dimanche 22 octobre 2017 12:51:32

Présidentielle en Ukraine : 35,5 millions d’électeurs aux urnes

Plus de 35,5 millions d'électeurs ukrainiens ont commencé à voter hier pour élire le président de la République sur fond de fronde dans les territoires russophones de l'est du pays.

PUBLIE LE : 26-05-2014 | 0:00
D.R

Plus de 35,5 millions d'électeurs ukrainiens ont commencé à voter hier pour élire le président de la République sur fond de fronde dans les territoires russophones de l'est du pays.

Les bureaux de vote ouvert leurs portes à 08h00, heure locale (05h00 GMT), pour cette élection anticipée fixée trois mois après le renversement fin février de l'ancien président Viktor Ianoukovitch. Au total, 21 candidats participent à la course à la présidence, dont les favoris sont l'ancienne Première ministre Ioulia Timochenko et l'homme d'affaires Petro Porochenko. Si aucun candidat ne récolte plus de 50% du vote, un second tour sera organisé le 15 juin. Une tendance sera donnée par des sondages sortie des urnes dès la fermeture des bureaux de vote à 20h00 (17h00 GMT). Le gouvernement a déployé environ 55.700 policiers et 20.000 bénévoles pour assurer l'ordre public dans les 34.000 bureaux de vote à travers le pays. Des mesures de sécurité supplémentaires ont été adoptées à Donetsk et Lougansk, des régions de l'est du pays plongées dans le chaos suite à des manifestations anti-gouvernementales. Le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, a ainsi appelé les électeurs à se rendre massivement aux urnes pour "défendre l'Ukraine". "Ce sera l'expression de la volonté des Ukrainiens de l'Ouest, de l'Est, du Nord et du Sud", a-t-il souligné. Dans la ville de Dobropillia, à l'ouest de Donetsk, un correspondant a indiqué avoir vu un seul bureau de vote ouvert. Paradoxalement dans l'ouest du pays, les sondages donnent le milliardaire pro-occidental Petro Porochenko grand favori avec plus de 44% des intentions de vote après une campagne sans éclat où il a assuré le service minimum. Porochenko, qui s'engage à gérer l'Ukraine, n'est pas assuré d'être élu au premier tour et devra peut-être patienter jusqu'à un hypothétique second tour le 15 juin. Ses principaux rivaux, l'égérie de la révolution pro-occidentale en 2004, Ioulia Timochenko, qui prône un référendum sur une adhésion à l'Otan, et le prorusse Serguiï Tiguipko, qui promet une normalisation des relations économiques avec la Russie, s'attendent à un second tour.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions