jeudi 21 novembre 2019 02:47:38

Lutte contre le chômage, L’ADS : un dispositif contre la précarité sociale

Prime d’insertion des diplômes : 20.000 bénéficiaires permanisés dans le monde du travail

PUBLIE LE : 28-04-2014 | 0:00
D.R

La lutte  contre la précarité sociale et plus particulièrement le chômage s’inscrit depuis les  priorités de l’Etat qui a opté pour la mise en place de mécanismes adaptés  à chaque catégorie.

En effet,  la population démunie n’a pas été  en reste  des  dispositifs créés pour  leur insertion  professionnelle et l’amélioration de leurs conditions de vie.
C’est le cas en fait, de l’instrument gré par l’Agence de Développement Social qui a  lancé, en 2013, pas moins de 1.232 chantiers dans le cadre des travaux d’utilité publique à haute intensité de main-d’œuvre, générant 4.285 postes d’emploi temporaires.
De 1996 à 2013,  plus de 66.000 chantiers,  tous dispositifs  confondus,  ont été lancés à travers le territoire national, soldés par la création de 240.936 emplois.
Pour le programme « Alger la blanche »  qui est un sous-produit des travaux d’utilité publique, le nombre de chantiers ouvert durant  l’année précédente s’élevait à 6.241 générant, 12.472 postes de travail.
Il faut dire  que ce  dispositif au même titre que les autres instruments d’aide à la création d’emploi ont contribué de manière significative à la résorption du chômage, ramené aujourd’hui, en Algérie à 9,3% à la fin de la même année et ce, à la faveur de la politique publique de promotion de l’emploi, devenu un axe fondamental des politiques  du pays.  Cet intérêt se traduit par l’enveloppe accordée par les pouvoirs publics, évaluée à 360 milliards de dinars, dégagée pour la période 2010-2014,  pour la poursuite  de  la lutte contre le chômage, en particulier chez les jeunes.  
Ces dispositifs ont développé la notion de la micro-entreprise qui tentera la gent féminine à en juger par le nombre de femmes bénéficiaires en 2012, de 396 femmes.
Concernant l’accès  au micro financement, les résultats enregistrés durant la même année, dans le cadre du Projet d’appui au développement socio-économique local dans le nord-est de l’Algérie, est  sanctionné par 1.230 micro-activités créées, génératrices de revenus, dont 763 pour les hommes et 467 pour les femmes pour 126.830.147 DA.
Aujourd’hui, cet instrument s’attelle à répondre aux besoins de la couche défavorisée, à travers leur implication dans la création de richesses permettant à des milliers de personnes de s’affirmer et d’intégrer le monde du micro-crédit et de l’entrepreneuriat.
Samia D.

----------------------------

Prime d’insertion des diplomes
20.000 bénéficiaires permanisés dans le monde du travail
20.000 bénéficiaires du dispositif de la Prime d’insertion des diplômés (PID) ont été permanisés dans le monde du travail depuis le lancement de l’opération en 1999, a indiqué, hier à l’APS, le directeur  général de l’Agence du développement social (ADS), M. Mohamed Fouad Rachedi. « 495.212 jeunes diplômés ont été placés dans le monde du  travail, dans le cadre du dispositif (PID) durant la période 1999-2013, dont 20.000 ont été permanisés, soit plus de 5% du total des bénéficiaires, a précisé  M. Rachedi.
Le dispositif PID géré par l’ADS, a été mis en place par décret exécutif en remplacement de l’ancien contrat de pré-emploi « CPE ». Il s’inscrit dans le cadre d’une politique active d’insertion des jeunes diplômés dans le marché  du travail. Ce dispositif prévoit l’insertion des bénéficiaires d’une durée d’une année renouvelable une seule fois pour la même période dans tous les secteurs administratif et économique public et privé.
Il s’agit d’une insertion des jeunes demandeurs d’emploi, âgés entre  19 et 35 ans, diplômés de l’enseignement supérieur et des techniciens supérieurs diplômés de la formation professionnelle, afin de leur permettre d’acquérir une expérience professionnelle et de promouvoir leur employabilité.
Dans le cadre de ce dispositif, les jeunes concernés bénéficient d’une indemnité mensuelle de 10.000 dinars par mois pour les universitaires et 8.000 dinars par mois pour les techniciens supérieurs. Par ailleurs, les analyses de l’ADS, ont relevé que « la majorité des jeunes diplômés bénéficiaires ont été insérés dans le secteur administratif avec un taux de 81% ». Selon les avantages de ce dispositif, les bénéficiaires insérés peuvent profiter d’une indemnité supplémentaire de 2.500 dinars par mois en s’inscrivant  à une formation qualifiante dans les établissements de formation agréés pendant une durée maximum de 6 mois. Les bénéficiaires ouvrent droit aux prestations d’assurance sociale en matière de maladie, maternité, accident de travail et maladie professionnelle, conformément à la réglementation en vigueur.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions