jeudi 18 octobre 2018 07:12:06

Journée de formation sur l' hygiène hospitalière : la prévention d’abord

Sur le plan de la prise en charge, les spécialistes estiment que son coût est «très élevé». L'Algérie consacrerait « le plus gros budget à l'hygiène sanitaire dans la région du Maghreb».

PUBLIE LE : 22-05-2014 | 0:00

Sur le plan de la prise en charge, les spécialistes estiment que son coût est «très élevé». L'Algérie consacrerait « le plus gros budget à l'hygiène sanitaire dans la région du Maghreb».  
Malgré les actions entreprises par les pouvoirs publics pour lutter contre les infections contractées en milieu hospitalier, leur incidence demeure importante en Algérie, ce constat a été fait, hier, à Alger par les conférenciers qui ont pris part aux travaux d’une journée de formation portant sur l’hygiène hospitalière.
Organisée par le la société « Horizon Plus Médical » en partenariat avec Borer, entreprise suisse activant dans le domaine du nettoyage et de la désinfection, cette manifestation scientifique qui a regroupé des gestionnaires d’hôpitaux et des professionnels de la santé, était une occasion pour s’imprégner des nouvelles technologies utilisées de par le monde dans le domaine l’hygiène  hospitalière.
Selon Mme Samia El Makhloufi, PDG d’Horizon Plus Medical, cette rencontre intitulée « hygiène, qualité et sécurité » vise à informer les professionnels de la santé sur l’existence de nouvelles gammes de produits et de matériels destinés à la désinfection des mains, d’équipements et de dispositifs médicaux permettant de réduire le risque d’infections nosocomiales.
C’est également, dira Mme El Makhloufi, une occasion pour sensibiliser sur l’importance de l’hygiène hospitalière qui représente un facteur déterminant en matière de qualité de prise en charge des malades. M. Houari Youcef, chargé de communication à Horizon Plus Médical, a, pour sa part, mis l’accent sur la nécessité d’investir davantage dans la prévention pour limiter le taux de maladies contractés en milieux hospitalier.
Déplorant le manque de prise en charge en matière d’hygiène dans les hôpitaux, M. Youcef a fait savoir que le processus de lutte contre les infections nosocomiales et la maîtrise de l’hygiène hospitalière nécessite la conjugaison de tous les efforts.
Dans son intervention, le Dr. Farida Toumi, chef de service à l’EHS El Kettar, a indiqué que la dernière étude épidémiologique sur les infections nosocomiales, révèle un taux de 14 %. Soulignant la place capitale de l’hygiène dans la prise en charge des malades, le Dr. Toumi a tenu à préciser que les infections contractées dans un établissement de santé apparaît, généralement au-delà d’une semaine d’hospitalisation, notamment chez les sujets immunodéprimés, les personnes âgées et les enfants.
Elle a, dans ce contexte, préconisé de réduire les durées d’hospitalisation des malades par une plus grande performance dans l’exploration qui doit se faire dans de brefs délais. Le Dr. Toumi a, en outre, « vivement recommandé le développement des systèmes de soins à domicile pour réduire les coûts d’hospitalisation et le taux des infections nosocomiales ».
Sur le plan de la prise en charge, les spécialistes présents à cette journée estiment que le coût est « très élevé ». L'Algérie consacrerait « le plus gros budget à l'hygiène sanitaire dans la région du Maghreb ». En effet, malgré les directives ministérielles et les recommandations de l'Institut national de santé publique (INSP), malades et personnels négligeraient, souvent, les règles d'hygiène, estiment les spécialistes qui préconisent dans ce contexte, « l'introduction d'un module sur l'hygiène et la prévention des infections nosocomiales dans l'enseignement médical et paramédical ».
Enfin, le seul palliatif aux infections nosocomiales demeure l'optimisation des jours d'hospitalisation et le strict respect des règles élémentaires d'hygiène. Au cours de cette journée, une équipe formée de deux microbiologistes de l’université de Tlemcen, a présenté une étude portant sur l’efficacité des produits de désinfectants existants sur le marché algérien.
Il s’agit du Pr. Hafida Hasseine et du Dr. Sid Ahmed Rebiah, qui ont mis l’accent sur le choix du produit à se procurer qui doit obéir aux normes, notamment, en termes d’efficacité à fin de protéger au mieux la zone à risque comme les blocs opératoires contre toute forme de contamination.
Kamélia H.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions