mardi 25 septembre 2018 20:59:58
D.R

Louisa Hanoune appelle à l'ouverture d'un large débat national

«Nous ne nous opposons pas à la tenue de consultations pour donner forme à une mouture  constitutionnelle mais cela ne saurait se substituer à la souveraineté du peuple à qui revient le dernier mot à ce sujet», a déclaré, jeudi matin,  Mme Louisa Hanoune, Secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT).

Dans une allocution prononcée, au siège du parti, lors  de l'ouverture des travaux du bureau politique du PT, en présence de l’ensemble de ses cadres, Mme Louiza Hanoune mettra l’accent, en particulier, sur toute l'importance d'aboutir à une mouture qui  reflète l'avis de la majorité mais également qui opère un saut «qualitatif » dans la pratique  politique et démocratique à travers, soutient-elle, «un débat riche et élargi auquel participeront tous les acteurs de la société au lieu de se contenter d'une Constitution consensuelle entre les partis politiques et les personnalités nationales».  
En somme, la SG du PT appelle à l'ouverture d'un «large » débat national sur l'amendement de la Constitution, soumise aux acteurs de la scène politique dont les partis et personnalités nationales, pour enrichissement. Et de l’avis de la Secrétaire générale, «l'amendement de l'actuelle Constitution est une réforme qui aurait dû être entamée avant l'amendement des textes juridiques organiques».
S’exprimant d’autre part, au sujet de la proposition portant limitation  des mandats présidentiels, la première responsable du PT et tout en exprimant son «étonnement» à l'égard de cette question, a affirmé qu’il s'agit, là, d'un « procédé sans rapport, aucun, avec la souveraineté du peuple à qui revient le dernier mot dans le plébiscite ou la révocation de la personne». Poursuivant ses propos, elle propose d'inclure, dans le prochain amendement constitutionnel, le principe du «référendum  révocateur».          
Enchaînant avec les autres propositions du parti des travailleurs afférentes au prochain amendement constitutionnel, Mme Hanoune a estimé que «le modèle républicain parlementaire est le plus indiqué» mais que celui ci véhiculait de «gros risques au regard de la scène politique marquée par les interférences entre la politique et les intérêts d'argent».
Selon la leader du PT, le bicaméralisme au parlement serait «inapproprié» car, dira-t-elle, la «souveraineté populaire exige l'existence d'une assemblée législative avec une seule chambre jouissant de tous les pouvoirs» outre la «réduction du nombre des membres de l'Assemblée populaire nationale (APN), ce qui donnera lieu à une «réduction des dépenses de l'Etat», fera-t-elle remarqué.
Pour Mme Hanoune, le concept de l’assemblée constituante a été, en fait, «déformé et vidé de son contenu dans nombre de pays qui ont connu ce qui est appelé les révolutions du printemps arabe»,  appelant, dans ce contexte, «à ne pas entraîner l'Algérie dans une aventure aux conséquences inconnues au regard des dangers que connait la région».         
Mme Hanoune a également insisté sur l’impératif, dit-elle, de «séparer réellement  les pouvoirs tout en consacrant le principe d'indépendance de la justice en  la libérant de l'emprise de l'appareil exécutif, de consacrer la liberté de la presse, de constitutionnaliser la langue amazighe et des acquis économiques  et sociaux réalisés depuis l'indépendance ».
Les différentes propositions du PT concernent notamment  «le renforcement des prérogatives de la Cour des comptes, la clarification  du concept de l'immunité parlementaire, la constitutionnalisation du droit à la création d'une organisation syndicale du corps de la police et l'abrogation de la peine de mort», soit tout un programme.
Il faut dire également que Mme Hanoune a qualifié de «positives» nombreuses de propositions contenues dans le document soumis à enrichissement,  notamment celles relatives à «la levée des contraintes sur la pratique politique et des libertés individuelles et collectives et la préservation des acquis sociaux réalisés ».          
Aussi, le découpage administratif prévu est, pour la SG du PT, une «priorité, dès lors qu'il tend à impulser le processus de développement  local, à rapprocher l'administration du citoyen et à améliorer le service public». Relevant le fait que ce découpage « donnera lieu à une augmentation du nombre de sièges dans  les assemblées élues», Mme Hanoune proposera «l’organisation d’élections législatives  anticipées».
Soraya Guemmouri

---------------------------

ONM
Un panel de propositions
L'Organisation nationale des moudjahidine (ONM) a affirmé, jeudi, qu'elle avait des propositions à soumettre concernant le projet de révision de la Constitution, soulignant qu'elle examinerait tous les volets et articles proposés par la présidence de la République.            
Lors de la rencontre annuelle des membres du Secrétariat national et des secrétaires de wilayas consacrée à l'évaluation des activités de l'organisation, l'ONM a indiqué que "toutes les conditions sont réunies pour la révision de ce document et son adaptation aux exigences de l'évolution de la société algérienne".          
L'ONM indique, dans son projet de motion de politique général qu"'il  n'est plus possible de faire fi des données nationales régionales et internationales".
Le document précise que les moudjahidine "sont concernés" par la contribution à l'examen et à l'enrichissement du projet de révision de la Constitution, en ce sens qu'ils "affirment leur souci de conférer une place de choix à la guerre de Libération de manière à mettre en avant les lourds sacrifices consentis et immortaliser les symboles liés à cette guerre dans le préambule de la Constitution et à travers ses articles".  L'ONM a appelé le peuple algérien à faire preuve de "vigilance" et à "prendre conscience des dimensions et des répercutions des événements que connaissent les pays voisins sur la région tout entière". Les membres de la commission chargés de l'élaboration de la motion ont "salué à cette occasion le rôle des forces de sécurité, à leur têtes les unités de l'Armée nationale populaire (ANP)".

---------------------------

MPA
Pour des législatives anticipées
Le secrétaire général du mouvement populaire  algérien (MPA), Amara Benyounès, a appelé hier à des élections législatives anticipées qui succèderont à la révision de la Constitution.  "Il est impératif d'organiser des élections législatives anticipées après la révision de la Constitution afin d'adapter les institutions de l'Etat, dont les deux chambres du Parlement, à la nouvelle Constitution", a souligné  le secrétaire général du MPA à l'ouverture de la session ordinaire du conseil national de son parti tenu à l'hôtel Riadh de Sidi Fredj. M. Benyounès a argumenté sa revendication par "la révision profonde" de la loi fondamentale du pays et par le "nouveau découpage administrative des régions du sud et des hauts plateaux" qui donnera lieu a "l'émergence à de nouvelles communes et wilayas ouvrant droit à une représentation". Concernant la révision de la Constitution qu'il a qualifiée de "plus importante réforme du Président Bouteflika", Benyounès a fait savoir que  son parti installera une commission à l'issue de la réunion d'aujourd'hui pour examiner les propositions. Il a précisé d'emblée que le MPA "demeure attaché à quatre principes" qui constitueront les "axes principaux" de ses propositions. Il s'agit, explique-t-il, du régime semi-présidentiel, du caractère  démocratique et républicain de l'Etat algérien, de la préservation du bicaméralisme du Parlement et de la consécration des libertés. M. Benyounès a également affirmé que son parti soutenait la constitutionnalisation de la réconciliation nationale avec des conditions, ajoutant toutefois que "celui  qui veut aller loin dans ce dossier doit s'en remettre au peuple". Par ailleurs, il a rappelé que le MPA disposait de 1.600 élus, 7 députés et un sénateur, ce qui fait de lui, "la troisième force politique du pays", selon Benyounès.         

---------------------------

RCD
Le succès de la transition démocratique est une condition de sauvegarde de la nation algérienne
Le succès de la transition démocratique est une condition  de sauvegarde de la nation algérienne, a indiqué hier à Alger, le président  du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcen Belabbes, estimant que la coordination initiée, à cet égard, avec d'autres formations politiques  représente la réponse la "plus adaptée" à la situation actuelle. "La transition démocratique est une innovation politique qui n'appartient pas au registre politique du système. Nous avons fait l'effort de contacter tout le monde par loyauté et pédagogie. La conduite et le succès de la transition démocratique est une condition de sauvegarde de la nation algérienne. Nous y travaillons avec nos partenaires avec détermination", a souligné M. Belabbes à l'ouverture des travaux de la 7e session ordinaire du conseil national du  parti. Il a rappelé que la conférence nationale que projette d'organiser la coordination pour les libertés et la transition démocratique le 10 juin à l'hôtel Hilton d'Alger, était "ouverte à tout acteur acquis à la perspective d'une transition démocratique" et "sera l'occasion de définir et d'énoncer les cadres, méthodes et règles qui doivent prévaloir pendant la période de transition". Relevant que des invitations seront adressées à partir de dimanche à  des partis politiques, personnalités nationales et autres représentants de la société civile pour prendre part à la conférence, M. Belabbas a rappelé que  cette rencontre "fixera les règles démocratiques qui s'imposent à tous les participants  à la transition et œuvrera à l'élaboration de conditions de la libre expression politique".          
Concernant les consultations autour de la révision de la Constitution qui se dérouleront en mois de juin sous la direction du directeur de cabinet de la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, le président du RCD a estimé  que "le projet de la Constitution adressé aux partis politique confirmait le manque de sérieux de la démarche et l'inconsistance des amendements proposés", car, a-t-il relevé, "aucun problème fondamental n'a été abordé".

---------------------------

FRONT DU CHANGEMENT
Menasra appelle les forces politiques à un dialogue sérieux
M. Menasra a affirmé hier, dans une allocution prononcée lors des travaux de la rencontre nationale des responsables des bureaux de wilaya du FC, la nécessité d'un "dialogue sérieux" avec toutes les parties concernées autour du projet  de révision de la Constitution afin de parvenir à un "accord sur les idées et propositions soumises en vue d'asseoir une Constitution consensuelle et cohérente pour l'intérêt du peuple". M. Menasra a souligné que sa formation politique proposait à cet effet "la consécration d'une plus grande protection de l'opposition et l'élargissement  des articles relatifs aux droits en introduisant le droit au logement et au  travail au profit des citoyens".           
Le FC propose également l'introduction d'articles définissant les droits et devoirs des jeunes afin de leur permettre de reprendre confiance en leur avenir et en leur pays en sus d'une "plus grande consécration du principe d'égalité  entre les sexes en conformité avec les percepts de l'Islam".          
Le président du FC a insisté sur la "consécration du principe d'alternance au pouvoir, des principes de la démocratie et la protection des droits de l'homme et des libertés individuelles et collectives".         Concernant la situation sécuritaire dans certains pays voisins, M. Menasra a appelé les dirigeants et les peuples de ces pays à la "sagesse, au dialogue et à la réconciliation à même d'instaurer la stabilité et de recouvrer la sécurité".          
Il a mis en garde contre les "dangers" qui guettent, selon lui, l'Algérie du fait des soubresauts que connaissent actuellement ces pays voisins soulignant la "nécessité de la contribution de tous dans la lutte contre la violence et  le terrorisme, de l'interdiction de l'utilisation des armes notamment en Libye, la protection des frontières, la réalisation de la stabilité et le recouvrement de la sécurité au Maghreb et en Afrique du Nord en général".
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions