samedi 22 septembre 2018 05:17:05

Technologies de l’information et de la communication : Le 3e carrefour du Web ouvre ses portes à Alger

Une dizaine d’universités concernées par la création d’incubateurs

PUBLIE LE : 13-05-2014 | 0:00
Ph : Wafa

Le festival Web en Algérie, «Algeria 2.0», a ouvert ses portes, pour sa troisième édition, hier, à l’incubateur du Cyber Parc de Sidi Abdallah, en partenariat avec l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologique (ANPT). Cet événement qui se poursuivra jusqu’au 17 du mois en cours se veut être le carrefour international qui regroupe tous les professionnels et les passionnés des nouveautés high-tech. Il a pour objectif de vulgariser l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication, et de les intégrer aux notions d’entrepreneuriat et d’innovation. Cette manifestation ambitionne, également, d’assurer la continuité et l’échange de bonnes pratiques et d’expériences en matière de technologies de l’information et de la communication, permettre aux talents locaux et porteurs de projets de profiter des expériences internationales afin de concrétiser leurs projets. Il s’agit aussi de consolider une plate-forme d’échange entre les acteurs du web en Algérie et créer une ouverture sur l’international. Il s’agit aussi de mettre en exergue les possibilités d’exportation de savoir-faire national en matière des TIC (offshoring), d’associer les compétences universitaires et expériences pratiques autours de partenariats constructifs et d’attiser l’intérêt du grand public pour les nouvelles technologies de l’information et de la communication, en rassemblant le plus grand nombre autour de thématiques communes.
Dans ce contexte, le directeur général de l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT), Youcef Aklouf, a annoncé la mise en chantier d’un projet de création d’incubateurs dans plusieurs universités en Algérie, en vue de remédier au retard accusé dans la réalisation de cyberparcs à travers le pays. «Actuellement, nous avons 4 cyberparcs en Algérie. Celui de Sidi Abdallah à Alger est opérationnel depuis des années, alors que ceux d’Ouargla, d’Oran et d’Annaba accusent des retards dans leur réalisation», a-t-il affirmé à la presse.

Une dizaine d’universités concernées par la création d’incubateurs
Pour remédier à cette situation, «nous avons opté pour une nouvelle stratégie visant à créer des incubateurs à l’intérieur même des universités», a-t-il expliqué, annonçant que l’ANPT sera ainsi présente dans une dizaine d’université à travers le territoire national. Cette stratégie a pour objectif d’être plus près des étudiants, nouveaux diplômés et porteurs d’idées, a-t-il affirmé. Après le «succès» des deux précédentes édition 2012 et 2013 d’Algeria 2.0, les organisateurs remettent ce challenge à l’ordre du jour avec un contenu «plus riche» à travers une cinquantaine de conférences, 40 ateliers, plusieurs formations et des concours dans le domaine des TIC, du web et du design. Cette édition, qui se veut être une opportunité de mise en relation entre les professionnels du domaine et les opérateurs économiques, sera marquée par l’introduction des «Business Days» en faveur des entreprises. Elle abordera aussi d’autres thèmes comme le e-commerce, le big data, le cryptage des données, la sécurité web et des serveurs, l’open source, le cloud et les médias sociaux. La première journée sera dédiée au mobile et la 3G, qui sera rehaussée par l’organisation d’un concours national sur le développement d’application mobile (BeMyApp). Le concours s’adresse notamment aux jeunes développeurs du futur marché des jeux en Algérie et de l’offshoring. L’originalité de cette édition, explique Karim Embarek, manager de la startup XMédia, coorganisateur de l’événement avec ANPT, est d’avoir avantagé le savoir-faire algérien. D’ailleurs, plus de 80% des intervenants lors de ce rendez-vous sont algériens. Tenant compte de l’importance de l’événement, le directeur général de l’Anpt souligne que les technologies de l’information et de la communication constituent un puissant levier de développement économique et social. La création de nouvelles sociétés dans les TIC a un rôle très important en termes de développement du service public. Il a, dans ce contexte, indiqué que sa vocation initiale est d’encourager les jeunes, tout en conseillant les porteurs de projets afin de se rapprocher du parc de Sidi Abdellah qui devra les accompagner dans leurs activités, pour peu que le projet soit réalisable. Sur une centaine d’idées qui ont été proposées, les organisateurs ont parlé d’une vingtaine de projets qui ont réussi depuis la création de l’incubateur en 2010. Aussi, comme il le préconise, les opérateurs économiques doivent suivre l’exemple des sociétés qui avancent, grâce à l’utilisation des nouvelles technologies qui répondent à tous les besoins. Il convient de rappeler, par ailleurs, que la manifestation «Algeria 2.0», qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie e-Algérie visant à assurer une mutation de la société vers un avenir numérique, a pour objectif de vulgariser l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication, et de les intégrer aux notions d’entrepreneuriat et d’innovation, ont expliqué les organisateurs.
Salima Ettouahria
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions