jeudi 19 octobre 2017 08:00:23

Thème d’une journée d’étude : La contribution des hommes de science et de religion à la Révolution

Œuvre grandiose du peuple algérien, la Révolution de Novembre a vu la participation de beaucoup de compatriotes, issus de divers horizons, parmi lesquels figuraient des étudiants et des étudiantes.

PUBLIE LE : 21-05-2014 | 0:00

Œuvre grandiose du peuple algérien, la Révolution de Novembre a vu la participation de beaucoup de compatriotes, issus de divers horizons, parmi lesquels figuraient des étudiants et des étudiantes. A l’appel de l’UGEMA, le 19 mai 1956, un grand nombre d’étudiants ont, en effet, quitté les bancs de l’université, pour renforcer les rangs de l’ALN en vue de libérer le pays du joug colonial. D’autres jeunes Algériens, qui suivaient des études supérieures en Europe et dans les pays arabes, leur ont emboîté le pas, redonnant ainsi un nouveau souffle à la glorieuse Révolution de Novembre. Pour perpétuer le souvenir de cette date importante dans l’histoire du pays et consolider l’attachement aux composantes de l’identité nationale, la direction des affaires religieuses de la wilaya d’Alger a initié une journée d’étude sur le thème, hier à la mosquée « Dar El Arkam » de Rostomia (Alger), avec la participation de nombreux imams et enseignants coraniques de la région algéroise. Outre le nouveau directeur des affaires religieuses de la wilaya, M. Zoheir Boudraâ, nombre de personnalités et de cadres du ministère étaient présents à cette célébration de la journée nationale de l’Etudiant. A cette occasion, M. Abdallah Redouane Maâche, cadre au ministère, a lu un message du ministre des Affaires religieuses et du Wakf, Dr Mohamed Aïssa, dans lequel il a rappelé d’abord l’importance de cette date dans l’histoire du pays, avant de souligner que l’indépendance du pays a été arrachée au prix d’une lutte sans merci, menée par le peuple algérien contre l’occupant colonial, qui a causé la mort d’un million et demi de chouhada (Rahimahoum Allah). Il a ensuite mis l’accent sur l’engagement sans faille et le sens élevé du sacrifice dont ont fait montre durant la lutte armée les chouhada et les moudjahidine, parmi lesquels figuraient des imams, des enseignants coraniques et aussi des étudiants en sciences religieuses, qui n’ont pas hésité à répondre à l’appel de la nation et celui du « djihad » pour libérer le pays. Comme hier, a-t-il ajouté, les imams, enseignants de Coran et autres travailleurs du secteur sont tenus, bien entendu, de défendre leur pays, en particulier dans l’exercice de leur travail. Fidèles au combat libérateur mené par leurs glorieux aînés, les imams se doivent d’œuvrer, à travers la mosquée et son environnement, à sensibiliser davantage sur l’unité nationale culturelle et religieuse, sur la défense et la préservation de leur pays, l’Algérie.
Intervenant à son tour, Dr Lahcène Zeghidi a donné un cours magistral d’histoire sur l’Algérie, depuis l’occupation coloniale à l’indépendance nationale. Dans ce large tour d’horizon, l’universitaire a rappelé les principales étapes de l’occupation coloniale du pays, en remontant aux sources du nationalisme algérien, notamment la prise de conscience du peuple algérien pour recouvrer ses droits à la liberté et à l’indépendance. Dans ce cadre, il a cité la Première Guerre mondiale et son influence sur l’éveil des consciences, suite à la participation forcée des Algériens au conflit, avant d’évoquer la contribution de plusieurs personnalités politiques et religieuses à cet effort global, comme l’Emir Khaled, cheikh Abdelhamid Benbadis, Messali El Hadj, notamment.
Mourad A.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions