mardi 25 septembre 2018 17:01:38

19 mai, Célébration de la Journée nationale de l’étudiant : Le Président Bouteflika rend hommage aux sacrifices des étudiants algériens durant la guerre de Libération

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a rendu hommage aux lourds sacrifices consentis par les étudiants algériens durant la guerre de Libération pour le recouvrement de la souveraineté nationale et la libération du pays du joug colonial.

PUBLIE LE : 20-05-2014 | 0:00
D.R

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a rendu hommage aux lourds sacrifices consentis par les étudiants algériens durant la guerre de Libération pour le recouvrement de la souveraineté nationale et la libération du pays du joug colonial. "A tous ces étudiants qui ont grandement contribué à la libération de l'Algérie et au recouvrement de sa gloire, à ces étudiants qui ont sacrifié leur vie pour que vive l'Algérie digne et sereine, aux étudiants martyrs et à leurs compagnons d'armes, j'exprime ma profonde gratitude et toute ma reconnaissance en cette journée mémorable", a souligné le Président Bouteflika dans un message aux étudiants, lu en son nom par M. Mohamed Ali Boughazi, conseiller auprès de la Présidence de la République, lors d’une rencontre organisée hier à l’université Hadj-Lakhdar de Batna, à l'occasion de la journée nationale de l'Etudiant (19 mai). La journée nationale de l'Etudiant "nous renvoie à un parcours exaltant, riche d'enseignements et empreint de valeurs d'abnégation et de don de soi, propres aux Algériens, des valeurs dont nous nous imprégnons aujourd'hui pour mieux répondre aux aspirations de notre peuple à un avenir meilleur où règnent progrès, stabilité et bien-être", a écrit le Chef de l'Etat. "Par la célébration de cet anniversaire, l'Algérie entend exprimer son attachement et son profond respect de la mémoire collective nourrie et façonnée par ses enfants, toutes générations confondues", a-t-il ajouté. "Fidèles que nous sommes au serment des chouhada, nous voulons, pour notre part, mettre en avant l'attachement des Algériens à leur patrie et leur souci de préserver son unité et sa cohésion, sa dignité et sa fierté", a soutenu le Président de la République. Par ailleurs, le Président Bouteflika a rappelé les choix fondamentaux adoptés par l'Algérie après le recouvrement de sa souveraineté nationale, à savoir la garantie de la gratuité de l'enseignement et la consécration du principe d'égalité des chances dans tous les cycles d'enseignement. "L'Etat n'a ménagé aucun effort pour ouvrir de larges perspectives à la formation des étudiants en mettant à leur disposition tous les moyens d'accès aux connaissances scientifiques et au savoir-faire, capital intellectuel à même de leur permettre de relever les défis, en toute assurance, pour répondre aux exigences d'un monde en mutation rapide, qui repose sur deux pivots : une compétitivité renforcée et structurée et la haute qualité des performances", a conclu le Président de la République.

----------------------------------

Les jeunes et les étudiants appelés à construire l'espoir
Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé hier les jeunes Algériens, notamment les étudiants, à construire l'espoir et la confiance en soi et à se tourner avec optimisme vers l'avenir. "J'appelle nos jeunes, les étudiants en particulier, à construire l'espoir et la confiance en soi et à se tourner avec optimisme vers l'avenir", a souligné le Président Bouteflika dans un message aux étudiants, lu en son nom par M. Mohamed Ali Boughazi, conseiller auprès de la Présidence de la République, lors d'une rencontre organisée à l'université Hadj-Lakhdar de Batna, à l'occasion de la journée nationale de l'Etudiant (19 mai). "Nos objectifs majeurs consistent à hisser l'acte didactique et pédagogique aux plus hauts niveaux de performance et à garantir une formation de qualité à nos élites dans le cadre d'une université moderne et développée, pleinement intégrée dans le système économique et social, ouverte sur son environnement régional et international et qui cible la qualité et l'excellence en encourageant l'innovation et la créativité", a précisé le Chef de l'Etat. Il a mis en avant l'impératif "de préserver l'Algérie, legs précieux de nos martyrs, par l'acquisition du savoir et le dévouement au travail". Le Chef de l'Etat s'est dit par ailleurs conscient "des difficultés conjoncturelles que pourraient rencontrer certains de nos jeunes, notamment les intellectuels, en matière d'emploi". L'Etat, a-t-il rassuré, "s'emploie à y remédier car ces contraintes, tant objectives que forgées, loin de nous décourager ne feront que nous conforter dans nos efforts". Le Président de la République est revenu dans son message sur l'intérêt porté par l'Etat au sud du pays. "Nous comptons prendre en charge tous ses besoins structurels, matériels et humains afin d'assurer l'équité entre toutes les régions du pays", a insisté le Président Bouteflika. "Je reste convaincu que tout un chacun mesure à juste titre toute la volonté et la patience qu'une telle entreprise requiert", a-t-il dit. Pour conclure le Chef de l'Etat a exhorté les étudiants algériens à "être les dignes successeurs" des aînés, les étudiants du 19 mai 1956, pour "apporter leur contribution à la sauvegarde de la souveraineté de la patrie, de son unité, de sa stabilité et à la consolidation de son socle".

----------------------------------

Tayeb Zitouni ministre des Moudjahidine, à Arris (Batna)    
Le choix des Aurès, signe de la haute estime portée par le Président Bouteflika à cette région
Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a souligné  hier à Arris (Batna) que le choix de cette wilaya pour célébrer le 58e anniversaire  de la journée nationale de l’Etudiant, traduit "la haute estime du Président  de la République, le moudjahid Abdelaziz Bouteflika, pour cette région" chère  au cœur de tous les Algériens.
Le ministre qui s’exprimait lors de la visite de la demeure du chahid Mostefa Ben Boulaïd, transformée en musée pour la mémoire, a transmis les salutations chaleureuses du Chef de l’Etat et du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à tous les citoyens vivant dans cette région, berceau de la glorieuse Révolution de libération nationale. M. Zitouni, accompagné, lors de la visite de ce musée, des autorités locales et de plusieurs responsables d’organisations nationales, a souligné  en substance que Mostefa Ben Boulaïd, surnommé "le Lion de l’Algérie", mérite  tout le respect et la considération des Algériens pour tout ce qu’il a accompli afin que l’Algérie vive libre et indépendante. Rappelant le sacrifice des étudiants algériens qui ont quitté les bancs des universités pour rejoindre la Révolution, le ministre a souligné que si les étudiants d’hier ont pris les armes et donné leur sang pour la souveraineté de leur pays, les étudiants d’aujourd’hui doivent se saisir de leur plume et donner leur sueur pour l’avenir de l’Algérie, sa prospérité et sa dignité.          
Dans la matinée, après s’être recueilli au carré des Martyrs et assisté à une rencontre organisée à l’université Hadj-Lakhdar, la délégation officielle s’est rendue au pôle universitaire de Fesdis pour y poser la première pierre  d’un restaurant central et d’un ensemble de 1.500 places pédagogiques, 500 pour  l’Institut des sciences vétérinaires et 1.000 pour l’Institut d’architecture.          
Auparavant, à la bibliothèque centrale de l’université Hadj-Lakhdar, M. Zitouni a promis, au cours de la visite d’une exposition de photographies  et de documents historiques dédiés à la Révolution, de doter cette structure, où il est entrepris la numérisation des fonds documentaires, de films et de documents historiques.         
 Au cours de sa tournée, M. Tayeb Zitouni a rendu visite, à Batna puis à Arris, à des Moudjahidine et à des veuves et ayants droit de chouhada à qui il a transmis toute la considération du Président de la République.

----------------------------------

Le FLN appelle les étudiants à contribuer au développement du pays 
Le parti du Front de libération nationale (FLN) a appelé les étudiants, à l’occasion de la célébration du 58e anniversaire de leur journée nationale, à “contribuer au développement de l’Algérie, sous la  direction éclairée du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika”, indique  le parti dans un communiqué.          
Le FLN appelle les étudiants “à occuper des postes d’avant-garde afin de contribuer au développement de l’Algérie, sous la direction éclairée de l’un des symboles de la Révolution, le moudjahid Abdelaziz Bouteflika, Président de la République et président du FLN.”        
Le FLN a affirmé qu’il comptait sur les capacités estudiantines pour se diriger vers un avenir meilleur, soulignant que les étudiants “sont appelés  à reprendre le flambeau pour une Algérie prospère”.         
A cette occasion, le parti a adressé ses félicitations à tous les étudiants, rappelant que les étudiants qui ont choisi de quitter l’école pour rejoindre les rangs des moudjahidine lors de la Révolution nationale “étaient à l’origine du tournant décisif qu’a connue l’action armée”.

----------------------------------

Forum de la Surete nationale
La participation des étudiants à la guerre de Libération est intervenue avant la grève du 19 mai 1956
La moudjahida Leila Kheira Tayeb a affirmé hier à Alger que la participation des étudiants algériens à la guerre de Libération nationale était intervenue bien avant la grève du 19 mai 1956, qui a constitué un "tournant" décisif dans le processus du combat libérateur. "La participation des étudiants algériens à la Révolution est intervenue  dès les premières heures de la Révolution en 1954", a rappelé la moudjahida, dans une conférence animée au forum de la sûreté nationale de l'Ecole supérieure de police Ali-Tounsi à l'occasion de la journée de l'Etudiant.          
"Avant mai 1956, des étudiants ont rejoint les rangs de la Révolution sous la bannière de l'armée et du Front de libération nationale en tant que  fidayine", a-t-elle dit, précisant que "certains sont tombés au champ  d'honneur avant la grève". Selon elle, la grève du 19 mai 1956 et l'adhésion des étudiants à la Révolution ont constitué un tournant décisif dans l'évolution du combat libérateur, notamment par l'écho qu'elle a eu auprès de l'opinion publique internationale.         
La grève des étudiants a démontré que le peuple tout entier était uni autour de la Révolution, a-t-elle encore ajouté.          
Elle a rappelé la contribution des étudiants à la diplomatie du Front de libération nationale, citant l'exemple de Mohamed Seddik Benyahia et M'hamed Yazid.          
De nombreux étudiants figuraient parmi les effectifs du ministère de l'armement et des liaisons générales (MALG). D'autres ont contribué à la création de la radio Sawt El Djazair (la voix de l'Algérie) ou participé à la préparation des négociations politiques avec la France en 1959 dans le cadre des comités mis en place en Tunisie et en Libye, a-t-elle ajouté.

---------------------------------

Emotion et recueillement des anciens élèves de l'école Sarrouy à Alger
Il y avait beaucoup d'émotion ce lundi 19 mai à l'ex-école Sarrouy à Soustara, collé à la vieille médina d'Alger, au cours de la commémoration de la journée nationale de l'Etudiant organisée par une poignée d'anciens élèves de cette école, transformée par l'armée coloniale en centre de détention et de torture. Les ''anciens'', comme ils aiment à s'appeler étaient là, connus ou inconnus du grand public, mais fiers d'avoir fait leurs études dans cette école, qui a vu 147 de ses élèves mourir pour la patrie. Les retrouvailles étaient émouvantes : il y avait les Haddadj Hamid, Mustapha Larfaoui, Abderrahmane Mekhlef, Adjali ou Ali Mebtouche, président de l'association des anciens élèves du collège Sarrouy, et d'autres camarades de classe et compagnons de la lutte de Libération nationale. Transformée par les paras de Bigeard en centre de détention et de torture en 1957 lors de la ''Bataille d'Alger'', le collège Sarrouy va devenir ''un des symboles de la Question'' en Algérie, commente un ancien de l'établissement. Abderahmane Mekhlef, ancien journaliste à l'APS et auteur notamment de Un brin de menthe à l'oreille, un récit épique sur la vie trépidante de la Casbah entre 1942, au moment du débarquement américain à Alger et le début de la guerre de Libération nationale, lance, un peu à lui-même : ''Ourida Medad, à 16 ans, a été défenestrée par les paras dans ce collège''. Ali Mebtouche, réplique dans un léger discours de circonstance : ''Sarrouy, c'était une école du courage. Elle a fabriqué les moudjahidine de la Révolution, ici Krim Belkacem avait obtenu son certificat d'études''. Il poursuit : ''La date du 19 mai doit figurer comme une des dates symboles de la Révolution'', avant de préciser que ''un jour, il faudrait bien qu'on écrive vraiment l'histoire du 19 mai 1956, et non pas seulement la symboliser par des films''.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions