dimanche 22 octobre 2017 21:51:02

Abdelkader Messahel, ministre de la communication : « Le message du Président, une feuille de route pour la promotion du secteur »

Messahel : « La liberté de la presse doit être au service du développement »

PUBLIE LE : 04-05-2014 | 0:00
Photos : Wafa

M. Messahel a plaidé pour « plus de rigueur dans la gestion de la publicité de l'Etat et pour plus de règles commerciales dans l'attribution de la publicité.» 

Le département de la Communication a adopté une série de lois qui « répondent à des besoins et standards universels, et celles qui sont en cours de maturation, le seront au cours de l’année 2014 ». Cette déclaration émane d’Abdelkader Messahel, ministre, lors d’une journée d’étude consacrée à la « Liberté de la presse au service du développement » co-organisée par l’Ecole nationale des sciences politiques en collaboration et la radio nationale.
Le ministre a affirmé que le Président de la République accorde « un intérêt particulier » à la liberté d'expression. Son message adressé à l'occasion de la journée mondiale de la Liberté de la presse est une « feuille de route » pour le gouvernement dans ses démarches visant la consolidation de la liberté d'expression en Algérie. Ont également pris part à cette rencontre co-organisée avec la Radio algérienne le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel, les directeurs généraux  de l'Entreprise publique de télévision, Toufik Kheladi, de la Radio nationale, Chaabane Lounakal, et le directeur de l'Ecole nationale supérieure de sciences politiques, M. M'hand Berkouk. Affirmant que la thématique choisie est d’une grande importance, M. Messahel appelle la famille journalistique à « classer ses priorités et servir davantage le citoyen et la nation.» Pour l’année en cours, la priorité sera accordée au parachèvement du cadre juridique régissant le secteur. A ce niveau, « le pays a beaucoup souffert, et il est très difficile d'envisager le développement du secteur de la communication sans un cadre juridique approprié.» Pour y remédier, le ministre a tenu à rappeler qu'une série de mesures, telles l'adoption de la loi organique sur l'information en 2012 et la signature du décret portant carte nationale du journaliste professionnel, ont été prises. Objectif : « Mieux encadrer la profession.» Dans le même registre, le ministre assure que les lois sur la publicité et le sondage « sont en chantier.» S’agissant de la publicité, M. Messahel juge impératif de mettre une loi adaptée aux règles universelles afin d’encadrer ce créneau.

La délivrance de la carte nationale du journaliste connaîtra deux phases
A cet effet, il plaide pour « plus de rigueur dans la gestion de la publicité de l'Etat et pour plus de règles commerciales dans l'attribution de la publicité.»  Et d’ajouter : « On ne peut en aucun cas encourager un groupe donné au détriment des autres.»
Abordant le soutien des pouvoirs publics à la presse, Abdelkader Messahel a apporté nombre de précisions. Plus que jamais, a-t-il précisé, la diversité d'opinion « doit être garantie.» Pour le ministre, le citoyen a grand besoin d'avoir une information « crédible et diversifiée.» A propos de la formation à laquelle il accorde un intérêt particulier, M. Messahel dira que la formation des journalistes est un « fondement du métier et une priorité de l'Etat.» Cette mise à niveau, ajoute-t-il, permettra à notre presse nationale d’être forte, crédible et professionnelle. « Le monde technologique va vite, il faut le maîtriser », explique le ministre. A cet effet, l’Etat « mettra tous les moyens pour atteindre ses objectifs.» Dans cette optique, l’orateur rappelle les accords de partenariat dans l’audiovisuel, signés avec des médias reconnus mondialement tels que la BBC, RAI et France Media Monde. D’autre part, il a affirmé que l'Etat veille sur le renforcement du service public. Et juge important le rôle des médias publics et des établissements comme la télévision et la radio nationales, lesquels ont leur propre stratégie et seront accompagnés et encouragés. En marge de cette journée d'étude et dans une déclaration à la presse, M. Messahel a fait savoir que « le décret portant carte nationale du journaliste  professionnel a été signé la semaine dernière ». L'opération de délivrance de cette carte connaîtra deux phases. Il s’agit d’abord de la mise en place d'une commission provisoire, composée de spécialistes, qui délivrera une carte provisoire en attendant la mise en place de la commission nationale permanente. « Nous avons un délai d'une année pour la mise en place de cette commission  permanente, composée de 12 membres, six représentants le secteur de la presse et six autres représentants l'Etat », explique le ministre.                                                   
Fouad Irnatene

----------------------------

Messahel : « La liberté de la presse doit être au service du développement »  
 « La liberté de la presse doit être au service du développement de l'Algérie », a affirmé hier à Alger, le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel. "La liberté de la presse doit être au service du développement. La presse en général et le service public en particulier ont besoin de se développer davantage", a indiqué M. Messahel dans une déclaration à la presse au cours du lancement de deux sites web-radio de la chaîne de la Radio algérienne Jil-FM. Le ministre a, en outre, réitéré la volonté de l'Etat d'accompagner le service public dans ses missions, notamment dans le domaine de la formation. S'agissant des web-radios lancées à l'occasion de la journée mondiale de la Liberté de la presse, M. Messahel a estimé que les deux radios (Musik-web et Général-web) sont un "acquis extrêmement important". Il a affirmé que la stratégie de l'Etat en la matière vise à rapprocher le citoyen de sa radio qui se veut moderne et au niveau des aspirations des Algériens et leurs besoins qui ne cessent de croître".

----------------------------

Recueillement à la mémoire des journalistes assassinés
Le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel, a déposé hier à Alger une gerbe de fleurs devant la stèle érigée à la mémoire des journalistes assassinés par le terrorisme, à l'occasion de la journée mondiale de la Liberté de la presse. M. Messahel ainsi que les directeurs d'organes de presse, les cadres du ministère et les journalistes qui l'accompagnaient, ont observé une minute de silence et lu la Fatiha du saint Coran à la mémoire de ces Martyrs du devoir national.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions