mercredi 19 septembre 2018 01:17:21

La pièce de théâtre 305 au 47e Festival national du Théâtre amateur de Mostaganem : Un plaidoyer en faveur de la parole libérée

L'Association des arts dramatiques Mustapha Kateb de Stidia (Mostaganem) a présenté mercredi dernier la pièce 305 lors de la 4e journée de compétition du 47e Festival national du Théâtre amateur, un spectacle qui plaide en faveur de la parole libérée.

PUBLIE LE : 31-05-2014 | 0:00
D.R

L'Association des arts dramatiques Mustapha Kateb de Stidia (Mostaganem) a présenté mercredi dernier la pièce 305 lors de  la 4e journée de compétition du 47e Festival national du Théâtre amateur, un spectacle qui plaide en faveur de la parole libérée. Inspiré de la pièce La musique adoucit les mœurs" de Tom Stoppard, 305, tragédie écrite et  mise en scène par Djillali Laoufi, est dédié à la journée  internationale de la Liberté de la presse, fêtée à travers le monde, le 3 mai de chaque année.  Abdelhak, joué par Boudali Abdelaziz, est un journaliste professionnel à la pensée libre, aux idées non conformistes et à la plume virulente, traquant les abus et les dépassements, se voit interné dans un asile psychiatrique où il subira un traitement visant à casser sa personnalité. Découvrant son compagnon de chambre, "Zazou" interprété par Abid Houari, détruit par son addiction aux neuroleptiques qu’on lui administre de force, Abdelhak compris que son sort était scellé. La pièce en un seul tableau, dont le décor et l’éclairage illustraient  les atmosphères lugubres d’un asile, renseignait sur les méthodes et pratiques utilisées "contre toute personne qui oserait se mêler de ce qui ne la regarde pas", explique le metteur en scène. L’utilisation abusive de la bande sonore qui ne s’est presque pas arrêtée, a nuit à la bonne progression de la trame qui a également souffert des projections vidéos qui ont alourdi le spectacle. Hanchour Mohamed (docteur) et Bentabet Habib (infirmier), ont réussi  le  travail d’aliénation, entrepris contre leurs prisonniers, les conduisant à devenir  de véritables loques humaines. Dans un rythme soutenu, les comédiens ont tenté de se surpasser dans le jeu, avec un léger ascendant pour Abid Houari sur ses camarades, qui a bien servi son personnage dans une trame où l’idée générale est restée dans ses exigences techniques peu accessible. Fondée en 2004, l’Association des arts dramatiques Mustapha Kateb de Stidia  (Mostaganem), se fixe pour objectif "la formation et la promotion des jeunes  amateurs du 4e art, leur offrant également la possibilité d’un accompagnement dans le temps",  précise Djillali Laoufi.    
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions