mercredi 13 dcembre 2017 04:22:36

17e conférence ministerielle des pays non-alignés : Volonté d’émerger comme force de proposition

Les travaux se sont achevés hier soir avec l’adoption d’un projet de document final

PUBLIE LE : 28-05-2014 | 0:00
D.R

Un nombre important de ministres des Affaires étrangères, de leurs représentants, d’invités de marque, ainsi que des responsables de grands regroupements et d’organisations internationales sont attendus aujourd’hui pour animer la 17e Conférence ministérielle des pays Non-alignés, après que le chef de la diplomatie algérienne, M. Ramtane Lamamra a donné l’entame des travaux du segment des hauts fonctionnaires, réunis à huis clos pour une durée de deux jours. 

A noter que cette session est scindée en deux comités, le premier chargé des affaires politiques et le second des affaires économiques et sociales. A charge pour les  haut-fonctionnaires et les experts des pays membres, de préparer les rapports et documents qui seront soumis à la réunion des ministres des Affaires  étrangères du Mouvement.          
Les participants à cette conférence qui intervient dans un environnement politique international pour le moins singulièrement complexe, vont procéder à l’examen de questions d’ordre politique et économique, d’actualité, dont le terrorisme et le crime transfrontalier, le phénomène de l’armement, l’immigration clandestine, pour ne citer que les thèmes de préoccupation les plus évidents du fait de leur acuité et de leur aspect crucial. Il faut rappeler aussi que M. Ramtane Lamamra avait affirmé, à l’ouverture des travaux préparatoires, que la Conférence d’Alger se veut un message d’espoir et de renouveau dans la fidélité au sursaut originel  des idéaux afro-asiatiques et tiers-mondistes de ce  Mouvement. Il a, par ailleurs, cerné les principales problématiques qui seront traitées par les participants dont celles que nous venons de citer de façon sommaire. Il n’en demeure pas moins que la lutte contre le fléau du terrorisme qui prend des proportions de plus en plus alarmantes, instaure une réalité qui se greffe aux abondants défis et enjeux auxquels fait face le Mouvement des non-alignés. Depuis les Sommets de la Havane en 2006, de Charm El Cheikh en 2009, et de Téhéran en 2012,  la question du terrorisme est devenue récurrente  au niveau du bloc Afro-asiatique, se hissant au rang de priorité dont témoignent les communiqués finaux des sommets du MNA qui condamnent clairement toute tentative d’ambigüité ou d’amalgame entre terrorisme et lutte légitime des peuples colonisés. Cependant la lutte contre le terrorisme et ses convergences mortifères prouvées, avec le crime organisé et transnational, outre le fait qu’elle se doit de susciter la mobilisation active et efficace de toute la communauté universelle, ne remet pas en cause, ne peut surseoir ou différer la prise en charge permanente d’autres questions d’intérêt collectif et avéré telles que l’instrumentalisation éhontée des droits de l'homme, pour exercer des pressions sur les pays, tenter de les soumettre et de porter atteinte à leur souveraineté au nom d’une prétendue légalité internationale. Le Mouvement des pays non alignés est en devoir de rassembler  les efforts de la communauté internationale et de les inscrire dans une logique de synergie dans le but de parachever le projet de convention globale de lutte contre ce fléau en vue de pallier les lacunes enregistrées dans les lois internationales, notamment celles relatives au financement du terrorisme. Il n’est plus nécessaire de rappeler que l'Algérie a plaidé pour la mobilisation de moyens et l'instauration d'un mécanisme de coopération entre les pays du mouvement pour éradiquer le terrorisme qui ronge les pays du sud, mettant en garde contre les répercussions dangereuses du paiement de la rançon. Elle a, également, souligné la nécessité de lutter contre ce phénomène multidimensionnel.   Dans ce cas de figure et pour des raisons qui n’ont plus besoin d’être ressassées, le Mouvement a appelé à la tenue d'une conférence internationale pour donner une réponse concertée au phénomène du terrorisme. Dans son allocution inaugurale lors de l’ouverture de cette 17e conférence ministérielle des pays non alignés qu’abrite notre pays, M. Ramtane Lamamra, a mis en avant les fondamentaux du non-alignement. dont les valeurs nécessitent plus que jamais, d’élargir sa vision, de renforcer sa cohésion et d’affiner ses méthodes de travail à l’effet d’assurer une présence active sur la scène internationale, d’imposer une vocation susceptible d’en faire un artisan et un bénéficiaire d’une recomposition des relations internationales qui pose, avec vigueur la préservation des intérêts des peuples et l’avènement d’une phase qualitativement nouvelle dans la coexistence de toutes les nations. Ce Mouvement est aujourd'hui confronté, voire tenu de remporter de grands challenges notamment ceux liés au développement économique, à la promotion de la ressource humaine, à la préservation de l’environnement, à la stabilité politique et sécuritaire et à la restructuration des instances de la gouvernance mondiale, de veiller à bâtir et à consolider des axes de coopération multisectorielle entre les pays du Sud, de conforter un partenariat fondé sur des bases d’intérêt réciproque entre un Nord toujours hégémonique et un hémisphère sud à la recherche d’un essor pérenne, de mettre en place un système international plus équilibré et forcément plus juste.   
M. Bouraib

-------------------------------

La sécurisation des frontières au centre d'un entretien entre Lamamra et une responsable de l'ONU
La question de la sécurisation des frontières a fait  l'objet mardi à Alger de discussions entre le ministre des Affaires étrangères,  Ramtane Lamamra, et la secrétaire générale adjointe des Nations unies, Susanna  Malcorra.           
"Le terrorisme concerne aujourd’hui non seulement la région entourant  l'Algérie mais aussi l'ensemble du monde dès lors que nous sommes confrontés  à un phénomène qui ne reconnaît ni les frontières, ni les Etats. Aussi, est-ce  un challenge pour tous les gouvernements de faire face à cette donne. C'est  d'autant plus le cas pour l'Algérie eu égard à ce qui se passe au niveau de  ses frontières", a précisé à la presse Mme Malcorra, à l'issue d'un entretien avec M. Lamamra. Tout en reconnaissant "la difficulté" de sécuriser les frontières en  question, l'adjointe de M. Ban Ki-moon, a estimé que lé défi demeure celui "d'empêcher que le terrorisme soit exporté" en dehors de ces limites géographiques,  notant que le phénomène frappe aussi bien en "Afghanistan qu'en Afrique de l'Ouest"
"C'est la question que nous tentons de solutionner au niveau du Secrétariat  général des Nations unies en concertation avec tous les membres", a ajouté  l'hôte de Ramtane Lamamra, avant de souligner, à ce propos, que l'"une des explications  originelles du phénomène terroriste est la situation des jeunes confrontés au  fléau du chômage et à l'absence de perspectives d'avenir". Aussi, a-t-elle recommandé des solutions qui tiendraient compte du "développement"  des Etats concernés par le phénomène transnational du terrorisme, afin, a-t-elle  expliqué, de "venir à bout de l'une de ses racines".
Outre la situation prévalant dans la région, les deux parties ont également abordé l'actualité marquant la scène internationale, a-t-elle, en outre, fait  savoir. Mme Malcorra se trouve à Alger pour représenter Ban Ki-moon aux travaux  de la 17ème Conférence ministérielle du Mouvement des pays non alignés (MNA)  qui s'ouvrent mercredi.

-------------------------------

Le MNA, une alternative pour que règnent plus de paix et de solidarité dans le monde
Le ministre des Affaires étrangères du Lesotho, Mohalbi Keneith Tsekoa, a indiqué hier à Alger, que le mouvement des pays Non-alignés (MNA) est toujours là pour rappeler à l'Est et à l'Ouest qu'il peut toujours y avoir autre alternative pour que règnent plus de paix et de solidarité dans le monde à l'issue de l'audience que lui a accordée le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra. Le ministre du Lesotho est à Alger pour prendre part aux travaux de la Conférence du mouvement des pays Non-alignés qui débutera aujourd’hui, au niveau ministériel. Il ajoute, dans ce sens, avoir évoqué avec M. Lamamra "comment assurer  que le MNA reste pertinent même si les pays membres de ce mouvement jouissent de plus de paix, et de stabilité comparativement à ses débuts". "Nous avons également évoqué les questions importantes liées à la paix et  à la stabilité, notamment avec ce qui se passe en Syrie et en Libye ainsi que dans le reste du monde", a t-il ajouté notant que ces points seront discutés lors  de la tenue, en septembre prochain à l'Assemblée générale des Nations unies  à New York. Il a noté, à l'occasion, qu'ils informeront "les leaders de ce monde que nous avons besoin de paix, de stabilité et de développement".

-------------------------------

Fin des travaux de la réunion des hauts fonctionnaires du MNA préparatoire à la Conférence ministérielle d’Alger    
Les hauts fonctionnaires des pays Non-alignés ont clôturé hier en fin d’après-midi leurs travaux préparatoires à la 17e Conférence ministérielle du mouvement au Palais des Nations (ouest d’Alger), après deux jours de discussions. Les hauts fonctionnaires se sont réunis lundi et mardi à huis clos dans le cadre de deux comités, politique et économique, pour préparer les textes,  les documents et les décisions qui seront présentées à la Conférence ministérielle, qui s’ouvre aujourd’hui sous le thème “Une solidarité renforcée pour la paix et la prospérité”.        
Les participants ont examiné les questions d’ordre politique et économique ainsi que plusieurs questions d  actualité comme le terrorisme, le crime transfrontalier, et l’immigration clandestine.          Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, avait affirmé lundi, à l’ouverture des travaux préparatoires, que la Conférence d’Alger se veut "un message d’espoir et de renouveau dans la fidélité au sursaut originel des idéaux afro-asiatiques et tiers-mondistes" du Mouvement des Non-alignés.         
La 17e réunion ministérielle du MNA doit préparer le Sommet du mouvement prévu en 2015 à Caracas (Venezuela).

-------------------------------

M. Lamamra et son homologue malgache examinent  le renforcement de la coopération bilatérale
Les possibilités de «renforcement» et de «renouvellement» de la coopération bilatérale entre l’Algérie et Madagascar ont été abordées hier à Alger par le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et son homologue malgache, Mme Arisoa Lala Razafitrimo, lors de l’audience qu’il lui a accordée au siège de son département. «Nous avons discuté de ce qui peut être fait pour développer, renforcer et renouveler la coopération bilatérale entre l’Algérie et Madagascar, et ce, dans tous les domaines», a déclaré à la presse à l’issue de cette audience, la chef de la diplomatie malgache, précisant que cette coopération couvrait aussi bien les domaines de l’éducation, des finances que des travaux publics et de la santé. Mme Razafitrimo a fait part à ce propos la disponibilité de l’administration malgache en place à «étaler davantage» la coopération bilatérale, notant, au passage, avoir travaillé «sous l’éclairage» et la «conduite» de son vis-à-vis algérien, Ramtane Lamamra, au sein de l’union africaine (UA) et dont elle espère bénéficier de «l’expérience».
La ministre des Affaires étrangères du Madagascar se trouve en Algérie pour prendre part aux travaux de la 17e Conférence ministérielle du Mouvement des Non-alignés (MNA).

-------------------------------

Algérie-UA  
L'Algérie, un pays qui a beaucoup lutté pour l'émancipation et le développement de l'Afrique
L'Algérie est un pays très actif en Afrique et qui a lutté pour l'émancipation et le développement de ce continent, a indiqué hier  à Alger, la présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma. "L'Algérie est un pays très actif en Afrique et qui toujours lutté en faveur de l'émancipation et du développement de ce continent", a déclaré à la presse Mme Zuma, à l'issue d'un entretien avec le ministre des Affaires étrangères,  Ramtane Lamamra.
La présidente de la Commission de l'UA a indiqué, en outre, avoir discuté  avec M. Lamamra de l'ordre du jour de la 17e Conférence ministérielle du Mouvement des Non-alignés (MNA) qui s'ouvre aujourd’hui à Alger.          
L'ancienne ministre des Affaires étrangères d'Afrique du Sud a également  ajouté avoir évoqué le projet de création d'une université panafricaine dont  un campus est prévu en Algérie.

-------------------------------

Algérie-Ligue Arabe  
M. Lamamra reçoit le secrétaire général de la Ligue arabe    
Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a reçu hier au siège du ministère le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al Arabi, arrivé à Alger pour participer aux travaux de la 17e Conférence ministérielle du Mouvement des pays nNn-alignés qui débuteront aujourd’hui.          
La "situation en Libye, en Palestine et en Syrie a été au centre des questions soulevées lors des entretiens", a indiqué M. Al Arabi dans une déclaration au terme de l'audience.          
S'agissant de la crise que traverse la Libye, M. Al Arabi a rappelé que les pays membres de la Ligue arabe ont convenu à "l'unanimité" de désigner  l'ancien ministre palestinien des Affaires étrangères, Nasser Al Qodoua, représentant de la Ligue arabe en Libye.          
Le secrétaire général de la Ligue arabe a souligné à ce propos que "la  situation dans ce pays (Libye) fera l'objet de débat lors des travaux de la  conférence entre tous les pays voisins arabes et africains.

-------------------------------

M. Lamamra reçoit le ministre égyptien des Affaires étrangères    
Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a reçu mardi à Alger le ministre égyptien des Affaires étrangères, Mohamed Nabil  Ismail Fahmy, arrivé ce jour pour prendre part aux travaux de la 17ème Conférence ministérielle du Mouvement des pays non-alignés qui débuteront aujourd’hui, à Alger.          
Dans une déclaration à la presse au terme de l'audience, le ministre  égyptien a qualifié "d'historiques et multidimensionnelles" les relations entre l'Egypte et l'Algérie, marquées par des positions qui font honneur aux deux pays".          
Le ministre a salué également "le rôle important et remarquable" assumé par l'Algérie depuis le congrès constitutif du mouvement des pays Non-alignés tenu à Bandung jusqu'à nos jours".          
Les deux parties ont abordé au cours des entretiens "les relations bilatérales et les moyens de leur donner une impulsion exceptionnelle, ainsi que la situation régionale en Afrique" selon le chef de la diplomatie égyptienne qui a indiqué que "ces questions seront soulevées lors des travaux de la conférence ministérielle".
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions