mardi 20 novembre 2018 13:27:48

Fragmentations nationales et partitions internationales

Qu’elle soit de droite ou de gauche, quand une nation envoie ses bombardiers dans un pays pour maintenir un régime menacé par une opposition interne militaire ou le déloger par la force, le résultat est toujours le même une fois la paix des braves imposé.

PUBLIE LE : 19-05-2014 | 0:00

Qu’elle soit de droite ou de gauche, quand une nation envoie ses bombardiers dans un pays pour maintenir un régime menacé par une opposition interne militaire ou le déloger par la force, le résultat est toujours le même une fois  la paix des braves imposé. Le chaos . Car dans cette nouvelle aube qui se lève sur une population et un régime qui se croyaient hors de portée de ce déchaînement de violence, des groupes  «d’auto-défense», des forces belliqueuses cherchent toutes, séparément, et dans l’exclusion de l’autre à se re-construire au détriment de la composante globale. Les points cardinaux deviennent l’expression d’antagonismes irréductibles. On parle d’un pouvoir au Nord, de velléités sécessionnistes à l’Est, de rébellion au Sud, d’autonomistes à l’Ouest ….de milices surarmées sur les décombres de l’ancien régime et de personnalités civiles à la trajectoire aussi sombre que chaotique qui se posent comme l’incarnation d’un salut national. Tout ce beau monde est reçu en secret ou sous les feux de la rampe dans les chancelleries occidentales. Tout ce beau monde est assuré de soutien et ce beau monde promet, en retour, moult contrats du siècle pour rebâtir ce qu’ils sont en train de détruire allègrement. L’archéologie du politique dans ces pays révèle systématiquement ce double jeu de l’Occident qui jure ses grands dieux que seul l’impératif humaniste est au commande des manettes qui ouvrent les soutes des bombardiers : Comment peut-on affirmer rétablir ou instaurer une autorité centrale, un Etat de droit quand en même temps on arme, on équipe, on militarise et on attise les rancœurs  les uns contre les autres des groupes «locaux» ? Les Américains ont déclaré avoir largué 200 missiles environ et la France avoir effectué plus de 2.000 frappes aériennes en Lybie.  Ces conflits destructeurs sont orchestrés par certains pays du nord qui veulent aller à contre-courant de l’histoire en maintenant ce qu’ils nomment zone d’influence ou pré carré. Bien sûr, il y a un péché originel dans ces Etats qui ont pris en otage leur société et fonctionné des années durant sur le principe de la prédation clanique. Des régimes qui ont prospéré sous le regard bienveillant des pays partenaires occidentaux …Seleka et Djotodia en Centrafrique avec le jeu trouble de la France, le Togo  moins de six millions d’habitants, 5e producteur mondial de phosphore est répertorié comme l’un des pays les plus pauvres de la planète. La Côte d’Ivoire qui fait l’amère expérience de ne pouvoir se développer si les ressources naturelles ne sont pas contrôlées par le pays lui-même, le Nigeria, également. Un statu quo    jusqu’à l’arrivée des pays émergents, latino-américains, asiatiques ou africains qui ont redistribué de nouvelles cartes sur la table du marché mondial. Le monde n’est plus divisé selon le principe subtil entre deux superpuissances. La multipolarité a ceci de particulier qu’elle est venue dans une phase de crise du capitalisme avec son lot de remise en cause de la surproduction et de la raréfaction des ressources financières. La guerre froide en Crimée, la tragédie syrienne, le drame nigérian, l’implosion libyenne, le jeu de dupes en Centrafrique, la guerre civile au Soudan, la mort au Yémen…. Existe-il un pays qu’on laisse mener en paix sa révolution tranquille ? L’Afrique, terre convoitée prend froid quand les anciennes puissances tutélaires éternuent. Depuis la conférence de Berlin en 1885, les rivalités occidentales, régionales, locales à travers des milices surarmées, informées les uns contre les autres n’ont pas cessé, renvoyant, à chaque fois, à plus tard la jonction entre la croissance (celle-ci palpable en Afrique) et le développement humain (qui reste encore un vœu pieux)
M. Koursi

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions