vendredi 20 octobre 2017 06:21:41

Solution des conflits en Afrique, Dlamini-Zuma, représentante de la commission de l’UA : « L’UA est la plus proche des réalités »

La présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini Zuma, a réaffirmé, jeudi, l’engagement de l’UA dans la résolution des conflits sur le continent, soulignant que l’organisation panafricaine est «la plus proche des réalités» de l’Afrique.

PUBLIE LE : 31-05-2014 | 0:00
Ph : Billal

La présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini Zuma, a réaffirmé, jeudi, l’engagement de l’UA dans la résolution des conflits sur le continent, soulignant que l’organisation panafricaine est «la plus proche des réalités» de l’Afrique. «Notre sécurité globale est de la responsabilité du Conseil de sécurité des Nations unies, mais nous, Africains, avons réalisé que l’ONU nous ramène parfois des solutions qui ne sont pas réalistes pour l’Afrique», a affirmé Mme Zuma, à l’issue d’un déjeuner de travail offert par le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, aux chefs de délégation et chefs de diplomatie des pays du Mouvement des Non-Alignés, consacré à la promotion de la position africaine sur l’agenda de développement post-2015, au palais des Nations (ouest de la capitale).
C’est pourquoi, a-t-elle expliqué, «l’UA a décidé d’avoir son propre Conseil de sécurité, et son architecture de paix et de sécurité, afin de faire face aux conflits» qui fragilisent l’Afrique. «Si vous prenez le cas de la République centrafricaine (RCA), ceux qui souffrent le plus sont les troupes africaines qui sont engagées là-bas. Des troupes françaises y sont aussi. Mais si les troupes africaines n’y étaient pas, ça serait un désastre humanitaire», a-t-elle dit. «L’ONU se contente de débattre, mais l’UA est sur le terrain.
C’est le même cas en Somalie», où des troupes africaines y opèrent, a-t-elle ajouté. Interrogée sur la situation en Libye, Mme Zuma a affirmé que «des discussions ont eu lieu tard mercredi, à l’initiative de l’Algérie, en présence de l’UA, de la Ligue arabe et des chefs de la diplomatie des pays voisins de la Libye, pour aider ce pays à dépasser la crise dans ce pays où la situation sécuritaire est en train de se détériorer». Ces discussions, ajoute Mme Zuma, «ont été également une occasion pour voir comment unir nos forces en tant qu’Arabes et Africains pour aider la Libye et son peuple» à parvenir à la stabilité. Une première réunion similaire s’était déroulée mardi, rappelle-t-on.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions