jeudi 20 septembre 2018 12:44:49
D.R

« La sécurité, la paix et la stabilité dans la région du Sahel, ne peuvent se faire sans l’apport de l’Algérie », c’est ce qu’a déclaré, hier, le président de la commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), Kadré Désiré Ouedraogo en visite de travail dans le cadre des consultations avec l’Algérie.
Il a notamment affirmé que sa venue en Algérie avait pour optique de remercier l’Etat et le peuple algérien pour sa coopération et sa participation active dans la recherche de la paix et de la stabilité dans la région du Sahel, « car il faut admettre que sans le concours et la participation de l'Algérie, on ne peut parler de paix et de développement dans cet espace, sans oublier que l’Algérie était toujours à nos côtés dans toutes les circonstances ».
« Nous sommes présents  également pour solliciter le concours de l’Algérie pour chercher des solutions efficaces pour le développement accéléré de la région du Sahel, cet espace fragile de notre communauté  mais aussi pour la réussite de cette stratégie et faire de la zone du sahel une région de coexistence pacifique », a soutenu l’hôte de l’Algérie.
Lors de la conférence de presse tenue, au niveau du siège du ministère des Affaires étrangères, en présence du premier responsable de ce ministère Ramtane Lamamra, le représentant de la CEDEAO a présenté la nouvelle stratégie de développement accéléré pour la région du Sahel qui vise à instaurer la paix dans cette région, source d’instabilité.
Pour Kadré Désiré Ouedraogo, « la stratégie proposée repose sur trois axes fondamentaux à savoir le Désenclavement de la zone en question, isolée de toute part et quelque part exclue de la stratégie du développement durable, en mettant en place des infrastructures routières appropriées, d’énergies, et de communication, le deuxième point est de soutenir le pastoralisme, l’agriculture et l’irrigation de telle sorte que les populations puissent vivre de ces activités, et le dernier axe et l’Education, un point incontournable pour assurer une bonne éducation à la jeunesse afin d’être à l’abri des illusions néfastes » a-t-il spécifié.
Pour la réussite de cette politique de développement, le président de la CEDEAO a indiqué que son organisation a besoin de tous ses partenaires pour réaliser efficacement son programme «  nous avons besoins de tous les pays partenaires et les organisations financières et économiques pour mener à termes notre politique de développement du Sahel » a-t-il souligné.
A cet effet, le président de la CEDEAO a indiqué qu’il avait également passé en revue en compagnie de Ramtane Lamamra les voies et moyens de renforcer la  coopération pour une accélération de notre croissance économique des deux parties.

Sécurité alimentaire et développement agricole

Dans un autre contexte, le conférencier a énuméré les priorités dans les quatre prochaines années de son organisation qui, selon lui, s’articulent autour du maintien de la stabilité, la sécurité et de la paix dans la région de la communauté de l’Afrique de l’Ouest ainsi que l’enracinement de la démocratie « une priorité qui comprend deux éléments essentiels et qui sont les mécanismes de prévention et règlements des crises au niveau de la communauté et une force militaire en attente, une brigade de l’Ouest qui a déjà intervenu dans plusieurs pays africains » a-t-il expliqué.
La libre circulation des personnes et des biens, l’assurance de l’instauration d’un marché libre sans obstacles ainsi que le droit de résidence est l’une des plus importantes priorités de cette organisation qui œuvre également à la mise en place d’infrastructures modernes et appropriées pour le développement des 15 Etats membres.
L’autre priorité de la CEDEAO est la sécurité alimentaire et le développement agricole de la région à travers l’élaboration d’une politique efficace, le troisième point ajoutera le conférencier  « est le développement humain qui », selon lui, « est le point incontournable dans le développement fort de tout pays ».
Le dernier point évoqué par le chef de la commission est l’engagement des réformes institutionnelles de toutes les instituions de la communauté pour assurer le développement des 15 pays membres de la CEDEAO.  
Par ailleurs, l’hôte de l’Algérie a tenu à féliciter le peuple algérien pour « avoir réussi des élections présidentielles libres et démocratiques » en qualifiant la réélection de M. Abdelaziz Bouteflika à la présidence de la République comme « un nouveau départ pour l’Algérie.
Pour sa part, M. Lamamra a salué les efforts consentis par la CEDEAO dans l’établissement de la paix et la stabilité dans l’Afrique de l’Ouest et la région du Sahel tout en mettant en exergue le partenariat entre l’Etat algérien et la commission qui œuvrent communément à la réalisation une coopération forte dans tous les secteurs.  
Il précisera que le rôle de l’Algérie dans le cadre du maintient de la sécurité et la stabilité dans la région du Nord du Mali n’est point une option mais une nécessité «  actuellement nous sommes en contact avec tous les partenaires africains et occidentaux qui ont une influence sur le cours des événements pour trouver des solutions efficaces pour assurer la paix dans la région du Mali », a affirmé le ministre des Affaires Etrangères.
Il ajoutera qu’il se rendra prochainement, le 18 mai, à Bamako pour des consultations dont l’objectif est d’avancer dans le dossier sécuritaire du Nord Mali.
Mohamed Mendaci   

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions