mardi 13 novembre 2018 06:47:01

Affaire du garde communal assassiné : Les auteurs du crime identifiés

L’affaire relative à la disparition d’un homme, ancien garde communal, a été finalement solutionnée par les services de la police judiciaire de la Gendarmerie nationale, a indiqué, hier, le lieutenant-colonel, Abdelhamid Keroud, responsable de la cellule de communication et d’information du Commandement de la Gendarmerie nationale.

PUBLIE LE : 12-05-2014 | 0:00
Ph. : Archive

L’affaire relative à la disparition d’un homme, ancien garde communal, a été finalement solutionnée par les services de la police judiciaire de la Gendarmerie nationale, a indiqué, hier, le lieutenant-colonel, Abdelhamid Keroud, responsable de la cellule de communication et d’information du Commandement de la Gendarmerie nationale.  
L’histoire de cette affaire a débuté mardi 6 mai, à 15h30, lorsqu’un corps humain complètement calciné a été découvert par un berger dans un ravin d’Oued Sibous, dans la région de Guelma, à dix mètres seulement de la RN 20, dans la zone de Boukhouika, commune de Hammam N’ Baiel. Le berger originaire de la région a sur-le-champ pris contact avec la brigade de gendarmerie locale. Aussitôt alertés, les gendarmes de la brigade de Hammam N’Baiel, renforcés par ceux de la cellule de police technique et scientifique du groupement de gendarmerie de Guelma, se sont déplacés sur les lieux de la dramatique découverte, pour procéder aux premières constatations, au cours desquelles ils ont récupéré les vêtements et effets de la victime. Le squelette, lui, a été déposé, par la suite, à la morgue de l'hôpital de Bouchegouf.
Poursuivant les investigations, il a été constaté que lors de la recherche dans l’intérêt des familles, une enquête avait déjà été ouverte pour lever le voile sur les circonstances de la disparition du dénommé B. Z., 43 ans, retraité (ex-garde communal).  
Approfondissant leurs recherches, les enquêteurs ont établi la relation avec cette disparition, en exposant les vêtements récupérés sur la scène de crime aux parents de la victime, qui ont, à leur grand malheur, pu identifier le cadavre. Suite à cela, des prélèvements sur le cadavre ont été effectués et envoyés à l'INCC/ GN pour analyse (ADN) et comparaison avec ceux de ses parents. Les investigations effectuées par les  gendarmes enquêteurs ont permis d'identifier le dénommé B. M. demeurant à Guelma ; impliqué, il a été interpellé par les gendarmes enquêteurs, a souligné notre interlocuteur.  D’autres éléments de l’enquête ont été recoupés pour identifier le mobile et de potentiels complices dans ce crime crapuleux. Les investigations ont permis de récupérer les housses du véhicule de la victime, également disparu, au niveau de la décharge publique, portant des traces de sang et envoyées également à INCC/GN pour analyse.
Les investigations menées ont révélé que le 17 avril dernier, à 17 heures,  B. M., avec la complicité de son voisin B. L., 24 ans, se sont entendus pour agresser la victime et s’emparer de son véhicule. Pour ce faire, ils l’ont sollicitée pour les transporter à Beni Mezline.
En cours de route, le premier cité a porté, sans aucun état d’âme, à l’ancien garde communal, un coup de couteau au niveau du thorax, le blessant mortellement.
Après avoir abandonné le corps dans un ravin à Oued Sibous, les deux présumés assassins se sont déplacés à bord du véhicule de la victime de marque Dacia Logan, à Bordj Bou-Arréridj. Le dit moyen de locomotion a été confié à deux personnes, pour le prendre en charge, qui ont à leur tour vendu le véhicule à une autre personne par l’intermédiaire d’un tôlier, a ajouté le représentant de la Gendarmerie nationale.
D’intenses recherches ont été engagées par les différents services de sécurité en vue de localiser la victime, et qui ont connu un écho médiatique très fort, contraignant ainsi les 2 criminels à revenir de nouveau sur les lieux du méfait, 48 heures plus tard, où ils ont incendié le corps de la victime, pour entraver son identification. Cinq personnes impliquées dans cette affaire ont été interpellées par les gendarmes enquêteurs.
Une fois de plus, l’apport indéniable de la science a permis aux services de sécurité de résoudre une nouvelle affaire de sang complexe. La politique de modernisation de la Gendarmerie nationale est d’être au diapason avec les nouvelles technologies pour contrecarrer la prolifération de la criminalité sous toutes ses facettes.
Mohamed Mendaci

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions