lundi 24 septembre 2018 01:45:07

Conférence du directeur du Haut conseil de la langue a rabe : « quel avenir pour le livre ? »

L’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger a organisé, hier, à la bibliothèque multimédia Pichon à Alger, une rencontre littéraire portant sur le livre imprimé qui trouve difficilement sa place avec l’avènement du livre électronique, à l’ère technologique et de l’explosion du savoir, sous le signe « Quel avenir pour le livre ? »

PUBLIE LE : 27-04-2014 | 0:00
D.R

L’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger a organisé, hier, à la bibliothèque multimédia Pichon à Alger, une rencontre littéraire portant sur le livre imprimé qui trouve difficilement sa place avec l’avènement du livre électronique,  à l’ère technologique et de l’explosion du savoir, sous le signe « Quel avenir pour le livre ? »

Cette rencontre a été animée par l’auteur et directeur du Haut conseil de la langue arabe, Azzedine Mihoubi.
Azzedine Mihoubi a estimé de prime abord que le livre imprimé reste le meilleur ami de l’homme et qu’il ne perdra jamais sa place auprès de ses fidèles : « Avec l’avènement du cinéma, tout le monde croyait que le théâtre allait disparaître et avec l’avènement de l’internet, tout le monde prédisait la disparition de la télévision et les résultats sont là, le livre imprimé aura toujours sa place, le livre électronique permettra seulement plus d’économie et moins de charge », soulignant que « La vraie question n’est pas de savoir si les livres électroniques et audio vont détrôner le livre imprimé, mais plutôt comment faire pour qu’ils se complètent dans une parfaite harmonie au service du savoir ».
Le conférencier relèvera qu’« il ya plus de 150 millions de titres qui sont classés comme produit de savoir portant sur la philosophie, littérature, science et tout ce qui s’ensuit, sans parler des dizaines de milliers de titres émanant des différentes organisations ». Il ajoutera que « le sujet s’impose dans le bouleversement numérique que le monde connaît, la question se pose quel avenir pour le livre ? Le livre c’est le savoir et le savoir c’est la force et ce sont les nations fortes qui ont leur mot à dire dans le développement dans tous les domaine, cela passe ipso facto par l’industrie du livre ».
Un autre enjeu a été abordé, celui de la traduction des ouvrages, ce dernier permet aux titres de passer au titre universel :                      « Parmi les critères pour connaître un grand écrivain et un best-seller mondial, figure le nombre de langues dans lesquelles ses œuvres sont traduites, il existe des auteurs dont les ouvrages sont traduits dans plus de 160 langues. En Algérie, certains romanciers sont traduits dans une quarantaine de langues et c’est une bonne chose », explique le conférencier, ajoutant que « l’enjeu majeur aujourd’hui est le contenu de l’ouvrage, nous vivons une explosion du savoir et le savoir se multiplie chaque 18 mois, tandis qu’il se multipliait chaque 10 ans dans les décennies précédentes »
En citant l’exemple de l’académicien et auteur italien Umberto Eco, l’interlocuteur à mis l’accent sur la nécessité d’avoir la certitude de l’information : « Umberto Eco disait que l’information est devenue accessible, mais est-elle juste ? Il plaidait dans ses écrits pour apprendre à la nouvelle génération comment avoir la bonne information et c’est l’enjeu de l’ère technologique dans laquelle nous vivons ». L’interlocuteur a indiqué en somme que le monde passe à une étape informatique multidimensionnelle, les grandes nations diminuent l’usage du papier et investissent dans le domaine électronique et l’Algérie engage un ambitieux processus pour informatiser progressivement ses institutions.
    Kader Bentounès
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions