dimanche 22 octobre 2017 12:53:27

17e conférence ministérielle des pays non-alignés : Consultations « informelles » sur la Libye à Alger entre le MAE libyen et ses homologues du voisinage

Ramtane Lamamra : « La Libye a besoin du soutien des pays voisins pour régler ses problèmes sans interférence étrangère »

PUBLIE LE : 31-05-2014 | 0:00
Ph : Billal

Des consultations «informelles», à l’initiative de l’Algérie, regroupant le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohamed Abdelaziz, et ses homologues des pays du voisinage (Algérie, Tunisie, Égypte, Tchad, Niger, Soudan), ont eu lieu mardi à Alger. Les participants, après avoir écouté un exposé du chef de la diplomatie libyenne sur la situation qui prévaut dans son pays, ont échangé les analyses sur «la vision qu’il conviendrait d’adopter et les moyens susceptibles d’être mobilisés pour engager l’ensemble des parties en présence à opter pour un dialogue sincère et inclusif», a indiqué à l’APS, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif.
Il a précisé que ce dialogue doit «favoriser la recherche de solutions aux problèmes sécuritaires et institutionnels, de façon à mettre le pays à l’abri de nouvelles contingences et à le propulser sur la voie d’une stabilité durable, seule à même d’assurer le retour de la paix et la reprise de l’effort d’édification et de développement». Les ambassadeurs des pays ayant participé à la réunion ont été chargés «d’approfondir la réflexion» sur les questions évoquées et de présenter les conclusions de leurs travaux à la 2e réunion prévue mercredi selon le «même format», en marge des travaux de la 17e Conférence ministérielle du Mouvement des Non-Alignés, a ajouté M. Benali Cherif.
La présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, le secrétaire de la Ligue arabe, Nabil El-Arabi, et l’envoyé spécial de la Ligue arabe pour la Libye, Nacer El-Kedoua, ont pris part à la rencontre.

-------------------------------------

Ramtane Lamamra :
« La Libye a besoin du soutien des pays voisins pour régler ses problèmes  sans interférence étrangère »
La Libye a besoin du soutien des pays voisins pour régler ses problèmes internes sans interférence étrangère», a déclaré,  jeudi à Alger, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra. La Libye qui n’a pas connu, ces dernières années, de stabilité, «a besoin aujourd’hui que les pays voisins la soutiennent en lui permettant de régler ses problèmes internes sans interférence étrangère», a déclaré M. Lamamra, lors d’une rencontre avec son homologue mauritanien, Hamadi Ould Baba Ould Hamadi, en marge de la 17e conférence ministérielle des pays non-alignés qui se tient au palais des Nations à Alger. Le ministre a souligné la nécessité d’encourager les pays voisins à «faire les choses différemment», expliquant que  l’exclusion est mauvaise et génératrice de frustration et de mécontentement, donc d’opposition».
Or, a-t-il ajouté, «l’exclusion a été pratiquée, et nous souhaitons qu’à l’avenir, il n’y en ait plus». «Les pays voisins sont particulièrement mieux placés que d’autres», pour aider la Libye, «en vertu de la géographie, de la population et des échanges à travers l’histoire». À une question sur la position de l’Algérie vis-à-vis de la situation en Libye, M. Lamamra a affirmé que « l’Algérie est extrêmement attentive» à ce qui se passe dans ce pays voisin, et que les autorités algériennes «interagissent» avec celles de la Libye. «Nous avons, en tant qu’État, nos propres moyens de nous informer et de faire connaître nos opinions», a-t-il encore dit, soulignant que la Libye «est en tête de nos préoccupations régionales en ce moment». «L’Algérie veille à ce que ses frontières nationales ne soient en aucune façon utilisées pour déstabiliser un pays frère quel qu’il soit, a fortiori la Libye sœur».

-----------------------------

Mohamed Mhamed Abdelaziz ministre libyen des AE :
« Les consultations d’Alger un message politique fort pour œuvrer à la réconciliation nationale »
Les consultations tenues à Alger sur la crise en Libye sont «un message politique fort» pour toutes les parties libyennes, pour travailler à la réconciliation nationale», a déclaré, jeudi à Alger, le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohamed Mhamed Abdelaziz. Ces discussions, ayant réuni les pays voisins, la Ligue arabe et l’Union africaine (UA), «ont véhiculé un message politique fort» qui souligne la nécessité d’«entretenir les contacts avec les élites politiques en Libye à tous les niveaux, que ce soit avec le gouvernement, le Congrès national général (Assemblée) ou avec les organisations de la société civile, pour encourager le lancement d’un dialogue national afin de parvenir à la réconciliation», a affirmé M. Mhamed Abdelaziz. Il a appelé les deux représentants de la Ligue arabe et de l’Union africaine pour la Libye à «coordonner les efforts pour élaborer les mécanismes permettant de réactiver les recommandations et le soutien promis par les pays voisins».
À ce propos, le chef de la diplomatie libyenne a rappelé «le rôle axial» de l’Algérie dans les efforts en vue de résoudre la crise libyenne. «Je n’ai aucun doute que l’Algérie jouera un rôle essentiel dans les discussions qui se poursuivent pour trouver les solutions à la crise en Libye».
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions