mardi 13 novembre 2018 18:12:31

Comité interprofessionnel du lait : Une stratégie pour augmenter la production

Le président du Comité interprofessionnel du lait, Mahmoud Benchekour, a annoncé l'élaboration d'une stratégie visant l'augmentation de la production nationale de lait et de viande fraiche et la mise en place d'une plateforme de production des fourrages, une mission qui incombe aux ministères concernés avec les partenaires du secteur.

PUBLIE LE : 20-05-2014 | 0:00

Le président du Comité interprofessionnel du lait, Mahmoud Benchekour, a annoncé l'élaboration d'une stratégie visant l'augmentation de la production nationale de lait et de viande fraiche et la mise en place d'une plateforme de production des fourrages, une mission qui incombe aux ministères concernés avec les partenaires du secteur. Dans une déclaration à l'APS, M. Benchekour a estimé nécessaire le lancement, dans le courant de l'année, des bases pour l'application de cette  stratégie visant la réalisation des objectifs tracés pour les 7 prochaines années. Celle-ci repose sur la production des fourrages et la réservation d'espaces et d'eau pour leur culture dans les régions sahariennes.           
Il a précisé à ce propos, que "la facture de l'importation des bovins et fourrages égale celle de l'importation du lait en poudre", soulignant que  la production locale des fourrages confortera la gestion en cas de perturbation du marché mondial et garantira l'approvissionnement du marché en fourrages, lait et viande.          
M. Benchekour a indiqué que l'application de cette stratégie exige impérativement la disponibilité de l'eau destinée à l'irrigation quotidienne,  faisant remarquer que la maîtrise des techniques d'irrigation comptait parmi  les priorités.           
 Il a appelé le ministère de l'Agriculture et du Développement rural à faciliter la tâche des agriculteurs et investisseurs dans le domaine dans le Sud et les hauts plateaux en leur permettant de lancer des projets visant l'augmentation de la production des fourrages.         
 "Il y a une réelle volonté chez les investisseurs pour entamer leurs activités après le succès des expériences pilotes menées dans la daïra de Ménéa, wilaya de Ghardaïa, et à Adrar où a été enregistrée une production de maïs estimée entre 70 et 80 q par hectare puis transformée et conservée selon la méthode de presse", a-t-il encore dit. Il a affirmé qu'il était possible d'augmenter la production d'autres types de fourrages de 30 à 35 tonnes soit, 300 à 350 q par hectare contre un besoin de la vache laitière qui donne 20 litres de lait/jour estimé à 25kg, soit la nourriture de 3 vaches laitières par an.          
Il a estimé en outre que ces données sont encourageantes d'autant plus que les besoins nationaux en lait oscillent entre 3,5 à 4 milliards par an, chose qui peut être assurée soit par l'importation de 350.000 vaches laitières supplémentaires ou leur élevage dans les fermes à moyen et long termes.          
"Si une vache donne 20 litres de lait/jour sur une durée d'un an, nous  produirions 6.000 litres par an et, pour atteindre 3,5 milliards, nous devons  disposer de 600.000 vaches laitières dans le parc national", a poursuivi M. Benchekour.           
Il a fait remarquer aussi que la stratégie vise également la production locale des fourrages pour un besoin national de 200.000 ha des surfaces  cultivées pour procurer les aliments de 600.000 vaches laitières en fourrages.          
Il s'agit d'un objectif réalisable en 7 à 10 ans si 10.000 ha venaient à être consacrés à la culture des fourrages répartis à travers les différentes wilayas d'autant plus que le marché national repose uniquement sur les fourrages composés importés, a-t-il ajouté.           
Cette stratégie, selon lui, permettra l'augmentation de la production nationale de viande fraiche sachant que 20% des vaches par an sont destinés  à l'abattage à raison de 120.000 vaches sur un total de 600.000.         
 Il a indiqué que cette opération permettra d'économiser un demi-milliard de dollars (500 millions de dollars) de la facture d'importation. La  vache procure plus de 300 kg de viande soit 130.000 tonnes de viande.          
Le débat autour de la stratégie reste ouvert entre les experts du ministère de l'Agriculture et du Développement rural et du ministère des Ressources en  eau.

  • Publié dans :
  • lait
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions