samedi 21 octobre 2017 09:34:56

OMD post-2015 : L’ONU prône un système de responsabilisation

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et le président de l’Assemblée générale des Nations unies, John Ashe, ont affirmé jeudi dernier l’importance de mettre en place un système de responsabilisation dans le cadre du programme de développement après 2015.

PUBLIE LE : 04-05-2014 | 0:00

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et le président de l’Assemblée générale des Nations unies, John Ashe, ont affirmé jeudi dernier l’importance de mettre en place un système de responsabilisation dans le cadre du programme de développement après 2015.
Ce prochain programme de développement, rappelle-t-on, prendra le relais des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) qui avaient été convenus par les dirigeants du monde lors d’un sommet de l’ONU en 2000 en visant essentiellement à réduire l’extrême pauvreté et la faim, réduire la mortalité maternelle et  infantile, combattre la maladie et fournir un accès universel à l’éducation et aux soins de santé, et ce, à l’échéance 2015. ‘‘Nous avons un large accord sur le fait que le programme de développement  doit être un programme de développement durable’’, a souligné M. Ban lors d’un  dialogue interactif organisé par l’Assemblée générale sur cette question. En effet, a-t-il soutenu, ‘‘il ne suffit pas de déterminer quels sont les objectifs, nous devons aussi savoir comment nous allons les réaliser’’. Et pour réussir, a-t-il poursuivi, ‘‘nous devons prendre des mesures transformant les engagements en résultats. Nous avons besoin de surveiller, examiner, et évaluer ces résultats et les rendre disponibles aux décideurs et au grand public’’. Selon lui, la responsabilisation est ‘‘indispensable’’ pour évaluer les progrès et obtenir des résultats. Soulignant que ce système de responsabilisation doit être universel, il a avancé que tout cadre de responsabilisation doit s’appliquer à tous et prendre  en compte les différentes capacités et responsabilités. Pour sa part, le président de l’Assemblée générale, John Ashe, a également estimé qu’un programme de développement universel nécessitera ‘‘un mécanisme de responsabilisation qui soit global et flexible’’.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions