jeudi 12 dcembre 2019 00:37:36

Affrontements de Benghazi (Libye) : 79 morts et 141 blessés

Des officiers et des pilotes de l'armée de l'air ont rejoint la force paramilitaire commandée par le général à la retraite, Khalifa Haftar et ont bombardé des positions de groupes d'ex-rebelles, dont celui d'Ansar Asharia, classée organisation terroriste par Washington.

PUBLIE LE : 19-05-2014 | 0:00
D.R

Des officiers et des pilotes de l'armée de l'air ont rejoint la force paramilitaire commandée par le général à la retraite, Khalifa Haftar et ont bombardé des positions de groupes d'ex-rebelles, dont celui d'Ansar Asharia, classée organisation terroriste par Washington.

Au moins 79 personnes ont trouvé la mort et 141 autres blessées vendredi à Benghazi, dans l'Est libyen, dans les affrontements entre un groupe armé loyal à un ex-général à la retraite et des groupes d'ex-rebelles, a indiqué samedi un responsable du ministère de la Santé.
Selon Abdallah al-Fitouri, responsable du ministère de la Santé pour la région orientale, le bilan s'est aggravé à 79 morts et 141 blessés, répartis sur cinq hôpitaux de la région. Auparavant, l'armée libyenne régulière a déclaré une zone d'exclusion aérienne sur Benghazi (est), menaçant d'abattre tout avion militaire survolant la zone, au lendemain de raids aériens menés par une force paramilitaire contre des positions de groupes armés.
L'état-major de l'armée libyenne "déclare Benghazi et ses banlieues zone d'exclusion aérienne, jusqu'à nouvel ordre".
Des officiers et des pilotes de l'armée de l'air ont rejoint vendredi une force paramilitaire commandée par un général à la retraite, Khalifa Haftar, et ont bombardé des positions de groupes d'ex-rebelles, dont celui d'Ansar Asharia, classée organisation terroriste par Washington.
Les ex-rebelles ont riposté avec des canons anti-aériens. Le chef d'une force paramilitaire libyenne dit réorganiser ses troupes pour reprendre son offensive contre les groupes islamistes à Benghazi, dans l'est de la Libye, faisant fi des menaces des autorités l'accusant de tentative de coup d'Etat. Khalifa Haftar, a retiré ses troupes de Benghazi vendredi, et a expliqué samedi qu'il ne s'agissait pas d'un "abandon". "Chaque bataille est suivie d'une réorganisation de nos unités. Et nous allons revenir avec force", a-t-il affirmé depuis la ville d'Al-Abyar, à 70 km au sud-ouest de Bengahzi.
"Nous n'abandonnerons pas jusqu'à l'atteinte de nos objectifs", a-t-il répété. Tripoli considère cette offensive comme "un agissement en dehors de la légitimité de l'Etat et un coup d'Etat", selon un communiqué lu samedi par le président du Congrès général national (CGN, Parlement), Nouri Abou Sahmein. "Tous ceux qui ont participé à cette tentative de coup d'Etat vont être poursuivis par la justice", a-t-il averti.
M. Haftar a ensuite rejeté ces accusations : "Notre opération n'est pas un coup d'Etat et notre objectif n'est pas de prendre le pouvoir", a-t-il insisté, affirmant avoir "répondu à l'appel du peuple" pour le défendre contre les terroristes.
Il a en outre répété qu'il ne reconnaissait pas les autorités de transition, dont le "mandat a déjà expiré et qui sont rejetées par le peuple".


 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions