lundi 22 juillet 2019 13:52:59

Ain-Defla, Dispositif de la protection civile : Sécurisation de la campagne moisson-battage

Agents des forêts : Des équipements obsolètes et un effectif réduit

PUBLIE LE : 24-05-2014 | 0:00

Pour la troisième année consécutive, la Direction de wilaya de la Protection civile a mis en place un dispositif de proximité pour la sécurisation des champs de céréales. Ainsi annonce ladite direction dans un communiqué, 14 points situés autour de la vaste plaine du Haut Chélif ont été ciblés avec chacun un rayon variant entre 7 et 14 kilomètres par rapport aux unités de rattachement et ce, pour l’arrivée rapide de renfort en cas de sinistre à grande échelle. Au total, ce sont 50 éléments de la Protection civile avec 14 camions anti-incendie qui sont mobilisés depuis la date du 21 mai et ce, jusqu’à la fin de la campagne moisson-battage.
Par ailleurs; souligne-t-on encore, les 16 points de collecte et de stockage du grain feront l’objet de visites conjointement avec la CCLS et la Direction de l’environnement pour s’assurer du respect des normes de sécurité. Durante la dernière campagne, la Protection civile a recensé 418 interventions effectuées par les douze unités opérationnelles et renforcées par les 14 dispositifs de proximité, ce qui a permis de limiter considérablement l’étendue des dégâts quantifiés à 50 hectares de céréales, 41.000 bottes de foin, 6.900 arbres fruitiers nouvellement plantés et 396 hectares de chaume et d’herbes sèches.

Agents des forêts :
Des équipements obsolètes et un effectif réduit
Au niveau de la wilaya d’Aïn-Defla, à titre illustratif, ce sont plus de 40.000 hectares de couvert végétal partis en fumée durant ces deux dernières décennies. Des forêts domaniales comme celles du Zaccar, Matmata, Oued Massine, Oued Lyra ou encore Tacheta-Zougagha, qui s’étendaient sur 5 à 10.000 hectares, il n’en restent que des îlots, des bosquets clairsemés de 20 hectares au plus ; de 13.500 hectares la superficie forestière s’est réduite à quelque 1.300 hectares. Ce constat a été fait par M. Boulal Moussa, membre du bureau exécutif de la Fédération nationale des travailleurs des forêts, de la nature et du développement rural. «Ailleurs dans le reste du pays le tableau n’est pas en reste», souligne-t-il. «L’effectif à l’échelle nationale ne dépasse pas les 5.000 agents, soit à peine une centaine de forestiers par wilaya.»
Un effectif  réduit et qui tarde à être renforcé. «60 nouveaux postes budgétaires seulement pour l’ensembles des Conservations du pays, et encore depuis mars dernier  ; les dossiers de recrutement n’ont pas encore abouti.» Autre point soulevé et qui tient à cœur les forestiers, celui des moyens matériels : «Depuis 2006 et bien que le secteur ait été doté d’une enveloppe financière par l’Etat, aucun véhicule n’a encore été acquis, l’infructuosité des offres étant à chaque fois avancée».
«Les agents n’ont pas bénéficié de nouvelles dotations de tenues depuis 2006 également alors que c’est une dotation annuelle», a-t-il ajouté. La fédération qui a réuni dernièrement son bureau exécutif compte saisir les instances supérieures sur cette situation pour des solutions urgentes avant le début des grandes chaleurs de l’été, souligne M. Boulal Moussa.
A. M. A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions