mardi 04 aot 2020 03:00:14

Prise en charge des personnes âgées : La première unité de gériatrie sera opérationnelle incessamment

L'Institut national du rein opérationnel à partir de janvier 2015

PUBLIE LE : 10-05-2014 | 23:00
D.R

Les participants à la journée scientifique de réflexion sur la question des personnes âgées ont mis l’accent, hier à Alger, sur la nécessité de développer un système d’hospitalisation à domicile en vue d’améliorer la prise en charge de cette frange de la société de plus en plus vulnérable.
Organisée par l’association nationale SOS 3e âge en détresse, Ihcene, à l’occasion de la journée nationale des Personnes âgées, cette rencontre scientifique a réuni des représentants de différentes institutions de l’État, ainsi qu’une panoplie d’éminents professeurs de différentes disciplines, à savoir l’orthopédie, la neurologie, la néphrologie, la cardiologie, la gastrologie, la rhumatologie et la réanimation d’urgences, pour discuter des modalités susceptibles de renforcer les dispositifs de prise en charge de cette population, notamment sur les plans social et médical.
 L’Algérie ne semble pas être épargnée par le phénomène du vieillissement de la population qui pourrait prendre de l’ampleur d’ici à 2030. C’est la raison pour laquelle, les participants ont appelé pour la mise en place d’une politique globale pour une bonne prise en charge sociale et médicale en milieu familial. En effet, le vieillissement de la population qui reflète, en partie, le bon fonctionnement du système de santé, nécessite une attention assez particulière, et ce à travers la formation des personnels de santé et la multiplication des besoins en soins au long court, en particulier pour la prise en charge d’un certains nombre de pathologies liées à l’âge (maladie d’alzheimer, arthrose aiguë et maladies chroniques). Présent à l’ouverture des travaux de cette journée scientifique, Abdelmadjid Sidi Saïd, SG de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), a fait savoir qu’«un groupe de travail a été mis en place pour réfléchir sur l’avenir, les enjeux et les défis liés à la prise en charge des personnes du 3e âge». À ce sujet, Saïd Haddid, conseiller du SG de l’UGTA, a indiqué que «ce groupe de travail formé d’experts et de spécialistes du domaine, de médecins, de chercheurs et d’universitaires, ainsi que de la société civile, a été installé pour l’élaboration d’un document de propositions pour une meilleure protection des personnes âgées». Dans son intervention, le Pr Moussa Arrada, directeur de la formation au ministère de la Santé, a rappelé les efforts consentis par les pouvoirs publics en vue de prodiguer une meilleure formation pour une meilleure qualité de soins pour la population algérienne en général  et les personnes âgées en particulier.
«Nous pensons procéder à la mise en place d’une formation complémentaire pour permettre la prise en charge spécialisée à l’égard de cette frange de la société», a-t-il indiqué. Et d’ajouter : «Il faut définir, dans un premier temps, les contours de cette formation. Faut-il créer la spécialité de gériatrie ou mettre en place un certificat d’étude spécialisée (CES), permettant l’acquisition de connaissances liées à la prise en charge des personnes âgées ?»
De même, dit le Pr Arrada, «nous envisageons la formation d’auxiliaires de vie qui relèveront du corps paramédical, à fin d’optimiser notre effort et d’assurer une meilleure qualité de vie à ces personnes âgées». Le Pr Arrada, en tant que chef de service de médecine interne à l’hôpital Mustapha-Bacha, a créé une unité de gériatrie, la première du genre en Algérie, qui sera opérationnelle incessamment. Sur le plan médical, les spécialistes en cardiologie, en réanimation d’urgences et en néphrologie, respectivement, les professeurs Bouraoui, Mohamed Grinik et Tahar Rayane, ont plaidé pour «l’instauration du système de l’hospitalisation à domicile qui est une alternative de l’hospitalisation classique, permettant de maintenir le malade dans un contexte familial et réduire le coût de ses déplacements à l’hôpital avec une meilleure qualité de soins». La présidente de l’association Ihcene, Souad Chikhi, a saisi l’occasion pour remercier les pouvoirs publics pour le soutien et l’attention qu’ils apportent aux personnes âgées.      
Kamélia H.

L'Institut national du rein opérationnel à partir de janvier 2015
«Avec pour missions, la formation des médecins à la transplantation d'organes, les soins de haut niveau et la recherche médicale, l’Institut national du rein sera opérationnel à partir de janvier 2015», a indiqué le Pr Tahar Rayane, néphrologue à l’hôpital de Blida et chef du projet, en marge de la rencontre.«Implanté à Blida, l’Institut du rein est actuellement en phase d’équipement», a-t-il précisé, ajoutant que «près d’une centaine de malades ont déjà déposé leur demande pour effectuer une greffe rénale».       
K. H.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions