jeudi 06 aot 2020 07:47:16

Cybercriminalité : Les PME/PMI algériennes sont les plus exposées aux cybers-attaques

Les petites et moyennes entreprises en Algérie sont les plus exposées aux risques de cybercriminalité d’où l’importance de mettre en place une stratégie de protection de leur patrimoine informationnel, a indiqué lundi passé, à partir d’Alger...

PUBLIE LE : 13-05-2014 | 23:00

Les petites et moyennes entreprises en Algérie sont les plus exposées aux risques de cybercriminalité d’où l’importance de mettre en place une stratégie de protection de leur patrimoine informationnel, a indiqué lundi passé, à partir d’Alger, en visioconférence, Me Hind Benmiloud, spécialiste  dans le droit des affaires de télécommunications, des technologies et de l’information modérée.
S’exprimant lors d’une conférence sur le thème intitulé "La cyber sécurité  juridique des entreprises", organisée en marge du 15e Salon international  du Futur numérique, la spécialiste en droit a précisé que les PME/PMI sont les moins informées pour se prémunir contre les attaques informatiques et les moins armées pour lutter contre ce phénomène.
Ces entreprises ont, jusqu’à présent, eu des attitudes réactives à des attaques informatiques, ce qui doit se faire, selon l’intervenante, "c’est d’agir dans le sens de développer un système de veille, de vigilance et de prévention  afin de protéger la structure et les données de ces entreprises". Les grandes entreprises, aussi bien publiques que privées, ont renforcé leurs systèmes informatiques, par souci de pertes économiques et de données  sensibles, "les PME/PMI doivent prendre conscience de l’ampleur de ces risques", a indiqué la communicante. Pour elle, l’Etat doit aussi s’impliquer pour protéger les entreprises contre les cyber-attaques, et doit mettre en place une véritable stratégie nationale  pour lutter contre ce phénomène.
L'avocate a rappelé qu'il n'y a pas de vide juridique en Algérie en matière de lutte contre la cybercriminalité, mais les textes de loi actuels  méritent d'être "étoffés" et "actualisés", selon elle.
"Il existe, depuis 2004, tout un dispositif légal et un programme national de lutte contre la cybercriminalité. Seulement, les textes actuels sont insuffisants et il faut les étoffer", a-t-elle relevé ajoutant qu'"il faudrait aussi des textes spécifiques pour lutter contre ce fléau".
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions