dimanche 25 aot 2019 17:13:13

Patrimoine, Souk Ahras : Madaure, la cité aux terres fécondes

Madaure, ou Madauros, antique cité numide devenue romaine, trônant au milieu de terres fertiles arrosées par d’abondantes eaux souterraines et superficielles, continue fièrement de défier le temps et les éléments.

PUBLIE LE : 13-05-2014 | 23:00
D.R

Madaure, ou Madauros, antique cité numide devenue  romaine, trônant au milieu de terres fertiles arrosées par d’abondantes eaux souterraines et superficielles, continue fièrement de défier le temps et les  éléments. Durant ses temps d’opulence, cette ville dont le noyau numide existait  déjà au IIIe siècle avant J.-C., bien avant la conquête romaine, était réputée pour ses moulins de blé et ses pressoirs d’huile d’olive dont les multiples vestiges, encore debout, témoignent de l’ampleur des activités agricoles et de la prospérité économique de cette région. Distant de 7 km de ces vestiges, le chef-lieu de la commune de M’daourouch, dont le nom a été probablement «taillé» sur celui de Madauros, se trouve à 90 km de la non moins vieille cité de Thagaste (actuellement Souk Ahras) sur la voie qui conduisait jusqu’à Theveste (Tébessa). Le site historique de Madaure s’étend sur 109 hectares. Les vestiges  sont visibles sur 25 hectares dont 7,5 hectares ont fait l’objet, à ce jour,  de fouilles. L’essentiel des ruines reste enfoui sous terre. Partie intégrante du royaume de Syphax, Madauros passa au IIIe siècle  avant J.-C. sous le trône de Massinissa. Vers l’an 75, les Romains y fondèrent, sous  l’empereur Vespasien, une colonie de vétérans. Patrie de saint Augustin et d’Apulée de Madaure (auteur de l’Ane d’or,  premier roman au monde), cette petite ville sera, des siècles durant, un centre de rayonnement culturel grâce à une multitude d’écoles. En l’an 534, la cité est conquise par les Byzantins qui modifièrent son tissu urbain et y construisirent un fort sur une partie de son forum.           
Parmi les nombreux vestiges biens conservés qui continuent de témoigner du passé glorieux de Madaure, figurent notamment des thermes, des temples païens,  trois basiliques et un petit théâtre considéré par les spécialistes comme étant  le plus petit théâtre romain au monde. Des vestiges d’huileries et de moulins, découverts presque dans chaque habitation de la cité, témoignent de l’opulence et de l’importance des productions  agricoles de sa région. En remontant le Cardo Maximus de Madaure, le visiteur passe successivement par des thermes de petites et de grandes tailles, avant d’atteindre l’actuel  Musée de la ville. Près de celui-ci, un «Foyer des chercheurs» de 50 lits a été érigé et  offre aux chercheurs et aux universitaires, notamment ceux de l’Institut  d’archéologie de l’université de Bouzaréah (Alger) et de l’université de Constantine, un agréable site d’hébergement durant leurs séjours d’études.Non loin, se trouve la «Maison des bains», une spacieuse construction comptant plusieurs pièces avec des parterres décorés de très belles mosaïques et entourant une cour centrale. Cette bâtisse tire son nom du fait qu’elle est directement attenante aux grands bains de la cité. Tout à côté, le visiteur découvre la basilique puis, juste avant le croisement des deux voies perpendiculaires du Cardo Maximus et du Decumanus, une autre habitation bien conservée avec ses chambres, sa cave, un pressoir d’olives et une mosaïque décorative du sol.
A droite du Cardo se trouve l’édifice où était rendue la justice chrétienne avec ses nombreux gradins puis le monument de la sépulture de Madaure. Le long du Decumanus, du côté sud-ouest de la cité, se dresse une imposante  demeure dite «du Magistrat» avec ses nombreuses pièces et son réservoir d’eau.  Quelque 100 mètres plus loin, se présente une voie parallèle au Cardo qui se termine, d’un côté, par une grande porte dont les vestiges sont toujours intacts et, de l’autre, par une aire circulaire qui faisait office de marché et le forum.  Autour du forum l’on peut apercevoir le temple, le siège de la municipalité,  les colonnes du tribunal, les vestiges d’une tour, une petite partie d’une sépulture  et une autre église se différenciant des autres par sa forme carrée. Tous ces vestiges continuent de défier le temps et révéler la vivacité de cette antique cité dont les péripéties résument presque toute l’histoire  du pays. Selon certains chercheurs, Madauros était habitée par environ 10.000 personnes. Leurs principales distractions étaient accueillies par un théâtre qui  serait le plus petit de tout le royaume romain avec 1.200 places.   La plus grande mutilation subie par la ville a été causée par les Byzantins qui bâtirent une forteresse et autres constructions en puisant les matériaux  dans les vieux édifices de la cité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions