samedi 17 aot 2019 22:02:15

Gendarmerie nationale : A l’heure des nouvelles technologies

« Le nombre d'unités de gendarmerie connectées au réseau Intranet, est passé de 55 en 2003 à 1.737 unités en 2014, ce qui constitue le plus grand réseau national en matière de connexion à haut débit ».

PUBLIE LE : 19-05-2014 | 23:00
D.R

« Le nombre d'unités de gendarmerie connectées au réseau Intranet, est passé de 55 en 2003 à 1.737 unités en 2014, ce qui constitue le plus grand réseau national en matière de connexion à haut débit ».

La Gendarmerie nationale a organisé, hier, à l’Institut national criminalistique et de criminologie de Bouchaoui à Alger, un séminaire autour de l’utilisation des technologies de l'information et de la communication au profit de la sécurité publique.
Une rencontre durant laquelle les intervenants ont mis l’accent sur l’évolution de l’utilisation par les unités de ce corps de sécurité, des nouveaux outils technologiques au profit de la sécurité publique.        
En effet, déployé en 2005, le système d’identification automatique des empreintes digitales (AFIS), a été mis à niveau par l’acquisition de nouveaux serveurs et appareils biométrique, notamment des portatifs (Bleue-Check) au profit des unités de la Gendarmerie Nationale au Nord du pays.
Cette mise à niveau a permis l’augmentation de la capacité de stockage des empreintes digitales  s’élevant ainsi à 3 millions d’enregistrements au lieu de 2 millions d’enregistrements répertoriés auparavant.
Elle a également permis un meilleur temps de réponse qui passe de 90 secondes à 15 secondes et une meilleure approche scientifique débouchant sur un plus grand nombre d’affaires élucidées  à travers l'identification des cadavres et des empreintes sur les scènes de crimes.Cette rencontre a été d’ailleurs l’occasion pour la remise symbolique de l’attestation de l’«Accréditation» du laboratoire de l’INCC de la Gendarmerie nationale, remise au colonel Guir Badaoui, directeur de la Télématique/ CGN par le directeur général d’Algerac. Un moment qualifié d’ «historique» par le premier responsable de cet organisme certificateur algérien, le seul qui existe à travers le continent africain et le monde arabe, nonobstant celui de l’Afrique du Sud. Une «accréditation qui signifie que le laboratoire est «compétent» et travaille selon les «normes internationales».  Aussi, «L’accréditation est aujourd’hui  une réalité en Algérie et c’est un système complexe qui demande beaucoup de technologies et autant d’investissements, ceci d’autant qu’il apporte de crédibilité et de la fiabilité à l’expertise» affirme  le directeur général d’Algerac. Le directeur de l’institut, le colonel Abdelhamid Messaoudi, dans son allocution d’ouverture du séminaire, a mis en exergue «l’effort du personnel et du commandement de la GN et salué par la même, «un partenariat utile entre l’INCC et la GN». Les interventions lors de cette rencontre caractérisée par la programmation de cinq conférences, ont traité de l’évolution du  réseau Internet de la GN et les services offerts, en passant par la modernisation du réseau radio, des échanges des SMS entre les stations radio et l’automatisme des activités de cette institution de sécurité. Ainsi, dans sa communication, le commandant Abdelali Mourad , a expliqué que le réseau Intranet de la gendarmerie nationale permet l'échange, au temps réel d'informations. Il a expliqué à ce propos que «le nombre d'unités de gendarmerie connectées à ce réseau est passé de 55 en 2003 à 1.737 unités en 2014, ce qui constitue le plus grand réseau national en matière de connexion à haut débit». La Gendarmerie nationale a procédé, également, depuis 2008, à la numérisation et à la sécurisation de son parc Radio offrant ainsi la meilleure qualité de liaison entre ses unités même dans les plus mauvaises conditions. Dans le même sillage, le Commandant Fouad Osmani, a noté de son côté, que le réseau unifié d'information et des télécommunications (RUNITEL), opérationnel depuis 2011, «a vu la réalisation de 18 centres d’opérations dont le centre d'appel d'urgence 10-55, un centre d'information et de coordination routière et du réseau téléphonique autocommuté dans le but de moderniser des moyens pour une sécurité publique efficace». Dans une intervention consacrée à l'opération d'automatisation des activités de la Gendarmerie nationale entamée en 2002, le commandant Mimoun Belgharbi a relevé, que «cette procédure a permis l'automatisation de 55% des procédures de travail notamment celles liées à l'identification des personnes et véhicules recherchés ».
Mohamed Mendaci

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions