vendredi 24 mai 2019 16:56:59

Mois du patrimoine à Batna : Le concours "S’hab El Baroud" au cœur d’une belle mosaïque

Le 1er concours destiné aux adeptes du baroud a permis de créer, samedi dans la petite localité de Hamla (ex-Condorcet), dans la wilaya de Batna, une ambiance festive, tout en ferveur, au cœur dune superbe mosaïque représentative du patrimoine matériel et immatériel algérien.

PUBLIE LE : 28-04-2014 | 0:00
D.R

Le 1er concours destiné aux adeptes du baroud a permis  de créer, samedi dans la petite localité de Hamla (ex-Condorcet), dans la wilaya  de Batna, une ambiance festive, tout en ferveur, au cœur dune superbe mosaïque  représentative du patrimoine matériel et immatériel algérien.  Chants et danses folkloriques, habits du terroir chaoui, jeux traditionnels  et autres activités récréatives ont marqué ce concours, plongeant le nombreux  public présent dans une atmosphère d’allégresse, ponctuée de concerts en plein  air de "Gasba" et de "Bendir" dans la plus pure tradition des Aurès. Attirés aussi par un soleil printanier radieux, des citoyens, seuls  ou en famille, étaient visiblement émerveillés par les évolutions des "baroudeurs  traditionnels", au nombre de 230, venus de plusieurs régions des Aurès, âgés  entre 6 et 72 ans. Le vaste espace vert situé sur les berges de l’oued Hamla, au pied  des monts Tougueur et Boumerzoug, où le cèdre de l’Atlas trône en maître des  lieux, a été transformé, l’espace de ce concours inédit dans cette région, en arène dédiée aux évolutions, en solo ou en groupe, des chantres du
baroud dont  les tirs assourdissants ont de tous temps donné un cachet particulier aux réjouissances  aurésiennes.  Les figures éminemment artistiques d’"El Ouarda", qui voit un groupe  d’une douzaine de "baroudeurs" en cercle converger vers le centre avant de  s’éloigner en corolle, d’"El Khayyata" (machine à coudre) qui voit les tireurs  se faire face et lâcher leur salve à intervalle très rapproché, rappelant le  bruit d’une machine à coudre et autres tableaux ont tout simplement enchanté  le public. Si le vieux Belkacem Zitoun, venu de la localité de Talkhemt, a épaté  l’assistance par sa maîtrise et sa légèreté, en dépit de ses 72 printemps, le  petit Nedjm-Eddine Amir (6 ans et demi) a carrément ébahi le public par sa façon  de manier son arme avec une adresse et une assurance proprement ahurissante. Pour le président de l’association aurésienne de la fantasia  et du  baroud, coordinatrice de la manifestation, M. Mohamed Ameghchouche, ce concours  est "de nature à donner un nouveau souffle à cette activité très ancienne (le  baroud) et à encourager les plus jeunes à œuvrer à sa préservation".  De son côté, le président de l’association des "Amis d’Imedghassen",  M. Azzedine Guerfi, a estimé que ce concours destiné aux gens du baroud "ambitionne  surtout de pérenniser cette activité festive, partie intégrante du patrimoine  immatériel des Aurès, d’autant qu’elle est toujours accompagnée d’habits traditionnels  et de musique du terroir chaoui où dominent la Gasba et le Bendir". Cette manifestation était organisée dans le cadre de la célébration  du mois du patrimoine.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions