mardi 12 dcembre 2017 16:47:50

Les sept axes du plan quinquennal 2015-2019 : Une réponse forte aux aspirations citoyennes

Elargir la concertation et le dialogue, c’est multiplier les atouts de réussite du programme national

PUBLIE LE : 25-05-2014 | 0:00

Les grands axes du plan quinquennal pour la période 2015-2019, qui viennent d’être endossés en Conseil des ministres constituant des éléments d’appréciation du plan d’action du gouvernement pour la mise en œuvre de la première tranche 2015-2016, notamment, la célérité prise par l’équipe devant piloter ces programmes et projets, manifestent de la volonté politique du Chef de l’Etat à maintenir la dynamique de travail et d’action qui animent les différents acteurs et partenaires engagés dans l’entreprise de la réalisation des engagements et promesses du programme électoral. Le Président de la République a donc instruit le gouvernement au sujet de l’élaboration du projet de programme de développement et d’investissements publics pour la période 2015-2019, dans le cadre de ce plan quinquennal confirmant le respect des engagements qu’il a pris pour donner l’assise matérielle aux aspirations des citoyens, à la stabilité, au développement, à la modernité dans la liberté et la démocratie, bref au projet de renouveau d’une société de prospérité partagée et où il fait bon d’y vivre. Un idéal partagé par tous dans l’espoir que la révision constitutionnelle lui donne les contours d’un consensus nécessaire à sa concrétisation.
L’adoption du projet de Plan d’action du gouvernement pour l’application du programme présidentiel qui s’articule autour des objectifs, des programmes et des engagements inspirés du programme électoral misant sur sept axes principaux, exprime la volonté politique du Président de la République d’être au diapason des attentes des citoyens dans les différents domaines de la vie nationale. Autrement dit, il est question de parachever les réformes devant matérialiser les fondements de l’Etat de droit et des valeurs et principes qui l’accompagnent et d’apporter les correctifs nécessaires ayant survenus au cours de la mise en œuvre des programmes mis en chantiers ces dernières années au sujet du renforcement de la cohésion nationale en tant que facteur de consolidation de la stabilité et l’amélioration de la gouvernance assortie des règles de la démocratie et de la pluralité politique.
Ce sont véritablement les indicateurs de la culture d’Etat et du principe de la citoyenneté auxquels sont appelés les partenaires politiques, économiques, socioprofessionnels et les personnalités nationales qui ont été conviés aux discussions et à la concertation, à préconiser en agissant en conséquence dans le chapitre de l’enrichissement des dispositions contenues dans le projet des amendements de la révision constitutionnelle qui leur ont été proposés. La présentation des objectifs du plan quinquennal par ordre de priorité selon les contingences de l’actualité obéit à une vision que les algériens ont exprimé selon les vocables utilisés durant la campagne électorale que le gouvernement est tenu de concrétiser à la faveur des orientations d’une stratégie bien définie et aux objectifs clairement visualisés.
La stratégie nationale qui a opté pour des changements profonds en allant vers des réformes progressives s’appliquant sur une réalité nationale en fonction de ses capacités et suivant son propre rythme, a su saisir l’opportunité des résultats de la consultation nationale du 17 avril dernier, convaincue que la conjoncture nationale, régionale et internationale plaiderait forcément en faveur de la démarche entreprise dans ce sens pour le parachèvement des réformes globales économiques et sociales inscrites dans les différents plans quinquennaux en vue de garantir le succès de l’étape devant couronner l’édification du système politique de l’Etat et du projet de la société conformément au message de la Révolution du 1er Novembre 1954 et l’idéal de la république et la souveraineté de sa décision, d’indépendance et de justice sociale en tribut aux martyrs de la lutte armée pour la libération nationale et l’émancipation du joug colonial.

---------------------------------

Elargir la concertation et le dialogue, c’est multiplier les atouts de réussite du programme national
La justesse de la démarche de l’Algérie qui s’est entourée des garanties nécessaires à la réussite des étapes de changement en cours vient donc à point nommé pour aller en labeur dans l’application du quinquennat 2015-2019 et prémunir à long terme l’évolution du pays face aux menaces et dangers d’une mondialisation, elle-même en reconfiguration des ses rapports et des enjeux politiques, économiques et sécuritaires. D’où l’importance de la préservation de la stabilité, la cohésion sociale et l’élargissement de la concertation des acteurs algériens autour des exigences et des impératifs susceptibles de constituer des fondements consensuels à toute la société.
Cette détermination affichée par le Président de la République dès son investiture à la magistrature suprême du pays qui a été marquée par l’exposé du projet de révision constitutionnelle au débat général public et politique devant les différentes composantes de la société, en général, les politiques et l’élite nationale, en particulier, constitue en soit une preuve tangible de la volonté nationale de construire des passerelles consensuelles et de baliser les contours pour laisser s’exprimer les opinions des uns et des autres afin d’associer tout le monde dans les choix à privilégier dans l’intérêt du pays et de son peuple, loin des surenchères politiciennes et du lobby de certains médias qui s’agitent pour tenter de s’accaparer de la volonté du peuple.
Le peuple algérien qui s’est prononcé à plus de 81% du corps électoral en exprimant ses grands choix et en votant pour le programme du candidat Abdelaziz Bouteflika auquel il a renouvelé sa confiance pour les cinq années à venir, attend donc du nouveau gouvernement des actions et autant d’efficacité et de célérité pour inscrire en réalisation les objectifs tracés dans les sept axes du programme quinquennal et les réponses à ses aspirations dans des délais impartis avec des mécanismes fixés dans des calendriers précis pour transcrire la cadres juridiques de la République des institutions constitutionnelles.
La majorité des formations politiques, des grandes organisations et de la société civile qui ont soutenu programme présidentiel doivent s’impliquer davantage tout comme les partis formant l’opposition doivent adhérer au processus national et sortir de la position de négation rejetant tout ce qui vient du pouvoir.
L’Etat et la société se construisent avec la conjugaison des efforts de tous les enfants du pays dans un jeu de démocratie et d’échange de propositions, d’avis et de contre propositions. Parce ce que la concertation entre tous les acteurs de la vie nationale est davantage un atout qu’un handicap et la position de l’opposition n’est pas simplement un souhait, mais des formulations et un combat de projet d’alternance au pouvoir en termes de démocratie et d’exercice d’expressions issue d’un processus électoral tant le pouvoir appartient au peuple.
Le Chef de l’Etat qui n’a exclu personne de l’application du programme national pour lequel les Algériens se sont prononcés en majorité, y compris l’opposition, instruit le gouvernement de la charge de préparer le projet de programme d’investissements publics pour les années 2015 à 2019 qui, à l’issue du programme quinquennal 2010-2014, en cours d’exécution, devra définir les ressources financières nécessaires à l’exécution du Plan d’action du gouvernement avant de le soumettre au débat général devant les parlementaires des deux chambres pour approbation.
Houria A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions