mardi 19 novembre 2019 02:25:14

Séminaire sur la coopération entre l’Algérie et l’Inde dans le secteur de la construction : Un grand potentiel à exploiter

L’ambassadeur d’Inde en Algérie, Kuldeep Bhardwaj, a affiché, hier, le souhait de son pays de voir «élargir» la coopération avec l’Algérie dans plusieurs domaines, plus précisément dans le secteur de l’énergie et des mines. «Nous sommes un pays en voie de développement, donc on doit faire beaucoup de coopération Sud-Sud pour l’importation du pétrole et du gaz vers l’Inde. Notre pays connaît un déficit important en la matière», précise Son Excellence l’ambassadeur, en ajoutant que «l’Inde importe chaque année 200 milliards de dollars, tandis que l’Algérie a exporté à l’Inde au maximum 2 milliards de dollars».

PUBLIE LE : 06-05-2014 | 0:00
D.R

L’ambassadeur d’Inde en Algérie, Kuldeep Bhardwaj, a affiché, hier, le souhait de son pays de voir «élargir» la coopération avec l’Algérie dans plusieurs domaines, plus précisément dans le secteur de l’énergie et des mines.

«Nous sommes un pays en voie de développement, donc on doit faire beaucoup de coopération Sud-Sud pour l’importation du pétrole et du gaz vers l’Inde. Notre pays connaît un déficit important en la matière», précise Son Excellence l’ambassadeur, en ajoutant que «l’Inde importe chaque année 200 milliards de dollars, tandis que l’Algérie a exporté à l’Inde au maximum 2 milliards de dollars».
Aussi, «comme l’Algérie est un pays riche en hydrocarbures, et comme l’Inde est un marché permanent, nous voudrions avoir beaucoup d’attention pour booster la  coopération entre les deux pays dans ce domaine», souligne M. Bhardwaj, en marge d’un séminaire sur la coopération entre l’Algérie et l’Inde dans le secteur de la construction, tenu hier à l’hôtel Hilton à Alger.
Il a fait savoir, entre autres, que la priorité en Inde est «d’assurer la sécurité alimentaire», mais cela «nécessite un besoin permanent» de produits agrochimiques issus du gaz naturel. Sur ce fait, «l’Inde affiche son souhait d’investir en Algérie à travers la construction d’une usine qui fabrique la matière agrochimique», a-t-il indiqué à la presse.
Pour ce qui est des domaines qui sont au centre des intérêts d’investissements pour l’État indien, le diplomate a précisé que «l’importation du gaz et du pétrole de l’Algérie vers l’Inde occupe la part du lion des projets d’importation de l’Inde, tout en souhaitant également exporter de l’Inde vers l’Algérie les différents produits comme la construction, l’automobile, l’industrie pharmaceutique, la santé et les engrais».
À ce titre, Kuldeep Bhardwaj a estimé que «l’environnement des affaires en Algérie est favorable, et que la règle 51/49 imposée par l’État algérien pour les investisseurs étrangers n’est pas contraignante  pour  le gouvernement indien. Elle ne pose pas non plus de problèmes aux hommes d’affaires indiens». 

L’Inde invité d’honneur à la Foire internationale d’Alger
Pour ce qui est des échanges commerciaux bilatéraux entre les deux pays,  M. Bhardwaj a rappelé que ceux-ci  «ont dépassé le seuil des deux milliards de dollars en 2013, alors qu’ils ont atteint 3 mds dollars en 2011», soulignant qu’«il ya encore un grand potentiel à exploiter». Selon l’ambassadeur, les Indiens sont disposés à  partager leur savoir-faire avec les Algériens, notamment dans le domaine de  la construction. «L’Inde possède une grande expérience dans ce secteur (la construction)  et par voie de conséquence, elle souhaite partager son expertise avec ses homologues algériens», a-t-il également spécifié, en soulignant que la construction est un important domaine de l’activité économique pour l’Inde et l’Algérie, deux nations en voie de développement : développement des chemins de fer, routes et autoroutes,  hôpitaux, universités, collèges, aéroports, ports, logements … pour la population et dans lesquels le construction civile est impliquée, note-t-il, en lançant un appel aux entreprises algériennes pour «venir  investir en Inde», leur promettant d’avoir «toutes les facilités». Pour sa part, le directeur général de l’entreprise indienne de construction Indian Shapoorji Palonji a souligné que cette dernière a réalisé 5.000 logements à Sétif, tandis que 5.000 autres logements  sont en cours de réalisation à Oran. Par ailleurs, le directeur du département Asie au ministère  des Affaires étrangères, Farid Boulahbal, a expliqué à l’assistance que les relations entre l’Algérie et l’Inde sont marquées par une «grande densité», et que la coopération entre les deux pays revêt une importance particulière puisqu’elle s’inscrit dans le cadre de la coopération Sud-Sud.  
Pour ce qui est des relations politiques bilatérales, il a souligné que l’Algérie et l’Inde partagent une «perception convergente» sur un certain nombre de questions de politique internationale. Toutefois, «en dépit des visites de haut niveau échangées en 2001 entre les deux Chefs d’État, un partenariat stratégique entre les deux pays a été décidé. Une date qui s’inscrit dans la continuité, mais qui témoigne d’une coopération plus substantielle», explique M. Boulahbal, en ajoutant que «les potentiels de coopération que recèlent les deux pays n’ont  pas été pleinement exploités», et affirmant que des efforts de part et d’autres sont attendus pour concrétiser l’ambition commune affichée par les deux pays de porter leurs volumes d’échange à 3 milliards de dollars et même au-delà ; et c’est dans ce contexte que les autorités algériennes on invité l’Inde à participer en qualité d’invité d’honneur à l’édition 2015 de la Foire internationale d’Alger.    
Kafia Ait Allouache

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions