vendredi 21 septembre 2018 11:57:24

Abdeslam Bouchouareb, ministre de l’Industrie et des mines l’a affirmé hier : « La croissance est tributaire de la relance industrielle »

Sidi Said a propos de l’adhésion de l’Algérie a l’OMC : « Ni une obsession ni un objectif, mais une perspective » ‘

PUBLIE LE : 14-05-2014 | 0:00
D.R

En septembre ou octobre prochain, une «grande conférence nationale réunissant les différents acteurs économiques et sociaux sera tenue, afin d’asseoir l’instrument et la mécanique de notre industrie.»

Le gouvernement s’est engagé à prendre des «mesures révolutionnaires» aux fins d’«accélérer» les réformes économiques et «assainir» le milieu des investissements.  Cette déclaration émane du ministre de l’Industrie et des Mines lors de l’ouverture des travaux de la 3e session du Comité national de suivi des engagements du pacte national économique et social de croissance. Amendement du Code des investissements, restructuration de la gestion des entreprises publiques…
M. Abdeslam Bouchouareb, est déterminé à «prendre en charge les causes réelles du dysfonctionnement de notre économie, et pour  y parvenir, il n’y a pas de recette magique, un travail collectif nous permettra sans doute de renverser la situation, l’Algérie est un pays de défis», a précisé le ministre.
A propos du pacte économique et social, signé lors de la 16e tripartite du 23 février 2014, le ministre le considère comme un «acquis majeur pour les partenaires économiques et le monde de travail» et un début de la consolidation du «tissu productif compétitif et de la promotion de l’entreprise en tant que vecteur de croissance et de création d’emplois.» Si l’Algérie s’achemine à réussir son avenir industriel, nos entreprises doivent faire face, d’abord, à une «compétitivité internationale de plus en plus féroce et qui impose ses règles sur les marchés.»

Compétitivité de l’économie, un challenge majeur
Les fondamentaux de cette relance industrielle, recommande le ministre, doivent être la «production nationale, la compétitivité des entreprises et la substitution aux importations.» Et d’ajouter : «le secteur industriel demeure le moyen le plus puissant pour engager le nouveau régime de croissance et réussir notre intégration à l’économie mondiale.» Dans son allocution, M. Bouchouareb dira que cette démarche de diversification et de compétitivité de l’économie nationale représente le «challenge majeur pour les prochaines années.»  Parmi les axes de ce défi, le ministre cite la «densification du tissu industriel à travers une forte intégration économique et la relance de la sous-traitance nationale», «le renforcement des capacités de production des entreprises économiques, publiques et privées et la réunion des conditions favorables pour libérer les initiatives.» Il sera également question de «promouvoir la culture de l’entreprenariat» et de «faciliter l’accès au financement, l’amélioration de l’intermédiation financière.» Dans le même ordre d’idées, M. Bouchouareb qualifie le pacte économique et social d’un «outil capital pour la promotion de la concertation et du dialogue entre les partenaires sociaux.» Ses objectifs sont, entre autres, l’accélération des réformes économiques, le développement industriel, l’adéquation du système de formation avec les besoins de l’entreprise.

Convergence entre le public et le privé
Intervenant après celui de 2006, ce pacte, rappelle le ministre a bénéficié d’un mécanisme de suivi pour évaluer l’état de sa réalisation, à travers la mise en place, en mars dernier, d’un Comité national de suivi. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les engagements des pouvoirs publics à telle enseigne de permettre aux pouvoirs publics de «concourir à réunir les conditions favorables à la croissance économique.» En septembre ou octobre prochain, le ministre annonce la tenue d’une «grande conférence national qui réunit les différents acteurs économiques et sociaux afin d’asseoir l’instrument et la mécanique de notre industrie.» Cette rencontre se veut «l’aboutissement du processus entamé.» De son côté, le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens se réjouit du fait qu’ «il n’y a plus de clivages entre le public et le privé.» A contrario, « on enregistre une amorce de convergence entre les deux secteurs pour construire une seule entité : l’entreprise algérienne.» Quant à M. Nait Abdelaziz, président de la Confédération nationale des patrons algériens soutient qu’il est «grand temps de mettre de l’ordre dans l’industrie, moteur de croissance par excellence.» Optimiste, il assure que l’Algérie «a les moyens de réussir son décollage économique.» Intervenant à son tour, le président du Forum des chefs des entreprises, Réda Hamiani, appelle à lever toutes les contraintes administratives pouvant freiner l’essor industriel. Et sollicite le ministre pour une «participation effective» dans la prise de position.  
Fouad Irnatene

----------------------------

Sidi Said a propos de l’adhésion de l’Algérie a l’OMC :
« Ni une obsession ni un objectif, mais une perspective »
Lors de l’ouverture, hier, des travaux de la 3e session du Comité national de suivi des engagements du pacte national économique et social de croissance, le SG de l’UGTA a apporté nombre de précisions. Pour ce dernier, il «ne s’agit ni d’une obsession ni d’un objectif, mais une perspective.» Il dira «qu’avant d’aller à l’OMC, il faut travailler ensemble (gouvernement, syndicat et patronat) pour mieux se placer dans l’économie mondiale.»
Le facteur temps ne semble pas l’inquiéter outre mesure. Dans son intervention, Abdelmadjid Sidi Saïd relève que l’«urgence est de protéger et de promouvoir l’économie nationale pour pouvoir partir en position de force.»  Un constat auquel adhère le ministre de l’Industrie qui a souligné que si l’Algérie adhère à cette organisation planétaire, «ce n’est pas pour faire de la figuration.»
F. I.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions