lundi 18 dcembre 2017 17:36:41

Méditerranée : Dialogue 5+5 : L'Algérie réaffirme son « appui » aux réformes dans les pays « voisins et frères »

L'Algérie réaffirme sa "solidarité et son appui" aux réformes en cours dans les pays "frères et voisins", notamment la Libye, la Tunisie et la Syrie

PUBLIE LE : 24-05-2014 | 0:00
D.R

L'Algérie réaffirme sa "solidarité et son appui" aux réformes en cours dans les pays "frères et voisins", notamment la Libye, la Tunisie et la Syrie, a affirmé, jeudi à Lisbonne, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, lors de la 11e conférence des chefs de la diplomatie du Dialogue 5+5.          

«Notre rencontre se déroule dans un contexte particulièrement marqué  par de grands bouleversement dans la région. L'Algérie suit avec intérêt, ces évolutions, et réaffirme sa solidarité et son appui aux réformes en cours dans les pays frères et voisins", a déclaré M. Lamamra dans une contribution, lors de cette réunion. Il a indiqué que l'Algérie "reste attentive aux mutations que connaissent de nombreux pays arabes".  L'Algérie considère l'appui de la communauté internationale de "primordial pour accompagner efficacement les transitions dans ces pays en vue de leur permettre de surmonter les difficultés économiques, de préserver la cohésion sociale, de consolider les avancées démocratiques enregistrées et d'éviter tout dérapage qui pourrait menacer leur stabilité, ainsi que celle de toute la région", a-t-il  indiqué.
S'agissant de la Libye, le ministre a exprimé le soutien de l'Algérie à ce pays dans sa "transition démocratique et ses efforts consentis pour le  parachèvement des édifices institutionnels, la stabilisation et la reconstruction du pays". S'agissant de la Syrie, il a affirmé que la situation dans ce pays constitue une "préoccupation profonde", ajoutant que "le déchirement fratricide qui y perdure depuis déjà trois ans a causé plusieurs centaines de milliers de morts et près de trois millions de réfugiés". M. Lamamra a estimé "impératif de relancer, sans délai, les négociations de Genève II sous l'égide de l'Onu, afin que gouvernement et opposition trouvent une solution politique et négociée à même de mettre fin à la tragédie du peuple  syrien et lui épargnera des souffrances supplémentaires". Pour ce qui est de la Tunisie, il a salué l'adoption de la nouvelle Constitution tunisienne "porteuse de perspectives nouvelles pour l'édification d'un État de droit et d'une démocratie moderne".
Le chef de la diplomatie algérienne a saisi cette occasion pour réitérer la position de l'Algérie, "résolument projetée vers un avenir de démocratie  pluraliste avancée, de sécurité et de prospérité accrues à travers la réélection, le 17 avril dernier, du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika".  Le Dialogue 5+5 réunit cinq pays de la rive sud de la Méditerranée (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie), et cinq pays de la rive nord (Espagne, France, Italie, Malte et Portugal).

-------------------------------

La 11e conférence ministérielle pour une stratégie régionale sur le Sahel

Les ministres des Affaires étrangères des pays membres du Dialogue 5+5, dont l'Algérie, ont réaffirmé, jeudi,  à l'issue de leur réunion dans la capitale portugauaise, Lisbonne, leur soutien à l'établissement d'une stratégie régionale en vue de stabiliser et de développer le Sahel. Le Dialogue 5+5 réunit cinq pays de la rive sud de la Méditerranée (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie), et cinq pays de la rive nord (Espagne, France, Italie, Malte et Portugal). Les ministres soutiennent l'adoption d'une approche globale pour la  région du Sahel associant les pays du Maghreb, de l'Union européenne (UE) et ceux du Sahel, pour faire face aux défis communs, soulignant l'importance du  Dialogue 5+5 dans ce cadre.  La stratégie s'appuie ainsi sur les principes d'appropriation de la sécurité régionale de la part des acteurs concernés, ainsi que dans leur responsabilité  individuelle et collective dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité  transnationale organisée. Les chefs de la diplomatie du Dialogue 5+5 soulignent, à cet égard, l'importance de la stratégie européenne pour la sécurité et le développement au Sahel, et la stratégie des Nations unies pour le Sahel.          
Sur le Mali, ils ont exprimé leur inquiétude suite à la dégradation récente de la situation dans ce pays, rappelant l'importance de la poursuite du dialogue national inclusif et la réconciliation, en respectant l'intégrité territoriale du Mali. Les ministres ont salué la tenue à Alger, le 22 avril dernier, du Comité  de haut niveau de concertation sur le Sahel et le Mali, et se sont félicités de la mise en place d'un mécanisme bilatéral algéro-malien d'appui à la consolidation  de la situation au Mali. À propos du processus de paix au Moyen-Orient, les ministres ont réitéré leur position partagée qu'une "paix juste, globale et durable" en Palestine "visant la solution de deux États" doit être atteinte au moyen des négociations sur toutes les questions concernant le statut final, y compris au sujet d'El-Qods occupée, "en respectant les frontières d'avant 1967".  Les chefs de la diplomatie des pays membres du Dialogue 5+5 se sont  penchés, par ailleurs, sur le phénomène de la migration, lançant un appel "pressant" pour l'adoption de mesures "appropriées" dans le cadre d'une approche "globale et intégrée" par toutes les parties concernées, en particulier par l'UE.          
Concernant le volet développement de la région de la Méditerranée occidentale,  ils ont convenu de promouvoir la coopération économique entre les deux rives et d'appuyer la mise en place de mesures pour faciliter le commerce, l'investissement et le développement des infrastructures. Les participants à la 11e conférence ont convenu de renforcer le dialogue de haut niveau, et de promouvoir une coopération structurée en matière d'environnement, d’énergie, d’eau et de changements climatiques, thématiques de développement direct  de cette région. Ils ont encouragé la mise en œuvre des recommandations issues de la 1re réunion ministérielle des 5+5, les 26 et 27 avril 2010 à Oran (Algérie), sur l'environnement et les énergies renouvelables. Les chefs de la diplomatie des 5+5 ont remercié l'Algérie et l'Espagne pour leur initiative conjointe visant la formulation d'une stratégie de l'eau  dans le cadre de la Méditerranée occidentale, réaffirmant leur engagement dans le cadre des prochaines étapes, notamment la tenue du 2e séminaire, le 26 juin prochain à Oran.

-------------------------------

L'approche algérienne sur la sécurité en Méditerranée occidentale exposée à Lisbonne 
Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a mis en exergue, jeudi à Lisbonne, l'approche globale algérienne relative à la stabilité en Méditerranée occidentale fondée sur le triptyque : sécurité, développement et gestion humaine.
M. Lamamra, qui a pris part à la 11e conférence des ministres des Affaires étrangères du Dialogue 5+5, a rappelé la doctrine algérienne qui considère que la sécurité en Méditerranée est "indivisible", et que sa garantie passe par un dialogue "inclusif" et une coopération "participative" dans le cadre de la légalité internationale. Il a relevé le contexte méditerranéen marqué, dans sa partie orientale, par la menace sur la stabilité et la sécurité internationale, à cause de la "persistance  du blocage" du processus de paix au Moyen-Orient "accentué" par la crise syrienne et l'avènement de la crise au Sahel. Le chef de la diplomatie algérienne a rappelé les développements en termes  de "recrudescence" des flux migratoires et de "multiplication" des discours xénophobes, islamophobes et racistes à l'encontre des membres des communautés  étrangères notamment maghrébines légalement établis en Europe.
Face à ces défis, il a plaidé en faveur d'une approche concertée et de la primauté du dialogue et du droit sur le recours à la force pour leur règlement dans l'intérêt de la stabilité et la sécurité en Méditerranée. Il a, à cet égard, souligné la pertinence du 5+5 en tant que cadre idoine pour une "meilleure appréhension" de ces défis communs et la mise en place des conditions "pérennes" de stabilité et de concorde dans la région.

La situation au Sahel reste "préoccupante"
Sur la situation au Mali, il a fait observer qu'en dépit de l'"amélioration" du climat politique dans ce pays, la situation dans la bande sahélo-saharienne reste "préoccupante" et marquée par la "persistance" des menaces du terrorisme et du crime transnational organisé. Il a souligné, par ailleurs, que le combat contre le terrorisme transnational doit également prendre en compte le tarissement de ses ressources de financement.
M. Lamamra a noté que l'"efficacité" des démarches et des mesures prises au plan international ont conduit les groupes terroristes à se rabattre sur d'autres moyens de financement de leurs activités, comme les enlèvements contre paiement de rançons pour la libération d'otages, "pratiques dont on mesure aisément les conséquences sur la stabilité et le développement de la région". Sur la problématique de la migration, il a fait part de l'"indignation" de l'Algérie suite aux tragédies humaines survenues ces derniers mois et qui continuent de se produire dans le Sahara et en mer Méditerranée.  "La réponse urgente et appropriée aux flux de migrants, dont l'Algérie accueille, à l'instar d'autres pays, une bonne partie sur son sol, est d'œuvrer ensemble en vue de renforcer les capacités des pays dont sont originaires ces migrants", a-t-il dit. Il s'agit aussi de créer les conditions socio-économiques de développement en tant que facteur fondamental permettant d'"atténuer" le phénomène migratoire, et de "tarir à long terme" ses véritables causes, a-t-il ajouté.
Pour le ministre, c'est à travers la réduction des écarts de développement  entre le Nord et le Sud que "l'on pourrait aboutir, à terme, à une intégration régionale effective bénéfique, ainsi qu'à un dialogue Nord-Sud fécond".   Le Dialogue 5+5 réunit cinq pays de la rive sud de la Méditerranée (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie), et cinq pays de la rive nord (Espagne, France, Italie, Malte et Portugal), pour discuter des enjeux régionaux et des défis communs aux dix pays membres à la fois dans les domaines sécuritaire et  économique.

-------------------------------

Les questions sécuritaire et économique au menu   
Les questions sécuritaire et économique sont au menu de la 11e conférence des ministres des Affaires étrangères des pays du Dialogue 5+5, dont l'Algérie, qui se tiendra jeudi à Lisbonne (Portugal). La rencontre permettra d'évoquer les enjeux régionaux et les défis communs aux dix pays membres du Dialogue 5+5 (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie,  Espagne, France, Italie, Malte et Portugal), dans les domaines sécuritaire et économique. D'autres questions d'intérêt commun, telles que la lutte contre le terrorisme, la situation au Sahel, notamment au Mali, la crise syrienne, l'intégration régionale, la migration et le développement seront abordées par les MAE du groupe 5+5.
Les échanges porteront également sur les dérèglements climatiques et  les questions de mobilité, de migrations et de développement. La coopération multisectorielle sera également à l'ordre du jour, notamment en ce qui concerne les ressources en eau, la sécurité alimentaire, la jeunesse, la formation, l'enseignement supérieur et la santé. Le chef de la diplomatie algérienne développera, à cette occasion, la vision de l'Algérie sur les thématiques de l'agenda méditerranéen de la politique  extérieure de l'Algérie qui accorde une importance particulière au renforcement de ce cadre informel de concertation et de coopération. La conférence sera sanctionnée par une déclaration finale qui reflètera le consensus des 5+5 sur les questions de l'ordre du jour, et fixera les priorités en matière de coopération entre les États membres. En marge de cette conférence, M. Lamamra aura des entretiens avec plusieurs de ses homologues des pays membres du groupe 5+5.          
La réunion ministérielle a été précédée par la tenue d'une rencontre des parlementaires et par la 2e édition du Forum économique de la Méditerranée occidentale (dialogue 5+5) auxquelles l'Algérie a également pris part.

-------------------------------

Intenses activités de Ramtane Lamamra
Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a eu, jeudi à Lisbonne, d'intenses activités en marge de la 11e conférence  des chefs de la diplomatie des pays membres du Dialogue 5+5.  
M. Lamamra a eu des entretiens avec plusieurs de ses homologues des pays du  Dialogue 5+5, ainsi qu'avec le secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée, Fathallah Sijilmassi, au cours desquels il a été procédé à un échange de vues sur l'état des perspectives des relations bilatérales, ainsi que sur les questions régionales d'intérêt commun.
Le ministre s’est ainsi entretenu successivement avec le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, le ministre libyen des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mohamed Abdelaziz, et le ministre espagnol de la Défense, Pedro Morenès. Le chef de la diplomatie algérienne a eu aussi des entretiens avec son homologue français, Laurent Fabius, au cours desquels les questions syriennes et palestiniennes ont été évoquées, ainsi qu'avec son homologue italien avec qui il a abordé le  prochain sommet bilatéral.
M. Lamamra a animé, par ailleurs, une conférence de presse avec le ministre portugais des Affaires étrangères, Rui Chancellere de Machete.
Les deux ministres ont souligné l'importance de renforcer les relations bilatérales entre les deux pays dans les domaines, notamment économiques, qualifiant ce partenariat  de "constructif" et de "potentiellement avantageux" pour l'Algérie et le Portugal.
"Nous avons un partenariat fort important avec l'Algérie, et il existe plusieurs entreprises conjointes algéro-portugaises dans les domaines tels que le bâtiment, les énergies renouvelables et l'agroalimentaire", a indiqué M. Machete.
M. Lamamra a pris part, jeudi, aux travaux de la 11e conférence des ministres des Affaires étrangères des pays du Dialogue 5+5 (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie, Espagne, France, Italie, Malte et Portugal), pour discuter des enjeux régionaux et des défis communs aux dix pays membres à la fois dans les domaines sécuritaire et économique.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions