jeudi 14 dcembre 2017 18:02:24

M. Ould Khelifa à propos du mouvement des non-alignés : «La Révolution algérienne, un modèle de sagesse et un paradigme libérateur sain »

Le mouvement des non-alignés «a trouvé en la Révolution algérienne une expérience caractérisée de libération qui rejetait la tutelle ou la subordination des grandes puissances.»

PUBLIE LE : 21-05-2014 | 0:00
D.R

Le mouvement des non-alignés «a trouvé en la Révolution algérienne une expérience caractérisée de libération qui rejetait la tutelle ou la subordination des grandes puissances.» C’est le constat établi, hier, par le président de l’APN sollicité pour apporter son témoignage où ont assisté le ministre de la Communication, Hamid Grine, et nombre d’ambassadeurs. Dans son allocution, M. Larbi Ould Khelifa a souligné que l’Algérie «œuvre sous la direction du Président Bouteflika pour un équilibre au sein des institutions chargées de la gestion des affaires de l’Etat dans un esprit qui ne verse ni dans la surenchère ni dans les confrontations stériles.»  Il se félicite du fait que la résolution des conflits «dans son proche et lointain voisinage est faite sans ingérence.» Dans ce contexte, il met en relief le rôle du Chef de l’Etat et le qualifie de «grand acteur des orientations de la politique extérieure de l’Algérie post-indépendante.» A propos des positions de l’Algérie, le Dr Ould Khelifa cite ses efforts pour la résolution de la question sahraouie, et de préciser : «Entre l’Algérie et le Maroc, il n’existe aucune dualité.»  Affirmant que le monde fait face à une série de «conflits» et de «crises de violence destructives», le conférencier insistera sur le devoir des pays non-alignés à «répandre la paix et la stabilité à travers le dialogue, la réconciliation, la coexistence.»
Sollicitée à maintes reprises, la diplomatie algérienne, souligne le Dr. Ould Khelifa a bien rempli sa mission. Ne voulant pas s’arrêter en si bon chemin, elle «intensifie ses efforts pour mettre fin aux foyers de tensions, tout comme elle contribue au développement des pays africains et à la modernisation de leurs infrastructures.» Le premier responsable de l’APN rappelle que « la misère et l’ignorance constituent le ferment de l’extrémisme et du terrorisme dont l’Algérie a subi seule les affres.» Dans cette optique, l’orateur rappelle la position ferme de notre pays à criminaliser le paiement de la rançon et mettre fin à la circulation des armes qui sont une «conséquence d’interventions démesurées dans certains pays.» A cet effet, l’Algérie «a mobilisé d’énormes moyens, notamment à travers le efforts déployés par l’ANP pour mettre fin à la menace terroriste tout au long de ses frontières.»  Pour M. Ould Khelifa, le monde doit parvenir à maîtriser les menaces qui le secouent tels l’ «interventionnisme militaire des puissances» et ses dégâts collatéraux ainsi que «la conséquence de la crise des économies les plus fragiles.» En dépit de ce climat d’incertitudes, l’orateur se dit convaincu que les pays non alignés disposent d’«atouts moraux leur permettant de défendre leurs droits légitimes grâce au dialogue constructif.»   
Dans son intervention, M. Ould Khelifa a fait un historique sur la naissance du mouvement des non-alignés que l’Algérie a œuvré pour qu’il soit «un mouvement pour la paix et la solidarité entre ses états et ses peuples.» Aussi, notre pays a, depuis l’esprit de Bandung en 1955 jusqu’à son adhésion en tant que membre permanent en 1962, fait de sa Révolution un «modèle de sagesse et un paradigme libérateur sain.»
Fouad Irnatene
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions