mardi 13 novembre 2018 06:52:49

Le president sahraoui : « La résolution onusienne 2152 réfute les allégations de l’occupant marocain »

Le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Mohamed Abdelaziz, a souligné que la résolution 2152 du Conseil de sécurité de l’ONU « réfute de manière catégorique les allégations de l’occupant marocain et définit le cadre juridique du conflit saharo-marocain », a rapporté jeudi l’agence de presse sahraouie.

PUBLIE LE : 03-05-2014 | 0:00
D.R

Le président de la République arabe sahraouie  démocratique (RASD), Mohamed Abdelaziz, a souligné que la résolution 2152  du Conseil de sécurité de l’ONU « réfute de manière catégorique les allégations de l’occupant marocain et définit le cadre juridique du conflit saharo-marocain »,  a rapporté jeudi l’agence de presse sahraouie.

Intervenant à l’occasion de la fête internationale des travailleurs, le président sahraoui a précisé que la Maroc n’avait aucune « souveraineté » sur le Sahara occidental qui attend la décolonisation, étant la dernière colonie  en Afrique.  Le Conseil de sécurité avait adopté le 29 avril dernier la résolution 2152 relative au Sahara occidental dans laquelle il appelle à trouver une solution qui permette l’autodétermination du peuple sahraoui. Rejetant clairement la situation de statu quo sur la question sahraouie,  le Conseil de sécurité a invité les deux parties au conflit (Front Polisario et Maroc) de poursuivre les négociations sous les auspices du secrétaire général de l’ONU, ‘‘sans conditions préalables et de bonne foi’’, en vue de parvenir  à ‘‘une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable.  Par ailleurs, le président Mohamed Abdelaziz a rappelé la « justesse  et la légitimité » du combat du peuple sahraoui. Pour le président sahraoui, la résolution du Conseil de sécurité traduit « l’exaspération de la communauté internationale face à l’intransigeance des autorités marocaines » affirmant qu’il était temps pour l’ONU d’assumer ses responsabilités et de mettre un terme au plus vite à cette occupation qui va à l’encontre de sa charte et résolutions. Il a, ainsi, qualifié cette résolution d’«acquis» pour le peuple sahraoui qui continue de consentir de grands sacrifices pour son autodétermination.

Le Congrès US appelle John Kerry pour la tenue d’un référendum
Plusieurs membres du Congrès américain ont appelé  le secrétaire d’Etat, M. John Kerry, à prendre « des mesures fortes et immédiates » afin que la MINURSO s’acquitte de son mandat d’organiser un référendum d’autodétermination pour le Sahara occidental occupé par le Maroc. Dans une lettre adressée jeudi au chef de la diplomatie américaine, des  membres républicains et démocrates de la Chambre des représentants ont exhorté M. Kerry à demander à la Représentation américaine auprès des Nations unies « à déployer tous les efforts pour permettre à la MINURSO de réaliser son mandat  d’organiser un référendum sur le statut du Sahara occidental », lui rappelant que lorsque le Front Polisario et le Maroc avaient signé un cessez-le-feu en  1991, l’ONU avait créé la MINURSO pour la tenue d’un référendum l’année suivante. Cette lettre intervient suite à l’adoption par le Conseil de sécurité de  l’ONU d’une résolution sur le Sahara occidental dans laquelle il avait appelé,  mardi dernier, à une solution qui « permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental » et s’était aussi prononcé contre la situation de statu quo. Exprimant leur « ferme soutien » à la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO) et avisant également que « le  statu quo ne peut plus continuer », les Congressmen ont considéré que l’échec pour la tenue de ce référendum par la MINURSO portait atteinte à la primauté du droit ainsi qu’aux dizaines de résolutions de l’ONU qui reconnaissent, pourtant, le droit des Sahraouis à l’autodétermination. Par ailleurs, les membres du Congrès ont également soulevé à M. Kerry la  question des droits de l’homme en notant que le « peuple sahraoui est soumis  à des violations généralisées de ses droits de l’homme par le Maroc », tel que constaté notamment par les rapports du département d’Etat américain, de Human Rights Watch, d’Amnesty International, du RF Kennedy Center pour la justice et  droits de l’homme et de Freedom House. En conséquence, ils ont demandé à John Kerry de déployer tous les efforts  pour inclure dans le mandat de la MINURSO un mécanisme lui permettant d’avoir  la capacité de surveiller les droits de l’homme des Sahraouis, « afin de protéger le peuple sahraoui et de fournir une opinion indépendante sur la situation de  ses droits de l’homme ». Dans la conclusion de leur lettre, ces membres de la Chambre des représentants  ont soutenu que les efforts que pourrait déployer l’Administration de Barack Obama pour la mise en œuvre du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui ‘‘permettraient non seulement d’être bénéfiques au peuple sahraoui mais aussi de renforcer la stabilité dans le Maghreb et de démontrer le soutien des Etats-Unis aux droits de l’homme, à l’autodétermination et à la démocratie dans le monde musulman.’’

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions