jeudi 19 octobre 2017 02:38:28

17e conférence ministérielle des pays non-alignés : Solidarité active et lutte contre le terrorisme

La Déclaration d’Alger confortera le processus du Mouvement selon les exigences actuelles

PUBLIE LE : 31-05-2014 | 0:00
D.R

Placée sous le signe de la  « Solidarité  renforcée pour la paix et la prospérité », les travaux de la 17e Conférence ministérielle du Mouvement des Non-Alignés se sont achevés hier, au Palais des Nations par l’adoption de la Déclaration d’Alger. Il est utile d’affirmer, d’emblée, que l’unanimité s’est faite sur la qualité des débats, un parfait esprit de collaboration et une franche préoccupation à l’égard des thèmes retenus sur l’agenda de cette conférence, ainsi que la teneur des textes adoptés, notamment les déclarations thématiques et le projet de décision à soumettre au prochain sommet de Caracas au Venezuela.

A l’évidence, la rencontre d’Alger a été  couronnée de succès dans la mesure où toute la somme d’efforts constructifs  fournis par un regroupement important de ministres ou de leurs représentants, d’éminents responsables d’organisations internationales ou régionales, d’experts de haut niveau, ouvrent de prometteuses perspectives à une vision commune pour ce qui concerne l’examen et le traitement des problèmes qui se posent aux pays membres de ce mouvement, au rapprochement des perceptions et surtout à l’approfondissement des valeurs et des idéaux qui sont à l’origine de l’émergence du mouvement des pays non alignés.
 Au  cours de cette journée de clôture, les différents intervenants ont mis l’accent sur la nécessité de renforcer la solidarité entre les pays membres, de lancer des projets à l’effet de susciter un développement  durable. En ce sens que la solidarité est au cœur même de l’existence du mouvement, de lutter contre le  terrorisme et le crime organisé et transfrontalier, un fléau qui représente à la fois une menace et un défi à la communauté internationale. Un appel quasi insistant s’est fait jour également pour imposer une démocratisation du système international.  
Dans son allocution de clôture des travaux de cette 17e conférence ministérielle du Mouvement des pays Non-alignés, M. Ramtane Lamamra s’est montré convaincu que l’élan de cette conférence sera une source d’inspiration et de motivation pour les états membre, une force de proposition qui cimente la cohésion et resserre la coordination sur les questions de paix, de sécurité et de développement. Elle a permis une mise en perspective globale des intérêts communs, incluant la revitalisation de la  démarche et le caractère novateur des positions,  relevant que les initiatives faites par les Non-alignés ont vocation à structurer la coopération au sein du Mouvement et à conforter le rôle et le poids de ce dernier dans les relations internationales.
M. Lamamra a rappelé l’engagement du mouvement pour une démocratisation des relations internationales par la réhabilitation des prérogatives de l’Assemblée générale et un rééquilibrage du Conseil de sécurité et devant aller de pair avec une refonte des institutions économiques et financières au titre de cette reforme du système multilatéral. Dans ce contexte, l’Algérie s’honore de poursuivre la mission de coordinateur des PNA sur la revitalisation de l’Assemblée générale, a souligné le chef de la diplomatie algérienne. Il a indiqué  que la réunion d’Alger a permis de mettre en exergue le lien intrinsèque entre paix et sécurité internationale et le développement en même temps que l’importance d’une coopération internationale et régionale accrue pour soutenir  les stratégies de lutte contre le terrorisme associé aux réseaux de trafic de drogue et du crime organisé.
Il a souligné que les défis centraux et les enjeux cruciaux que le mouvement  doit affronter dans l’avenir sont nombreux et diversifiés et constituent des repères qui exigent du  mouvement un surcroît de coordination. Il a affirmé que la réunion, la première du genre au niveau ministériel, du Comité conjoint PNA- G77qui s’est tenue hier dans la matinée, au Palais des Nations, est à même de conforter la volonté d’associer les efforts de ces deux groupes d’appartenance( PNA-G77), pour être à la hauteur des responsabilités qui leur incombent.  «C’est là, sans doute le message fort qui se dégage de cette rencontre ministérielle affirmant  que l’esprit d’Alger saura insuffler l’élan nécessaire pour aller de l’avant».
Il a exhorté les membres du mouvement à porter haut le message du non-alignement, comme il y a 41 ans, lorsque le ministre des Affaires étrangères de l’Algérie, M. Abdelaziz Bouteflika, donnait rendez-vous à ses collègues à New York, pour faire ensemble l’histoire, ce qu’ils firent d’ailleurs. Rappelons que dans cette Déclaration d’Alger, les participants ont réaffirmé en priorité, la nécessité de réformer le système des Nations unies, de renforcer le rôle de l’Assemblée générale notamment dans le domaine de la paix et la sécurité internationales, de mettre en place   un système multilatéral rénové, appelé au renforcement de la coopération en matière de lutte contre ce fléau transfrontalier qu’est le terrorisme, l’éradication de la pauvreté, souligné le droit légitime du peuple palestinien à un Etat viable, avec El-Qods comme capitale.   
M. Bouraib

---------------------------------

La Déclaration d’Alger confortera le processus du Mouvement selon les exigences actuelles
La ministre Sud-africaine des Affaires étrangères et de la coopération internationale a salué «l’engagement permanent de l’Algérie dans la réalisation des objectifs du mouvement et sa contribution dans le développement du rôle du mouvement, outre l’examen des questions internationales d’intérêt commun». Le chef de la diplomatie sud-africaine a exprimé «sa satisfaction du progrès», enregistré lors de la conférence d’Alger, en tant qu’étape «pour les pays membres dans la consolidation de la coopération commune face aux défis du XXIe siècle. Elle a affirmé la solidarité «croissante» des pays membres qui consolidera la volonté commune des pays du MNA de réaliser la paix, le développement et la prospérité, conformément aux décisions du document final adopté par les ministres. Intervenant au nom de l’Union africaine (UA), le ministre mauritanien dont le pays assure la présidence tournante de l’UA, a affirmé que la conférence d’Alger a permis d’aboutir à des «résultats satisfaisants», qui répondent aux aspirations des délégations participantes et qui sont à même de «consolider le processus du mouvement selon les exigences actuelles». Le groupe africain soutient le mouvement lors de cette étape, durant laquelle tout un chacun aspire à la réalisation des objectifs fixés notamment en vue d’atténuer les tensions provoquées par les phénomènes du terrorisme et du crime organisé. La crise que traverse le Mali, les répercussions de la situation actuelle en Libye, l’interconnexion entre les groupes terroristes et le phénomène du crime organisé qui touche la Libye, le Mali, le nord Nigeria et la République Centrafricaine sont des facteurs qui exigent «notre solidarité et une action commune en vue de trouver les meilleures solutions pacifiques pour le rétablissement de la sécurité et de la stabilité dans la région». Il a appelé à accélérer le règlement de la crise malienne, à travers un dialogue inclusif, n’excluant aucune partie, pour permettre à tout le peuple malien de vivre au sein de la paix, de l’unité et de la sécurité, conformément aux décisions de la dernière réunion tenue à Kidal.
L’UA a réitéré son soutien «à une solution juste et globale garantissant les droits du peuple palestinien à l’établissement d’un état indépendant avec El-Qods pour capitale, appelant à l’ouverture d’un «dialogue sérieux» en Syrie entre les différentes parties, en vue d’aboutir à une solution pacifique qui garantit l’unité, la sécurité et paix au peuple syrien. Concernant la reforme de l’ONU, le responsable africain a rappelé les revendications du mouvement quant à la nécessité de «revoir les règles de cette organisation afin de garantir la justice et l’équité à travers le monde, et permettre à celle-ci d’avoir un rôle actif dans la sécurité et la paix internationales notamment dans les régions à tensions». Le porte parole du groupe des pays d’Amérique Latine et des Caraïbes, a estimé que le document ministériel adopté à Alger et les déclarations y afférentes «est un témoignage collectif contenant des solutions pragmatiques aux problèmes internationaux dont souffrent tous les pays de l’organisation.
Il a souligné le rôle de l’ONU dans la réalisation des principes de paix et de souveraineté et des droits de l’homme, ainsi que dans la mise en œuvre des objectifs du mouvement, ce qui nécessite la révision de la reforme de l’ONU en vue d’être au service des pays du monde sans distinction aucune. Les travaux de la 17e Conférence des ministres des Affaires étrangères des pays du MNA qui s’est déroulée deux jours durant à Alger ont été sanctionnés par l’adoption du document d’Alger qui inclue la déclaration d’Alger, la déclaration sur la Palestine, la déclaration sur le désarmement et l’armement, outre la déclaration sur les technologies de l’information et de la communication et la décision sur la mémoire institutionnelle du mouvement.

----------------------------------

Le SG du ministère des AE reçoit des chefs de délégation et plusieurs représentants de pays et d'organisations internationales
Le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Abdelhamid Bereksi Senouci, a reçu au nom du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, des représentants des pays participant à la 17e conférence ministérielle du Mouvement des pays non-alignés (MNA) dont les travaux ont pris fin jeudi dernier.
M. Bereksi a rencontré, en marge de la conférence ministérielle, le représentant permanent du Royaume de Thaïlande à l'Onu (New York), Norachit Sinhaseni, le ministre des Affaires étrangères du Bénin, Nassirou Bako Arifari, le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères, Hà Kim Ngoc, le ministre kenyan des Affaires étrangères, le secrétaire général du ministère marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, et la chef de la délégation bosniaque. M. Senouci Bereksi Abdelhamid a également reçu plusieurs représentants de pays et d'organisations participant à la 17e conférence ministérielle des pays du Mouvement des Non-Alignés (MNA), dont Mme Susana Malcorra, la présidente de la commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini Zuma, le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al Arabi. Il a également reçu, au niveau bilatéral, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil Fahmy, le ministre de la Coopération internationale mauritanien, Ahmed Ould Teguedi, le vice-ministre des Affaires étrangères saoudien, Abdelaziz Ben Abdallah Al Saoud, et le vice-ministre des Affaires étrangères qatari, Mohamed Ben Abderrahmane Ben Djassem Al Thani.  Il s'agit également de la ministre des Affaires étrangères Malgache, Mme Harisoa Razafitrimo, du ministre des Affaires étrangères du Lesotho, Mohlabi Tsekoa, du ministre des Affaires étrangères du Bangladesh, Abul Hasan Mahmood Ali et du ministre délégué chargé de la Coopération internationale de Djibouti, Ahmed Ali Silay. Le responsable algérien a également reçu le ministre des Affaires étrangères du Sri lanka, Gamini Lakshman Peiris, le premier vice-Premier ministre serbe, Ivica Dacic.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions