vendredi 21 septembre 2018 13:55:43

Chronique omnisports : Une violence inexplicable

Le plus grave dans le phénomène de la violence, c’est quand on s’y habitue et que rien ne heurte plus nos consciences.

PUBLIE LE : 12-05-2014 | 0:00
D.R

Le plus grave dans le phénomène de la violence, c’est quand on s’y habitue et que rien ne heurte plus nos consciences.
Une tribune brûle (ou presque) au stade d’El Harrach lors du derby USMH-MCA et ça ne crée pas le branle bas de combat.
Certains diront : « Mais il n’y a pas eu mort d’homme … » alors comme l’on dit « The show must go on ! » Les supporteurs mouloudéens auraient été empêchés d’accéder à la tribune qui leur était réservée tout simplement parce qu’ils sont arrivés au stade sous bonne escorte. Chaque camp note soigneusement les petits faits divers susceptibles de faire l’objet de vendetta lors d’une prochaine rencontre.
Le président de l’USMH est conscient que cette histoire de représailles entre supporteurs des deux clubs n’est pas prête de voir son épilogue et sa proposition sur la Radio nationale a de quoi surprendre : « Le huis clos systématique, mais pour un seul camp ! » En d’autres termes les Jaune et Noir ne pourraient plus aller supporter leur équipe quand elle sera reçue par le MCA et vice versa. On peut suivre ou non M. Laib dans son raisonnement, même s’il apporte des arguments à sa proposition qui, dit-il : « A été testée lors de plusieurs matchs de ligue une française ».
Nous en sommes donc à la méthode dite « aux grands maux, les grands moyens ». La répression (et ç’en est une puisque l’on interdit à une partie des spectateurs d’assister à un match) aux lieu et place de la prévention ! La prévention débute à l’école, dans les petites sections de clubs ; elle débute par la vulgarisation de cette notion à la base de tout sport : « Le respect de l’adversaire ».
L’école, les éducateurs des clubs, mais aussi les journalistes peuvent jouer un rôle prépondérant dans cette lutte contre tous les phénomènes de la violence. La presse a, plus d’une fois, jeté de l’huile sur le feu de part les titres racoleurs qui barrent certaines unes de journaux avides de « spectaculaire ». Les termes utilisés qui font référence à la guerre (« la descente aux enfers », « vaincre ou mourir », « le match de la dernière chance pour la survie » etc.) ne peuvent qu’inciter les esprits étroits.
Que dire de ces présidents de clubs qui racontent à qui veut les entendre que le club adverse veut « leur voler les meilleurs joueurs ? »
Les graines de la violence sont semées souvent par ceux qui sont censés les combattre.
Abdennour Nouiri

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions