dimanche 08 dcembre 2019 05:26:41

Pêche et aquaculture : Le SAIPA, un mécanisme utile aux professionnels

Pêche illicite de corail à Annaba : Six plongeurs interceptés au large

PUBLIE LE : 12-05-2014 | 0:00
D.R

Avec une production annuelle de 110.000 tonnes, ajoutée à 5.000 tonnes provenant de l’aquaculture, le secteur de la pêche ambitionne de faire plus. À moyen terme, les poissons d’élevage pourront atteindre 70.000 tonnes/an, si le nouveau programme d’investissement de l’aquaculture est concrétisé et appliqué comme il se doit.

La dynamique enclenchée dans ce secteur depuis quelques années déjà nécessite cependant des mécanismes et des outils qui s’adaptent aux mutations opérées et à la réalité du terrain. Le marché connaît trop d’intervenants et d’intermédiaires, souvent sans qualifications ou compétences en la matière.
C’est dans cette optique que le département de Sid Ahmed Ferroukhi a mis en place le système d’accompagnement de l’investissement productif dans la filière pêche et aquaculture «SAIPA» qui s’inscrit dans le cadre de la feuille de route sectorielle «STRAT-SAID», réalisée en octobre 2012, avec la participation de tous les acteurs et intervenants, en l’occurrence les professionnels, scientifiques, chercheurs et autres dispositifs de soutien et de financement.
L’aide et l’assistance aux pêcheurs et aux opérateurs dans l’exercice de leur métier, et l’amélioration des conditions socio-économiques des professionnels du secteur figurent en tête des missions échues au SAIPA qui s’appuie sur quelques fondements essentiels. Il s’agit plus particulièrement de «rechercher» une vision «claire» des professionnels et partenaires du secteur en matière d’investissement, de mettre en place un cadre pour la «valorisation» des capacités de production nationale et locale, et enfin de «rapprocher» et «d’intégrer» l’économie de la pêche et de l’aquaculture à l’économie nationale.
Bénéficier des expériences d’investissement, réalisées précédemment dans le secteur, et s’adapter aux besoins réels des différentes catégories professionnelles, en sus de cibler les professionnels et les gens de la mer, à travers ce système font également partie des objectifs du SAIPA qui ambitionne «d’adapter» la nomenclature des investissements aux besoins, au niveau local, et «d’accompagner» les investissements à tous les stades. À ce propos, l’accent est mis sur la nécessité de donner la priorité et de privilégier toute forme de soutien indirect, et de faciliter l’accès aux différents dispositifs de soutien et d’accompagnement existants. Quant aux domaines d’investissement ciblés par le système d’accompagnement de l’investissement productif dans la filière pêche et aquaculture, les pouvoirs publics comptent contribuer au renouvellement et à la modernisation de la flottille de pêche, et au développement de l’aquaculture marine, notamment dans les cages flottantes.
Il en est de même pour l’organisation et le développement du système de commercialisation des produits de la pêche, ainsi que le développement des moyens de production et de soutien à la production (industries de pêche, transformation, froid, construction et réparation navales). Parmi les acquis arrachés grâce au SAIPA, citons les différents accords et autres conventions conclus avec des organismes divers, dont celui en relation avec l’adaptation de la nomenclature des activités selon les besoins des professionnels et porteurs de projets avec les différents dispositifs de soutien et de financement telle l’Agence nationale pour la gestion des microcrédits (ANGEM), l’Agence de développement social (ADS), la Banque d’agriculture et de développement rural (BADR), et l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (ANSEJ).
S. A. M.

Pêche illicite de corail à Annaba
Six plongeurs interceptés au large
Cinq plongeurs algériens et un tunisien ont été interceptés, hier matin, à six heures 40 minutesà dans le littoral, à la limite de la frontière entre les wilayas d’Annaba et d’El-Tarf, à quelque miles de la plage El- Battah, au moment où ils pêchaient illégalement du corail, avons-nous appris du commandement du groupement territorial des garde-côtes d’Annaba. Ces mis en cause ont été arrêtés, lors d’une patrouille de routine des garde-côtes qui étaient à bord d’une vedette de sauvetage 222, précise la même source. Dès qu’ils ont été surpris par les garde-côtes d’Annaba, ces plongeurs ont jeté dans la mer, les quantités de corail pêché. Acheminés au siège du groupement territorial des garde-côtes d’Annaba après la saisie des équipements de pêche, les mis en cause ont subi un contrôle médical avant d’être présentés au procureur de la République près le tribunal d’Annaba. Six autres plongeurs, s’adonnant à la pêche illicite, ont été arrêtés dans deux opérations distinctes depuis janvier dernier.
B. Guetmi
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions