vendredi 20 octobre 2017 04:19:46

USMH, Younès : « L’affaire du boycott nous a tous perturbés »

Sofiane Younès est revenu avec nous sur le match face à la JSK. L’attaquant de l’USMH qui fait office de vieille garde dans le groupe harrachi s’est attardé un peu plus sur l’affaire de la prime du match face à la JSMB qui a failli déboucher sur le boycott du match

PUBLIE LE : 13-05-2014 | 0:00
D.R

Sofiane Younès est revenu avec nous sur le match face à la JSK. L’attaquant de l’USMH qui fait office de vieille garde dans le groupe harrachi s’est attardé un peu plus sur l’affaire de la prime du match face à la JSMB qui a failli déboucher sur le boycott du match
de la JSK. Explication.

Sofiane Younès, l’USMH n’a pas réussi à confirmer sa victoire face au MCA, tout à l’heure à Tizi-Ouzou, pourquoi ?
Nous n’avons su maîtriser le match. La JSK s’est montrée plus réaliste. Il est vrai qu’il y a eu quelques bonnes phases de jeu, mais il nous a manqués du mordant. Il fallait aller chercher très haut… On ne l’a pas fait.

L’histoire du boycott à cause d’une prime incomplète a-t-elle influé sur votre rendement ?
Assurément ! on aurait aimé ne pas être perturbés par cette histoire. Ce n’est pas comme ça qu’un match se prépare. Le groupe a besoin de sérénité. Malheureusement, ces conditions n’ont pas été garanties. Je crois que la direction devait assumer ses responsabilités.

Il se dit que vous avez boycotté à cause d’une prime, est-ce exact ?
Oui ! il faudrait, néanmoins rétablir les choses dans leur contexte. Nous sommes des adultes. Il faut qu’on arrête de nous prendre pour des gamins. Les dirigeants nous ont promis une prime de huit millions en cas de victoire à Bejaia (face à la JSMB, ndlr). Nous avons gagné et à l’arrivée, on nous donne cinq millions et on nous dit que la victoire a été facilement acquise face à une équipe presque rétrogradée. C’est quand même une insulte pour nos efforts. Personnellement, j’aurais compris qu’on nous dise qu’il n’y a pas suffisamment d’argent dans les caisses pour qu’on nous octroie une prime de huit millions, mais qu’on nous sorte un tel prétexte…

Vous décidez alors de boycotter, puis à 22 heures vous revenez  à de meilleurs sentiments, pourquoi donc ce revirement de situation ?
Il est vrai que nous sommes rentrés tous chez nous, mais avec les cadres, on s’est dit que ce serait bête de boycotter un match à cause de trente mille dinars. On a donc appelé tout le monde pour faire le déplacement. Ce qui est malheureux dans tout ça, c’est qu’on aurait pu éviter tout ça. Dommage !
Entretien réalisé
parAmar Benrabah


 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions