mardi 12 novembre 2019 13:25:27

UGCAA : « nécessité de valoriser le secteur de l’artisanat »

«Le secteur de l’artisanat a les capacités de contribuer à hauteur de 30% dans la production nationale, à condition, toutefois, que l’État accorde au secteur, les moyens nécessaires à sa relance», souligne l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA).

PUBLIE LE : 29-04-2014 | 0:00
D.R

«Le secteur de l’artisanat a les capacités de contribuer à hauteur de 30%  dans la production nationale, à condition, toutefois, que l’État  accorde au secteur, les moyens nécessaires à sa relance», souligne l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA).  

Lors d’une conférence de presse organisée, hier à  Alger, sur les industries traditionnelles sur le thème «L’exposé de la réalité et de la stratégie pour le relèvement du secteur», le président de la Fédération de l’artisan, Yaïci Réda, a déclaré que «pour valoriser ce secteur porteur pour l’économie nationale, nous avons adressé une plateforme de revendications aux ministères du Tourisme et des Finances». Cette plateforme de revendications porte sur plusieurs points, à savoir : l’encouragement des artisanats, la création de réserves de stockage de la matière première, et  l’organisation d’un marché  destiné uniquement pour la vente des produits de l’artisanat, ainsi que l’effacement des dettes fiscales. Yaïci Réda  a estime également que les artisans ont besoin  de mise à niveau, ainsi que d’espaces d’expositions pour faire connaître leurs métiers et leurs produits. Mettant l’accent sur l’importation des  produits artisanaux, le président de la fédération a insisté sur la régulation de cette activité, «du fait que celle-ci est anarchique», ce qui permettra, a-t-il  précisé, «de mettre fin à l’anarchie qui caractérise ce métier». S’agissant de la formation, le chargé de la communication de l’UGCAA a relevé qu’une convention avec le ministère de la Formation professionnelle sera signée prochainement. Il dit, dans ce sens, qu’«à travers cette formation, nous pouvons placer le maximum de jeunes intéressés par la formation professionnelle dans les domaines de l’artisanat». «Le métier de l’artisanat sera mieux revalorisé et l’artisan mieux reconnu, surtout après la création de notre fédération», a-t-il ajouté. Mettant à profit cette occasion, le président de cette fédération a fait savoir que plusieurs bureaux sont déjà installés au niveau de plusieurs wilayas, dont le premier rôle est de faciliter aux artisans, notamment ceux qui exercent ce métier de manière informelle, l’obtention de leur carte d’artisan.
Makhlouf Ait Ziane

 

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions