mardi 12 novembre 2019 23:20:21

Benflis a propos de la création de son parti politique : « Le dossier est en cours d’élaboration »

M. Ali Benflis, a souligné hier, lors d’une conférence de presse organisée au siège de la direction nationale de campagne, Ben Aknoun (Alger) en présence des membres du pôle du changement que « la demande d’agrément de son parti politique sera déposée avant fin juin ».

PUBLIE LE : 26-05-2014 | 0:00
Ph : Nesrine

M. Ali Benflis, a souligné  hier, lors d’une conférence de presse organisée  au siège de la direction nationale de campagne, Ben Aknoun (Alger)  en présence des membres du pôle du changement que  « la  demande d’agrément  de son parti politique sera déposée avant fin juin ». Il dira dans ce sens : « Nous travaillons sur les statuts et le programme du parti, de même que son règlement intérieur. » Benflis s’est montré  confiant  en   précisant : « Il y a  beaucoup  de citoyens qui ont montré leur enthousiasme  pour adhérer  à  notre parti politique, qui est au service de la République. » Benflis a rappelé : « La création de ce parti politique a pour objectif de donner un cadre légal à mon projet politique qui est celui du renouveau national. » Mettant l’accent sur « le pôle des forces du changement »,  il a   fait savoir que  « ce dernier est né d’une idée, d’un changement et d’une finalité ». L’idée, a-t-il dit, c’est que l’heure du changement est venue, car l’état critique du pays l’exige, et le peuple algérien le réclame. La stagnation et l’immobilisme ne sont plus permis, car ils n’ont produit que l’accumulation  de retards politique, économique et social que l’Algérie de ce début de siècle ne peut se permettre ». L’engagement, a-t-il ensuite ajouté, c’est celui d’apporter  une contribution, d’être partie prenante et d’être une partie agissante dans l’ouverture d’une dynamique de changement en Algérie ». Et de poursuivre « tout autour de nous, le monde change et les mutations  s’accélèrent. Notre pays ne peut rester indéfiniment à l’écart de ce mouvement sans risquer  la marginalisation voire l’exclusion ». S’agissant de la finalité de la création de ce nouveau pôle, il a indiqué  que « celle-ci se résume en un changement démocratique ordonné, apaisé et consensuel » avant d’ajouter que «  seul un changement de cette nature peut éviter à notre pays les heurts et les ruptures  que nous avons  le devoir de lui éviter et que nous nous devons de lui éviter ». Au sein de ce pôle, a souligné Benflis, « trois facteurs primordiaux nous unissent : un même diagnostic de la crise  à laquelle notre pays est confronté, une même vision de son règlement effectif et une même conception du cadre idoine dans lequel ce règlement devrait intervenir ». Dans de telles conditions, souligne Benflis « la réaction de notre pôle aux propositions de révision  constitutionnelle  ne pouvait ni surprendre ni être inattendue ». Selon  lui, « la proposition de la révision constitutionnelle ne réglera  rien d’essentiel dans la crise politique actuelle et l’ouverture d’un processus politique global de règlement de cette crise n’en deviendra que plus urgent et plus impératif ». Mettant l’accent par ailleurs, sur  la coordination pour les libertés et la transition démocratique (CLTD),  il a indiqué que « même s’il y a des divergences, nous avons beaucoup de points en communs ».  Pour appuyer ses dires, il souligné que « les deux coordinations, au-delà de nos différences idéologiques, appellent à un  changement significatif et à la construction démocratique ».  Ali Benflis a relevé  dans ce sens qu’il y aura des rencontres de concertation sur les voies et les moyens les meilleurs,  pour faire sortir notre pays de sa crise actuelle.  Il y a lieu de souligner que le pôle des forces pour le changement, rappelle-t-on, est une entité  politique créée au lendemain de l'élection présidentielle du 17 avril dernier, composée de partis politiques et de personnalités dont certains étaient présents à la conférence de presse. Outre Ali Benflis, étaient présents à cette rencontre le président de Fadjr Jadid, Tahar Benbaïbèche, le secrétaire général de l'Union des forces démocratiques et sociale, Nordine Bahbouh, le secrétaire général du mouvement Islah, Djahid Younsi, le président du Front de la nouvelle Algérie, Djamel Benabdessalem, le président du Parti des centristes, Mahdi Alalou, ainsi que le président du  Rassemblement pour la réconciliation nationale, Ahmed Hayoussi.  
Makhlouf Ait Ziane

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions