vendredi 20 octobre 2017 06:18:54

ONU : Démission de Lakhdar Brahimi, médiateur de l’ONU et de la Ligue arabe en Syrie

Le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a annoncé hier qu’il avait accepté la démission du représentant spécial conjoint de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, qui sera effective le 31 mai 2014.

PUBLIE LE : 14-05-2014 | 0:00
D.R

Le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a annoncé hier qu’il avait accepté la démission du représentant  spécial conjoint de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, qui sera effective le 31 mai 2014. « C’est avec un profond regret que (..) j’ai décidé d’accepter la demande  de M. Brahimi de quitter ses fonctions le 31 mai 2014 », a déclaré M. Ban lors d’un point de presse au siège des Nations unies à New York en présence de M. Brahimi.  
M. Ban a rendu hommage aux efforts diplomatiques de M. Brahimi, notamment l’organisation de la Conférence de Genève sur la Syrie et pour faciliter les  pourparlers entre Syriens. « Il a fait face à des obstacles presque impossibles à surmonter, avec une nation syrienne, une région du Moyen-Orient et une communauté internationale qui sont irrémédiablement divisées dans leurs approches pour mettre fin au conflit », a dit M. Ban. Le Secrétaire général de l’ONU a salué la « grande patience » et la « persévérance » du diplomate algérien malgré une mission qu’il a qualifiée de « presque impossible ». « Il a persévéré, avec beaucoup de patience et d’habileté, car il sait que sans efforts pour arriver à une nouvelle Syrie, le peuple syrien sera condamné à davantage de souffrances », a-t-il ajouté. M. Brahimi s’est dit « très triste de quitter son poste, et la Syrie,  dans une si mauvaise situation » tandis que M. Ban fustigeait les deux camps  en Syrie, le gouvernement et l’opposition armée, pour « avoir échoué » à mettre fin au conflit. « J’ai pensé que nous pourrions aboutir, mais en raison des divisions, nous n’avons pu faire aucun progrès en trois ans » de conflit, a-t-il déploré. Le 17 août 2012, le diplomate algérien avait été nommé comme médiateur international dans le conflit en Syrie, prenant le relais de Kofi Annan qui  avait échoué à imposer un cessez-le-feu entre régime et rebelles. Envoyé spécial de l’ONU dans différents points chauds de la planète, il avait notamment dirigé la mission de l’ONU en Afrique du Sud pendant les élections de 1994 qui ont amené au pouvoir Nelson Mandela, puis est envoyé au Yémen en pleine guerre civile. Il fait partie du groupe des «Elders» (anciens), qui réunit des personnalités œuvrant au règlement des conflits comme Jimmy Carter, Kofi Annan ou Desmond Tutu.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions