vendredi 20 octobre 2017 04:25:59

Les Algeriennes du chateau d’Amboise : Un témoignage édifiant sur les atrocités du système colonial

Rendre hommage à ces oubliées de l’histoire

PUBLIE LE : 27-04-2014 | 0:00

Une rencontre a été organisée vendredi soir au Centre culturel algérien (CCA) à Paris autour de l’ouvrage Les Algériennes du Château  d’Amboise d’Amel Chaouati, qui nous renseigne sur les conditions sanitaires  déplorables imposées aux membres de la famille de l’émir Abdelkader en captivité  en France et surtout sur les atrocités du système colonial contre les Algériens L’ouvrage en question consacré à l’émir Abdelkader et à la famille de  ce chef spirituel et militaire, héros de la résistance coloniale, dont les écrits  constituent dans la mémoire collective les fondements de l’Etat moderne algérien,  aborde surtout, un pan occulté de l’histoire de ce valeureux guerrier.  Celle-ci va au-delà de la dimension du héros de guerre et penseur soufi,  pour dévoiler le versant humain de sa personnalité, celle d’un homme qui voulait  sauver les siens d’une mort certaine, suite aux nombreuses années de captivité  et de privation de liberté, imposée par la France coloniale.  En décembre 1848, après des combats courageux et acharnés contre l’armée  française, l’émir Abdelkader se retrouve en captivité, lui et toute sa famille  composée de quatre-vingt-dix-sept personnes dont vingt et une femmes, quinze  enfants et de nombreux nourrissons, en France, où ils seront enfermés après  une traversée très éprouvante. Durant près de cinq ans, soit trois mois à Toulon, sept mois à Pau puis  quatre ans au château d’Amboise, jusqu’à leur libération en 1852 où l’émir,  et ce qui resta de sa suite, allaient s’exiler en Turquie avant de se rendre  à Damas, l’enfermement fut loin d’être une villégiature, mais un véritable mouroir,  où périrent vingt-cinq membres de la famille de l’émir, particulièrement des  femmes et des enfants en bas âge.  L’auteur de l’ouvrage, psychologue de formation, a mis sept ans pour  réunir les matériaux nécessaires à ce travail de recherche inédit pour revenir  sur les traces de cet exil forcé et douloureux imposé à l’émir et sa famille,  en épluchant les archives, parcourant les villes, enchaînant les voyages et  les rencontres, interrogeant des sources édifiantes pour reconstituer ces fragments  de vie.  Les souffrances endurées par ces femmes qui furent arrachées brutalement  à leurs familles, leur pays, pour se retrouver transplantées dans des lieux  qui leur sont totalement étrangers où elles furent recluses, et impuissantes,  vu leurs enfants périrent, a particulièrement capté l’intérêt de Amel Chaouati.

Rendre hommage à ces oubliées de l’histoire
Dans son désir de rendre un hommage particulier à ces oubliées de l’histoire,  l’auteur interpelle la mémoire collective et appelle au devoir de transmission  de l’histoire pour que nul n’oublie ces femmes dont l’équilibre psychique et  la santé physique furent sérieusement affectés et qui pour beaucoup, payèrent  de leur vie et de celle de leurs enfants en bas âge, nés pour la plupart en  captivité. Ces femmes avaient compris aussi qu’il fallait apprendre à survivre,  à préserver leurs traditions de femmes arabes et musulmanes. Les prières, le  ramadhan, les fêtes de l’Aïd, rythmaient le passage des années, marquées par  un climat rude, l’exil, les séparations, et les deuils fréquents.  Puisant dans ses souvenirs et ses émotions, ou ses nombreuses rencontres,  citant des passages de documents précis (rapports d’inspection, lettresà) ou  des passages de livres sur l’émir Abdelkader, Amel Chaouati, révèle que l’emprisonnement  de l’émir Abdelkader et sa suite par la France coloniale fut traumatique pour  tous et d’une violence psychologique importante. Se présentant comme un journal de bord relatant la genèse et le déroulement  des investigations de l’auteur, Les Algériennes du château d’Amboise, démontre  que la situation géographique et la rareté des visites avaient aggravé leur  isolement. Les épreuves causées par la mort de plusieurs personnes, les conditions  de leurs inhumations, la longue durée d’enfermement, ont été source de crise  de folie et de nombreuses maladies somatiques pour les femmes plus que pour  les hommes, rapporte l’auteur s’appuyant sur les archives recueillies durant  des années.  "En écrivant ce livre, j’ai voulu rendre un hommage à ces oubliées de  l’histoire, et compléter celui rendu par le plasticien algérien Rachid Koraichi",  a confié Amel Chaouati au public.
Celui-ci, a-t-elle dit, avait créé dans le parc du château d’Amboise  "Le jardin d’Orient", une installation cimetière, redonnant une individualité  aux vingt-cinq personnes de la suite de l’émir enterrées dans une fosse commune,  dont la mort n’avait jamais été enregistrée sur les registres d’état-civil,  mais dont témoignait une stèle érigée en 1853 par les habitants d’Amboise.      

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions