samedi 17 novembre 2018 10:44:17

Éthique et responsabilité sociétale : Au diapason des normes internationales d’entreprise

M. Bouchouareb : « Des concepts novateurs à développer »

PUBLIE LE : 27-05-2014 | 0:00
D.R

Comment favoriser l’implication citoyenne et la responsabilité sociétale des entreprises et organismes publics pour la  réalisation d’objectifs partagés, tel est l’objectif du 1er Forum, organisé hier à l’hôtel  Hilton, conjointement par Algerian Trade  and  Exhibitions ATA,  l’Agence nationale de développement de la PME et l’Assemblée populaire de la wilaya d’Alger, sous le haut  patronage
du ministère de l’Industrie et des Mines, sur l’éthique et la responsabilité sociétale des entreprises. 

Cet espace, qui a réuni entreprises publiques et privées, mais également des experts nationaux et internationaux, pour débattre de l’intérêt d’intégrer les préoccupations sociales, environnementales et économiques dans leurs activités, et leurs interactions avec les parties prenantes, a été rehaussé par la présence du ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, qui a appelé l’ensemble des  organismes à adhérer  à ce processus pour mettre en œuvre les  bonnes pratiques en termes de gouvernance, des droits de l’homme, mais également des relations et conditions de travail, avant de poursuivre que pour assumer cette  tâche, «les responsables d’entreprise se doivent de respecter la législation et les conventions collectives en vigueur, tout comme ils sont  appelés à  associer davantage toutes les parties prenantes pour aller vers la réalisation des objectifs fixés dans le cadre des stratégies de base et des activités des organismes». Il a insisté, ainsi, sur le développement de l’éthique et de la responsabilité sociétale citoyenne de ces mêmes entités pour répondre aux normes internationales. Le ministre ne manquera pas de relever que «le Président de la République accorde une  place de choix à l’entreprise, confirmée par le pacte économique et social de croissance, à la faveur des réformes qu’il a engagées, et s’attelle à  conforter  la stabilité, à enraciner une démocratie apaisée, à valoriser le capital humain, à bâtir une économie émergente axée sur une approche de développement durable et  enfin à renforcer les liens de solidarité sociale». Le chargé du secteur insiste également sur la nécessité d’étendre les progrès, réalisés en termes de bonnes gouvernance sur tous les  plans qui ont  joué un rôle clef  dans le renforcement du processus démocratique et  la relance économique. Il estime enfin primordial de soutenir davantage les institutions de bonne gouvernance pour consolider l’État de droit et améliorer la transparence et la responsabilité de gestion des affaires publiques nationales ou locales, rappelant qu’un processus est mis en œuvre pour l’implémentation de la norme ISO 26000 sur la responsabilité sociétale au sein des entreprises algériennes.

« L’année 2016 verra l’application de l’éthique et de la responsabilité  sociétale à la SEAAL »
 Prenant la parole, Jean Marc Jahn, PDG de la Société des eaux et d’assainissement d’Alger (SEAAL), dit que le programme de son entreprise place, comme  premier  axe, la satisfaction des besoins des citoyens, à travers un  mode de gouvernance du service public dont la complexité de la situation a conduit à la création de partenariats avec des étrangers pour mettre le service à un niveau de standard international, d’une part, et de  transfert du savoir-faire,  aux employés locaux, de l’autre. Les pouvoirs publics ont mis beaucoup de moyens financiers  et humains qui ont permis de donner à la SEAAL, un coup  de booster et, par là même, capitaliser les bonnes pratiques de l’Algérienne des eaux. Il estime, en outre, que la SEAAL travaille sur l’exemplarité de ses cadres,  le professionnalisme, le dynamisme et la confiance, avant d’ajouter que «l’année 2016 sera celle de la mise en route de l’éthique et responsabilité sociétale de la SEAAL». René Villemure, enseignant au Collège des administrateurs de sociétés de l’université Laval (Canada), note que l’éthique et la RSE sont partout, même si ces concepts demeurent encore peu connus, relevant que souvent on parle des conflits et des fraudes, mais  point des bénéfices de l’éthique. Il considère ainsi  important de viser  le concept de potentiel  qui  donne du sens à la conduite.  «Ce qui est éthique dans un pays ne l’est pas forcément ailleurs», insiste-t-il, avant de poursuivre qu’«il ne faut pas se cantonner dans un modèle importé». «Les valeurs de la RSE, selon le conférencier, sont celles qui ont  un contenu positif et contiennent aussi le respect pas seulement vis-à-vis de la loi.» S’exprimant pour sa part, Rachid Moussaoui, DG de l’Agence nationale de promotion de la PME, indique d’emblée que l’organisme qu’il représente se fixe comme priorité d’orienter les sociétés à une meilleure gestion et à l’ancrage du principe de l’entrepreneuriat.
D’autres communications, notamment l’éthique et le management, la responsabilité civile dans les pays émergents, le citoyen, acteur du développement, et l’évolution de la société civile ont été à l’ordre du jour de ce premier forum.
Samia D.

-----------------------------

M. Bouchouareb : « Des concepts novateurs à développer »
Le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, a plaidé, hier à Alger, pour le développement en Algérie de l’éthique et de la responsabilité sociétale citoyenne des entreprises et organismes publics, pour être au diapason des normes internationales.
«L’éthique et la responsabilité sociétale citoyenne des entreprises et organismes publics doivent se développer en Algérie pour être au diapason des normes internationales», a-t-il déclaré, à l’ouverture d’un forum sur l’éthique et la responsabilité sociétale.
Le ministre a estimé que les entreprises et les organismes doivent être attentifs à l’application des législations en vigueur. «Les dirigeants d’entreprise et des organismes du secteur public doivent s’atteler au respect des législations et des conventions en vigueur», a-t-il insisté. M. Bouchouareb a préconisé l’association des «parties prenantes dans un processus intégrant les préoccupations sociales, environnementales, éthiques et des consommateurs», soulignant que le concept de l’éthique est un élément essentiel qui tourne autour de l’entreprise.
Selon le ministre, l’éthique et la responsabilité sociétale citoyenne des entreprises et organismes publics «constitueront un axe stratégique sur lequel s’appuieront nos dirigeants, tous secteurs confondus». Sur un autre volet, il a indiqué que les réformes engagées par le Président de la République «réservent une place importante à l’entreprise algérienne, à travers un nouveau pacte pour le développement et le progrès».  
Ce pacte vise, selon lui, à conforter la stabilité, enraciner une démocratie apaisée, valoriser le capital humain, bâtir une économie émergente et renforcer les liens de solidarité sociale.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions