mardi 25 septembre 2018 03:10:21

Mali : retour au calme à Kidal, manifestation pour l'unité du Mali à Bamako

Le calme régnait hier à Kidal dans le nord du Mali, au lendemain de la signature d'un accord de cessez-le-feu entre le gouvernement et les groupes armés, salué dans la capitale Bamako lors d'une manifestation en faveur de l'unité du pays.

PUBLIE LE : 25-05-2014 | 0:00
D.R

Le calme régnait hier à Kidal dans le nord du Mali, au lendemain de la signature d'un accord de cessez-le-feu entre le gouvernement  et les groupes armés, salué dans la capitale Bamako lors d'une manifestation  en faveur de l'unité du pays.         
 Selon des habitants de Kidal, cités par l'AFP, le calme régnait dans  la journée dans cette ville située à l'extrême nord-est, à 1.500 km de Bamako au lendemain de l'accord de cessez-le-feu signé vendredi, par le gouvernement et trois groupes armés du Nord, dont les rebelles touareg du MNLA, sous la supervision de l'Union africaine (UA) et de l'ONU.          
De violents combats ont opposé le 17 mai à Kidal les forces maliennes et les groupes armés, faisant plusieurs morts dans le deux camps.         
Les forces maliennes ont enregistré dans leurs rangs une vingtaine de morts et une trentaine de blessés à Kidal (nord-est) lors des combats mercredi dernier, contre les groupes armés, qui ont pris la ville, selon le ministre malien de la Défense Soumeylou Boubèye Maïga. Les rebelles ont pris le contrôle de la ville à l'issue de nouveaux affrontements meurtriers mercredi. Bamako avait déclaré un cessez-le-feu unilatéral dès mercredi soir. En plus de Kidal, les groupes armés ont pris Ménaka (660 km au sud-est de Kidal), selon l'ONU. Les affrontements à Kidal ont fait craindre à beaucoup d'observateurs une reprise de la guerre dans le nord du Mali, fief de mouvements rebelles touareg et tombé aux mains de groupes terroristes en 2012 qui ont été chassés de la région suite à une intervention militaire internationale en 2013.        
Vendredi, le président en exercice de l'Union africaine et chef de l'Etat mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, avait arraché aux deux camps un cessez-le-feu, réclamé par la communauté internationale, notamment par l'ONU depuis la reprise le 17 mai de combats meurtriers qui s'étaient soldés mercredi par la déroute de l'armée malienne à Kidal.         
Bamako a signé le document, de même que trois groupes armés, composés essentiellement de Touareg mais aussi du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad  (HCUA, formé par des dissidents d'un groupe armé) et le Mouvement arabe de l'Azawad  (MAA).          
Le cessez-le-feu est en entré en vigueur dès sa signature, "vers 16h30"  par les groupes armés à Kidal, et "vers 21h30" à Bamako par le gouvernement malien à travers le ministre malien de l'Intérieur.          
L'accord a été signé sous la supervision du président Ould Abdel Aziz, et du représentant onusien Albert Gérard Koenders.              
Les différentes parties ayant signé l'accord "ont convenu de la cessation des hostilités sur toute l'étendue du territoire national, de revenir à l'accord préliminaire du 18 juin 2013" qu'elles ont signé à Ouagadougou "pour une reprise immédiate des négociations avec le soutien des Nations unies et ses partenaires régionaux et internationaux".          
Bamako et les groupes rebelles "ont également convenu de la libération des prisonniers dans les meilleurs délais, de faciliter les opérations humanitaires des Nations unies et autres partenaires humanitaires, et de respecter les  principes de droit humanitaire en vigueur".          
Ils sont enfin tombés d'accord "sur la mise en place d'une commission internationale d'enquête relative aux événements survenus, en commençant par  Kidal", avait affirmé un communiqué de la mission de l'ONU au Mali (Minusma).                        
L'accord de cessez-le-feu à Kidal a été bien salué hier dans la capitale Bamako à l'occasion d'une manifestation de soutien à l'armée malienne.           

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions