lundi 18 dcembre 2017 04:20:02

Crise financière internationale : L’Algérie appelle à une solution globale et solidaire

L’Algérie a appelé hier, à une solution globale et solidaire à la crise économique internationale, en indiquant que les mesures prises jusqu’ici pour relancer la croissance économique internationale n’ont pas apporté leurs fruits.

PUBLIE LE : 31-05-2014 | 0:00

L’Algérie a appelé hier, à une solution globale et solidaire à la crise économique internationale, en indiquant que les mesures prises jusqu’ici pour relancer la croissance économique internationale n’ont pas apporté leurs fruits. «Cette crise a dévoilé la précarité du système économique et financier mis en place (à) et rend plus que nécessaire une réforme profonde de l’ensemble de l’architecture financière internationale», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, M. Ramtane Lamamra lors de la réunion du comité conjoint de coordination des pays non-alignés et le groupe 77+la Chine. Et d’ajouter que la réforme a besoin pour donner ses fruits «d’être menée d’une manière inclusive, transparente, solidaire et démocratique, où les voix et les contributions de tous les pays doivent être prises en compte». Les réponses aux grands déséquilibres économiques en financiers ne «peuvent se concevoir que dans le cadre d’une approche globale et concertée prévoyant des mesures concertées en matière d’aide au développement, d’allégement de la dette, d’accès aux marchés, d’emploi d’environnement et de transfert des technologies», a-t-il soutenu. M. Lamamra a souligné à ce titre que le monde en développement continue de subir les contrecoups de cette crise en dépit d’une timide reprise de la croissance économique internationale. Dans le même sillage, le ministre a relevé devant les représentants du comité conjoint que l’Algérie a intégré la coopération Sud-sud dans sa stratégie de développement non seulement comme contribution à la réalisation des objectifs nationaux mais aussi régionaux et internationaux de développement. En outre, l’Algérie a procédé, depuis 2010, à l’annulation de la dette de 14 pays africains pour un montant de 902 millions de dollars et celle de deux autres pays pour un montant de 500 millions de dollars. Ces actes, dira-t-il «s’inscrivent dans le cadre des actions de solidarité immédiates et traditionnelles de l’Algérie envers ces pays», notamment en matière d’appui à la reconstruction et aux efforts de développement économique et social.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions