mercredi 08 juillet 2020 16:04:45

Journée d’étude sur la concurrence: Un facteur de croissance économique

Le Conseil de la concurrence, en coordination avec la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement, CNUCED, ont organisé, hier, à l’hôtel El-Djazaïr (Alger) une journée d’étude sur la politique de la concurrence.

PUBLIE LE : 28-05-2014 | 0:00

Le Conseil de la concurrence, en coordination avec la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement, CNUCED, ont organisé,  hier, à l’hôtel El-Djazaïr (Alger) une journée d’étude sur la politique de la concurrence. S’exprimant à cette occasion, M. Amara Zitouni, président du Conseil de la concurrence, souligne que « cette rencontre permettra, aux experts internationaux de présenter le fonctionnement d’une autorité de la concurrence pour exercer  pleinement ses missions ». Il s’agit également, a-t-il ajouté, « d’évoquer  les problèmes de démarrage de la relation organique et fonctionnelle entre les structures de l’institution ». La présence  de nombreux  représentants des plus hautes institutions du pays à cette journée d’étude, indique Amara Zitouni, « montre l’intérêt marqué par les plus hautes instances du pays et  un signal fort pour l’appui au Conseil de la concurrence qui a eu réellement, en ces débuts, un redémarrage difficile de ses activités, après une éclipse de plus de 10 années. » Il présente la concurrence comme un levier  majeur dans la politique de développement eu égard à son impact positif sur la croissance, la création  d’emplois, la lutte contre la pauvreté, l’innovation et la compétitivité et aussi comme un moyen de faire face aux défis de la mondialisation. » Selon lui, « ce Conseil a été créé en 1995, dans le sillage des réformes politiques et économiques initiées à l’époque ayant conduit notre pays à opter pour l’économie  de marché.»
« Le Conseil de la concurrence a du mal à retrouver sa place dans l’édifice institutionnel, en termes de statut de l’institution et celui de ses membres, ainsi que  de ses cadres et enfin pour ce qui est des relations qu’elle devrait avoir avec son environnement  institutionnel pour l’élaboration des règles claires et cohérentes de la concurrence et leur application effective, a précisé  Zitouni. Il convient de noter que « le Conseil de la concurrence n’est qu’un acteur parmi d’autres.
C’est une autorité de régulation sectorielle et de service de la protection du consommateur et de la répression de la fraude du ministère du Commerce ». Cet examen volontaire par des experts internationaux de la concurrence, sous  l’égide de la CNUCED, dont ont bénéficié plusieurs pays asiatiques et européens de l’Est, paraît salutaire dans la mesure où il permet de partager les expériences d’autres institutions étrangères  dans ce domaine. Cet exercice de mise à niveau  de la législation algérienne de la concurrence « vient en complément pour entamer des discussions avec nos homologues marocain et tunisien  en vue de mettre en place une organisation régionale des autorités  de la concurrence , à l’instar de ce qui s’est fait dans les autres continents, notamment l’Afrique de l’Ouest et Amérique latine.
Le président du Conseil de la concurrence  a relevé qu’en marge de cette importante rencontre : « Il est prévu d’organiser une réunion de travail avec le président de l’Autorité française de la concurrence  pour discuter  de la mise en œuvre de la convention de coopération signée entre les deux institutions en février dernier et ce suite à la levée de la contrainte de financement du programme des échanges, prévue par ladite convention. » De son côté, M. Bruno Lasser indique qu’« en période de croissance et de crise, il faut la concurrence pour libérer les énergies », ajoutant que « le renouvèlement du Conseil de la concurrence en Algérie est très important pour redynamiser son économie et d’attirer les investisseurs.»    
Makhlouf Ait Ziane

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions