mercredi 13 novembre 2019 14:32:31

Mme Mounia Meslem visite Dar El-Rahma de Birkhadem à l’occasion de la journée mondiale de la Famille : « Le centre est ouvert aux cancéreux pendant leur traitement »

La ministre de la Solidarité, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem, a mis en exergue, jeudi, lors de sa visité de Dar El-Rahma de Birkhadem, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la Famille

PUBLIE LE : 17-05-2014 | 0:00
D.R

La ministre de la Solidarité, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem, a mis en exergue, jeudi, lors de sa visité de Dar El-Rahma de Birkhadem, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la Famille, l’importance de mobiliser tous les moyens matériels et humains pour mieux répondre aux préoccupations des catégories vulnérables, les couches défavorisées et les pensionnaires de cet établissement, le premier du genre en Algérie qui reçoit des personnes âgées, des malades chroniques, notamment des cancéreux en provenance des wilayas du pays, des mères célibataires et des enfants privés de famille.
La ministre estime que l’Administration, ainsi que ses structures doivent être aménagées pour les rendre plus accessibles aux  handicapés et autres franges fragiles de la population qui ont besoin d’aide.
Mme Meslem insiste sur l’aménagement de passages au sein de l’établissement de Dar El- Rahma de Birkhadem, pour faciliter les déplacements des personnes aux besoins spécifiques au sein de cette structure, ainsi que l’organisation de sorties récréatives et d’excursions, mais également des séances de remises en forme dans des stations thermales au profit des locataires des lieux, en particulier le troisième âge. La chargée du secteur qui s’est rendue dans les différents services de l’établissement, qui a pour vocation l’accueil, l’écoute psychologique, l’information et l’orientation des populations qui le sollicitent, a appelé ses responsables à médiatiser le centre, notamment au niveau des hôpitaux, car il demeure peu connu, notamment à l’intérieur du pays.   Elle juge également primordial de valoriser  l’élément humain et le personnel médical pour permettre à l’établissement de jouer son rôle social et humanitaire.
La ministre de la Solidarité, de la Famille et de la Condition de la femme a, au cours de sa visite, instruit la directrice de l’action sociale de la wilaya d’Alger qui l’accompagnait d’entamer des contacts avec les services concernés pour étudier la possibilité d’attribuer des logements à certains pensionnaires, contraints de vivre loin des leurs, faute d’un toit qui les réunisse.
Mme Meslem a considéré également nécessaire de redoubler d’efforts pour venir en aide aux couches défavorisées auxquelles le Président de la République accorde une place particulière dans son programme quinquennal. Pour rappel, le centre, créé en 1997, compte des ateliers culturels de soutien scolaire et de travaux manuels, et de couture, pour permettre aux pensionnaires des lieux d’oublier, tant soit peu, leur douleur.

Promouvoir la famille      
La  ministre de la Solidarité, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem,  est longuement revenue, en marge de sa visite de Dar El-Rahma de Birkhadem, sur le caractère important que revêt la cellule familiale, confirmé par la participation de l’Algérie à la rencontre internationale sur la famille en décembre 1993 à La Valette, capitale de la République de Malte, célébrant ainsi pour la première fois, par notre pays, cet évènement, par  le lancement d’une importante consultation intersectorielle sur la famille, soumise aujourd’hui à évaluation pour sérier les obstacles qui entravent encore l’action participative et la promotion de la famille.
Elle estime, en effet, qu’il ne s’agit point de calquer les expériences d’autres pays en la matière, mais plutôt d’amorcer de nouvelles voies permettant de mieux répondre aux besoins de la population, avant de poursuivre  que la politique nationale de la famille a toujours été indissociable de la solidarité qui tire sa substance de ce noyau qui reste, par excellence, le premier maillon de solidarité et des valeurs qu’il véhicule.
Elle dit, également, que le réajustement structurel qu’a connu l’Algérie dans les années 1990 qui a insufflé des comportements fondés sur l’assistanat s’oriente désormais vers une approche qui prône l’autonomie et la créativité,  depuis la mise en place, en 2000, de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale qui se fixe, comme priorité, de promouvoir la famille, à travers la valorisation de la condition de la femme, la protection du 3e âge et de l’enfance, ciment de la cohésion sociale.
 Cette même démarche est sanctionnée par  la stratégie nationale de la famille pour 2010- 2014, venue, encore une fois, confirmer les choix de l’Algérie en termes de redynamisation du rôle de la famille sur les plans économique et social, en prenant en considération, les spécificités de chaque région.
Un texte référentiel de travail, assorti d’un plan d’actions qui plaide en faveur du renforcement des liens au sein de la cellule familiale, des droits des personnes aux besoins spécifiques, le développement d’un environnement viable et de mécanismes institutionnels qui garantissent la cohésion sociale,  qui reste, selon la ministre, tributaire de l’implication des autres secteurs, du mouvement associatif, mais aussi des médias, appelés à vulgariser les mesures et dispositions existantes en faveur de la famille, à l’image du Conseil national de la famille et de la femme, le comité de protection des personnes âgées, et le comité pour la protection et l’épanouissement de l’enfant, auxquels s’ajoute le centre d’information et de documentation sur la famille, la femme et l’enfant, inauguré en 2013, qui s’attelle à  lancer des travaux de recherche sur des thématiques ciblées pour donner plus de crédit aux différentes stratégies mises en œuvre. Dans le même sillage, la ministre cite l’enrichissement des textes de loi relative à la famille, ainsi que le processus de réconciliation nationale, prônée par le Président Abdelaziz Bouteflika.   «Cette même politique, insiste la ministre de la Solidarité, n’a pas été en reste des nouveaux besoins exprimés par la famille tant en termes de violence domestique, de mariage par la Fatiha, l’étendue du divorce et de célibat, la mendicité, ou encore l’émergence récemment de conflits entre voisins qui nous poussent, aujourd’hui, à  lancer une réflexion basée sur la modernité pour  garantir le bien-être aux Algériens, et, partant, remédier au phénomène de l’émigration.» Mme la ministre annonce, ainsi, la création de cellules d’écoute afin de régler les conflits entre voisins à l’amiable sans pour autant recourir à la justice.  
Samia D.  

Ramadhan
Le ministère de la Solidarité participe à hauteur de 7% à l'opération de solidarité 
 
La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem, a indiqué, jeudi à Alger, que son département participera à hauteur de 7% au montant global consacré à l'opération  de solidarité du mois de Ramadhan prochain. Dans une déclaration à la presse, lors de sa visite d'inspection à Dar Errahma de Birkhadem, Mme Meslem a précisé que l'enveloppe allouée par le ministère à l'opération de solidarité du mois de Ramadhan est estimée à 7,7% de l'enveloppe globale destinée à cette opération. Elle a indiqué que le ministère a remis sa contribution aux wilayas dans le cadre de la décentralisation de l'opération, ce qui permet aux walis de superviser l'opération d'octroi des aides, selon les besoins.           
Outre le ministère de la Solidarité nationale, plusieurs secteurs participent à cette opération nationale, dont le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales, le Croissant-Rouge algérien (CRA),  ainsi que des donateurs, a-t-elle rappelé. Elle a indiqué par ailleurs que le ministère accomplit cette mission à travers ses réseaux sociaux relevant de la direction de l'action sociale afin d'assurer le bon déroulement de l'opération supervisée par les collectivités locales à travers les différentes wilayas.            
Le ministre a enfin révélé l'existence d'un fichier national des citoyens démunis devant bénéficier de ces aides.


 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions