvre du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

PUBLIE LE : 31-05-2014 | 0:00
D.R

L’Assemblée populaire nationale (APN) reprendra demain matin, ses travaux en séance plénière, présidée par Mohamed Larbi Ould Khelifa, président, consacrés à la présentation et au débat général du plan d’action  du gouvernement pour la mise en œuvre du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Le plan d’action de mise en application du programme national qui sera présenté par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, s’articule autour de huit chapitres de travail et a pour objectif de poursuivre l’œuvre de renouveau national par l’approfondissement des réformes politiques en concrétisation des objectifs de sécurité et de stabilité nationale, de réponses aux aspirations et attentes légitimes des citoyens pour davantage de progrès et de prospérité en relançant la dynamisation des différentes activités économiques et industrielles de production.
Intervenant dans un contexte de parachèvement des dispositifs des réformes multisectorielles en exécution depuis 2011, le plan d’action dont l’exposé des motifs sera soumis à l’appréciation des députés intervient dans une période d’exécution de la dernière tranche du plan quinquennal 2010-2014, marquée par la réception des chantiers et réalisations des grands projets en cours d’achèvement. La conjoncture macroéconomique est en outre marquée par l’évolution des indicateurs économiques et financiers, au titre de la période 2010-2013, relativement favorables et en constantes amélioration. A titre indicatif, le PIB maintient sa croissance hors hydrocarbures supérieure à plus de  6%, l’inflation se réduit pour s’établir à un taux de moins de 2% contre 3,3%, le tout inscrit dans des paramètres financiers que le loi de finances pour l’exercice 2015 déterminera davantage en fixant les budgets sectoriels de leur renforcement, d’autant plus que de nombreux secteurs connaissent des poursuites de réformes et des consolidations d’infrastructures suite aux investissements publics engagés ces dernières années pour plus de performance et d’efficacité à la faveur du réaménagement des missions de certains ministères du gouvernement en septembre 2013, qui ont d’ailleurs été confortées dans le nouveau gouvernement du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, faisant suite à l’investiture du Président de la République à la magistrature suprême du pays en avril dernier. Dans son exposé des motifs des grandes actions de son programme, le Premier ministre qui sera présent demain matin à l’hémicycle Zighout-Youcef, au complet avec ses ministres, aura du pain sur la planche pour convaincre les députés formant les sept groupes parlementaires à l’Assemblée. Les débats qui débuteront dès la présentation du plan d’action, seront certainement focalisés sur les moyens et les voies de la consolidation de la sphère économique et financière pour répondre aux préoccupations et contraintes exprimées par les citoyens au quotidien. Sellal devra, en outre, s’appuyer sur son expérience du terrain qu’il connaît parfaitement sachant qu’il a effectué des visites de travail et d’inspection à maintes reprises et sur l’ensemble des 48 wilayas du pays. Et cette expérience du terrain le conforte, notamment la réalité de la situation nationale économique et sociale contient les ressorts de la dynamique interne qui est capable d’impulsion de croissance dans le cadre de l’investissement productif et des efforts de soutien à la production nationale, à la rentabilité des projets à l’initiative des jeunes promoteurs.
Le gouvernement qui table sur plus de gouvernance des affaires locales pour  consolider la croissance économique, l’engagement des partenaires et opérateurs privés dans l’élargissement des tissus industriels et d’exploitation des gisements miniers pour contribuer à diversifier davantage les activités de production nationale aura besoin des compétences nécessaires à l’application de la réforme financière et bancaire des différents services fiscaux et comptables en vue d’améliorer le cadre public et la gestion des infrastructures socioéconomiques avec la devise de promouvoir le cadre de vie et de travail des citoyens à l’ère de la modernité et de l’universalité des attentes.
Enfin, la situation macroéconomique et financière telle qu’elle se dessine actuellement, en phase de réception des grandes réalisations en phase finale de leur exécution dans le chapitre de l’année 2014 du quinquennat en clôture,  présente tous les atouts et toutes les caractéristiques susceptibles de donner l’assise nécessaire à l’amorce du futur programme national dans les meilleures conditions de sa mise en œuvre.
Houria A.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions