mercredi 19 septembre 2018 09:05:35

Exploitation du gaz de schiste : Une opportunité pour l’Algérie

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a tranché et donne désormais le feu vert à l’exploitation du gaz de schiste. L’annonce en a été faite lors du dernier Conseil des ministres.

PUBLIE LE : 24-05-2014 | 0:00
D.R

Le  Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a tranché et donne désormais le feu vert à l’exploitation du gaz de schiste. L’annonce en a été faite lors du dernier Conseil des ministres. Le Président a instruit le gouvernement de veiller à ce que la prospection, et plus tard l'exploitation des hydrocarbures schisteux soient menées en permanence avec le souci de préserver les ressources hydriques et de protéger l'environnement. Selon de nombreux spécialistes, l’exploitation de cette ressource énergétique est devenue non seulement une nécessité, mais aussi  une obligation  pour assurer la sécurité énergétique du pays à moyen et long termes et pour  renouveler les réserves d’hydrocarbures en voie d’épuisement. Pour le ministre de l'Energie et des mines, Youcef Yousfi, le développement des hydrocarbures non conventionnels, notamment le gaz de schiste, est un projet incontournable pour l’Algérie. Dans  une interview accordée à l'agence APS, Yousfi a déclaré  que  « l’Algérie ne peut pas ignorer ces ressources naturelles. C'est la raison pour laquelle l'étude de leur développement est inscrite dans notre politique de valorisation des ressources en hydrocarbures. Le développement de ces ressources a-t-il ajouté «  représentera un apport très important en termes de réserves ». Il convient de noter que le Conseil des  ministres a entendu et approuvé une communication du ministre de l'Energie par  laquelle il a sollicité l'accord pour l'exploitation des formations argileuses  et schisteuses.   Ce dossier a été présenté conformément à la nouvelle loi sur les hydrocarbures  de 2013 qui conditionne l'exploration et l'exploitation des schisteux à l'approbation  du Conseil des ministres.  
Le Conseil des ministres a donné, ainsi,  son accord pour le lancement  des procédures requises en direction des partenaires étrangers. « Les projets d'accords pour entamer les prospections seront soumis le moment venu à la décision du Conseil des ministres », a souligné la même source. Selon le communiqué, les premières indications disponibles laissent entrevoir des capacités nationales « appréciables » en gaz et huile de schiste ainsi que des perspectives "prometteuses" en termes de quantités récupérables. Notons que  l'Algérie est classée au 3e rang mondial, juste après la Chine et l'Argentine, en matière de réserves de gaz de schistes récupérables, selon le dernier rapport mondial du département américain de l'Energie (DoE) sur les réserves des hydrocarbures non conventionnels. Le DoE évalue ces réserves à 19.800 milliards de m3, situées essentiellement  dans les bassins de Mouydir, Ahnet, Berkine-Ghadames, Timimoun, Reggane et de  Tindouf. Pour confirmer le potentiel commercial de ces ressources, l'Algérie  a besoin de mener un programme de forage de 11 puits, étalés sur une période  allant de 7 à 13 ans.   
Makhlouf Ait Ziane  

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions